Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 477
Invisible : 0
Total : 478
· Georges Ioannitis
13142 membres inscrits

Montréal: 8 avr 23:35:31
Paris: 9 avr 05:35:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: La Tribu Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Précieuse  Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Couvre moi d’argent, de bijoux, et de ta chaire. Il n’y a plus belle fortune que tu puisses m’offrir que l’esprit.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
3 commentaires
Membre depuis
Avant-hier
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 25 mars à 16:07
Modifié:  26 mars à 02:40 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Sur les courbes de terres indigènes,
Où les taupes se terrent sous la peau de Mère pour échapper aux frères,
Nous irons s'en airer un,
Sur la plus haute branche d'un pommier,
Un jour prochain fait de nos os âgés,
Qui auront pris la poussière avec l'âge,
Et qui deviendront le lit des verts âges.
Cela sera notre héritage,
De nous ; les déserteurs.

Si les anglais nous reprennent nos contrées,
On répandra nos semences ailleurs pour nous créer un nouveau petit coin de Paradis,
Où on cultivera du calumet,
Où on prêchera le péché luxueux,
Où nous mangerons tous le même pain, et boirons la même liqueur,
Et où les bouchées seront toutes égales.

Un petit jardin d'Eden,
Où nous deviendrons tous des animaux libertins,
Sans cafouillis à y spéculer.

Un pied où y devint une patte,
Une main où y mute en une serre,
Un nez qui y vire en museau ou en long bec,
Une âme qui y demeure divine.





 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
6597 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
8 avril
  Publié: 2 avr à 08:12 Citer     Aller en bas de page

Un poème que je trouve mélancolique et, en même temps lumineux...

Je vois que la famille, doit avoir une (très) grande importance pour toi, si elle se nomme tribu, c'est qu'elle doit être assez nombreuse...

J'imagine l'amour de la nature, le retour à la terre comme lieu de vie...

Ce qui me fait penser aux Indiens, ceux à qui les européens colonisateurs ont fait tant de mal, ceux à qui ont a spolié tant de terres, celles qui leur appartenaient, ceux qu'on a massacré, enfermé, humiliés, depuis des siècles...

En tout cas, un poème qui me parle...

Amicale bienvenue...

Hubix.

 
Sidonie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3781 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 2 avr à 11:55 Citer     Aller en bas de page


De tes trois textes, (à ce jour) c'est celui-ci que je préfère...
Moi aussi, je pense aux amérindiens et aussi au Québec, peut être à cause des anglais..
J'ai de l'admiration pour cette façon d'écrire que jamais je ne saurai faire..

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 86
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0311] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.