Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 15
13239 membres inscrits

Montréal: 29 nov 23:07:16
Paris: 30 nov 05:07:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le violoncelle sans son sol Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ChrisTale
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
6 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2019
Dernière connexion
24 juillet
  Publié: 18 juin à 02:07
Modifié:  18 juin à 02:24 par AllantVers
Citer     Aller en bas de page

L’instrument est capricieux, ne souffre pas l’approximation. L’érable et l’épicéa qui le parent, luisent telle une pomme d’amour. Il sait tout des notes de Ravel, les rondes ou les triolets n’ont pas de secret pour lui, pas plus que les fréquences émises. Il peut toutes les jouer, voire, si l’archet est sûr, toutes les chanter. L’archet…
C’est le crin de ce dernier qui lui causera sa plus grande douleur. L’instrumentiste voulant faire virevolter son crin, l’envoya trop fort et trop vite. Le chrome d’une de ses cordes se déchire, s’effiloche comme une maille de laine et c’est la rupture. C’est le sol qui est atteint. Le violoncelle est à terre. C’est toute une partie de son répertoire qui manque à sa mémoire, mais le trou de mémoire tient davantage de l’amnésie partielle. En un instant, le grand savant se retrouve largement amputé de ses connaissances, dépourvu d’une partie de sa clé de fa.
Le stentor est redevenu l’adolescent en pleine mue. Il ne maîtrise plus ses modulations. Heureusement le mimétisme a ses limites. La poussée d’acné n’aura pas lieu. Mais, à nouveau, il doit tout apprendre, il doit séduire sans être accompli. Il vit cette période de la vie d’homme où l’on pense tout savoir sans pour autant savoir convaincre.
C’est le professeur qui a perdu son octave rassurante, celle qui persuade l’étudiant qu’il prend le bon chemin, celle aussi qui assoit son autorité. Rien ne pourrait plus déstabiliser l’orateur et son auditoire. L’un doute de ses apprentissages, l’autre doute de ce qu’il entend. Les théorèmes ne suffisent plus, il faut ruser, dépenser une énergie folle pour être pris au sérieux, voire décupler sa dextérité souvent en vain. C’est aussi la Cassandre d’Euripide. On lui a donné le don de savoir l’avenir et la malédiction de n’être crue par personne. Imaginez sa frustration.
Malheureusement, le violoncelle n’est pas aussi évolué qu’une DS dans les années cinquante. Il ne peut se contenter de rouler sur trois roues. C’est pourquoi on l’envoya à l’atelier de son vieil ami le luthier. C’est une cure de jouvence qu’il subit, le professionnel y va de la lime comme un chirurgien du bistouri. Les quatre cordes se voient renouvelées, la mécanique huilée, une couche de vernis est venue couvrir la précédente. Puis on se mit à rejouer de l’instrument. Les débuts sont hésitants, la voix est chevrotante mais les notes sont là. Le luthier envoie des notes de plus en plus précises, comme une mécanique que l’on rôde, jusqu’à réapprendre les partitions perdues. Après la symphonie de désagréments c’est le requiem à la jeunesse qui se trouve sur son chemin.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
235 poèmes Liste
3015 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
10 novembre
  Publié: 18 juin à 04:59 Citer     Aller en bas de page

Bonjour ChrisTale et bienvenue sur LPDP

J'ai beaucoup aimé cette lecture où à travers les "mésaventures", dirais-je, d'un violoncelle il est aisé de retrouver les aléas de nos vies ! Les blessures infligées, les cicatrices, les pertes de repères, " les réparations " et enfin, grâce à la "bonne personne", une autre jeunesse, une autre joie de vivre ou revivre ! Une personne qui sait te redonner confiance pour retrouver tous tes acquis.

C'est ainsi que j'ai perçu ton texte !

Pour parler juste instruments,de par sa tessiture, le violoncelle ne peut souffrir d'aucun manque pour jouer harmonieusement. Comme son " petit frère le violon", leurs sonorités déclenchant de fortes émotions... Je dis toujours, le violon pleure, le violoncelle parle... Tant l'un que l'autre sont des instruments qui me plaisent à écouter.

Merci pour ce beau partage, bonne continuation !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
ChrisTale
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
6 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2019
Dernière connexion
24 juillet
  Publié: 18 juin à 05:08 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup. Je suis fier de t'avoir touchée par ce texte

 
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
4618 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 18 juin à 11:28 Citer     Aller en bas de page

Placé en sous-sol
Le Fa dièse, majeur, in petto
Nous mène tout droit en bateau
comptant fadaise dans la Barcarolle

Chopin est verdi
de peur devant le violoncelle
Alors que Verdi
y fait souvent appel




 
ChrisTale
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
6 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2019
Dernière connexion
24 juillet
  Publié: 18 juin à 11:59 Citer     Aller en bas de page

Merci

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
321 poèmes Liste
5792 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 20 juin à 11:26 Citer     Aller en bas de page

j'ai aimé découvrir cet univers - merci

Yvon

  YD
ChrisTale
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
6 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2019
Dernière connexion
24 juillet
  Publié: 20 juin à 12:47 Citer     Aller en bas de page

À votre service

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 332
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0230] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.