Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 244
Invisible : 0
Total : 245
· ode3117
13177 membres inscrits

Montréal: 13 août 04:48:48
Paris: 13 août 10:48:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La mer Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
364 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
9 août
  Publié: 21 juil à 05:47
Modifié:  22 juil à 04:51 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Sous la caresse éphémère
du soleil aux rayons discrets
je contemplai, muet, la mer
assis dans un endroit secret

combien de marins ce linceul
priva de gloires imaginaires
s'arrogeant le droit, elle seule
de sombres victoires amères

les vagues sans cesse répétées
tantôt calmes, tantôt rageuses
se brisent, dépourvues de fierté
en folles courses tapageuses

même les mouettes criardes
volant au ras des flots hostiles
attendent le soir qui tarde
pour quérir le repos inutile

au loin un navire s'éloigne
peut être vers un monde nouveau
seule mon espérance en témoigne
et déjà efface le mot

rêveur je scrute l'horizon
où toujours la mer s'écoule
tandis qu'en moi aucune raison
ne semble contenir la houle

 
glycine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
746 commentaires
Membre depuis
8 août 2018
Dernière connexion
10 août
  Publié: 21 juil à 07:46 Citer     Aller en bas de page

De belles images... et la mer, calme ou tourmentée, qui berce ou bouscule les pensées...
Bravo pour ce poème à la fois apaisant et empli de profondeur

J'aime beaucoup votre profession "rêveur lucide"...
rêveur pour garder espoir... et apprécier la beauté des choses
et lucide pour constater les côtés sombres du monde

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
658 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
10 août
  Publié: 21 juil à 08:51 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup
le rêveur voit au delà du rêve

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1382 commentaires
Membre depuis
1er mars 2019
Dernière connexion
11 août
  Publié: 21 juil à 09:23 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Errant,

Votre poème fait la part belle à la réflexion: celle des astres sur la mer, mais aussi, la vôtre, intérieure - réflexion de la mer sur vous.

Ici, le flux et le reflux des vagues sont en écho à la vanité et au non-sens de l'agitation humaine.

Contempler la mer pour ce qu'elle est, dans la mesure où on ne peut s'empêcher d'y voir une allégorie de nos vies, de repenser comme Victor Hugo à combien de marins, combien de capitaines...

Le deuxième quatrain l'annonce bien avant la chute du poème: la mer aura le dernier mot sur nous.

Merci. J'ai adoré!

Rose-Amélie

P.S. Pour être allée en Gaspésie, paradis des fous de Bassan et des mouettes, je peux confirmer qu'elles sont criardes... Hahaha

  🌷
ode3117

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
503 poèmes Liste
23299 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
13 août
  Publié: 21 juil à 09:41 Citer     Aller en bas de page

Merci ERRANT pour ce poème qui n'est pas sans me rappeler la fureur des vagues, que ce soit de la mer ou de l'océan, les drames s'y jouent souvent , oui le poème de V. Hugo comme le dit ROSE-AMELIE, rappelle bien des évènements tragiques, mais la beauté qui s'en dégage parfois est sublime.
Merveilleux poème
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2715 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
12 août
  Publié: 21 juil à 10:12 Citer     Aller en bas de page

J'ai aussi mon endroit secret pour contempler les sept mers et les aimer.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
2856 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
12 août
  Publié: 21 juil à 10:57 Citer     Aller en bas de page

Errant

Quelle quel soit, cette mer tant écrite, peinte, chantée, avec toujours sa part de mystère et cet engouement qu'elle provoque en nous ! Un très beau poème où sont réveillées avec brio toutes les émotions qu'elle nous provoque ! Merci pour cet excellent partage qui n'est pas sans me rappeler le temps qu'également je peux passer à la contempler...

" De mon rocher ", c'est la Méditerranée qui m'enchante, je l'écoute me raconter ses histoires, j'en perds la notion du temps je laisse mon regard voyager sur ses flots, m'emporter à son gré...

Ce sont effectivement le plus souvent les "rieuses mouettes" qui viennent m'extirper de mes pensées...Je rejoins notre Rose québécoise



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16494 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
12 août
  Publié: 21 juil à 12:37 Citer     Aller en bas de page

de belles images

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
1328 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
25 juillet
  Publié: 21 juil à 19:43 Citer     Aller en bas de page

Errant,
Un très beau poème qui met davantage en avant le côté hostile de la mer, cette fureur des flots capable de tout engloutir en particulier les marins qui osent l' affronter.Car malgré sa grande beauté qui incite à la contemplation, la mer comporte continuellement une menace.Mais elle est aussi celle qui permet de partir en exploration, de découvrir de nouvelles terres comme vous le dites dans l'avant dernière strophe qui nous fait penser à Chrietophe Colomb et cela créé une ouverture dans le poème en le rattachant à un ailleurs
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
364 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
9 août
  Publié: 22 juil à 02:08 Citer     Aller en bas de page

Glycine ,brodeuse de rêves , c'est bien aussi !!!

Papillon Mystère :" le rêveur voit au delà du rêve" j'aime bien le raccourci , merci

Rose Amélie j'aime votre réflexion pertinente , les mots sont bien souvent sont une rampe d'accès vers un monde intérieur
Amicalement

Merci Ode , c'est vrai la mer est à la fois tendre et tragique
Merci de on passage

 
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
364 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
9 août
  Publié: 22 juil à 02:18 Citer     Aller en bas de page

Sienkiewicz tous les mers sont belles et différentes , c'est le regard qu'on porte qui fait la différence
Amicalement

Mawringhe l'homme a toujours été subjugué par la mer
PS : la seule mouette rieuse que je connaisse est celle de Gaston (Lagaffe) 😂

Mido Ben merci d'avoir apprécié cette image de la mer

Flora c'est un peu de tout cela , la mer est à la fois un présent et un ailleurs
Amitiés

 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
392 poèmes Liste
4291 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
2 août
  Publié: 22 juil à 02:59 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Errant,
très joli poème !
La mer est source éternelle d'inspiration.Elle a su t'inspirer de très belle manière.
Un rêveur a toujours un peu de vague à l'âme devant les lames d'une vague.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Mi biche mi serpent, ça dépend des moments (@Storm)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
314 poèmes Liste
18399 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
11 août
  Publié: 22 juil à 04:51 Citer     Aller en bas de page

Tout a déjà été dit dans les autres commentaires, juste dire que j'ai beaucoup aimé

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Damon

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
480 commentaires
Membre depuis
20 février 2018
Dernière connexion
11 août
  Publié: 22 juil à 09:05 Citer     Aller en bas de page

Un poème inspiré, un élan du cœur vers l'infini.

 
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
55 poèmes Liste
3001 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
9 août
  Publié: 22 juil à 17:46 Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé. La mer est un lieu source d'inspirations ... Où nous pouvons tant réver

 
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
364 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
9 août
  Publié: 23 juil à 01:49 Citer     Aller en bas de page

Merci Pichardin il est vrai que la mer rend souvent mélancolique
Amitiés

Bestiole merci de votre passage

Damon , Cidnos merci de votre halte amicale

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 256
Réponses: 15
Réponses uniques: 13
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0354] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.