Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 42
Invisible : 0
Total : 45
· Loïc Lacam · ode3117 · Wilhelm
13177 membres inscrits

Montréal: 13 août 04:29:39
Paris: 13 août 10:29:39
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Des colles aux rations... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
145 poèmes Liste
6799 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
12 août
  Publié: 30 juil à 13:16
Modifié:  31 juil à 05:05 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

La tunique était safran comme la paume se levant
De toutes les traverses saignent les voix du vent
Au milieu d'un mirage, je m'étais assoupi, pluvieux
Le ciel s'étirait comme un oiseau mort et bleu.

La tête, au fond, comme un affront, se vide, de tous les maux, que l'on dit, sans mots, du reste, suivant le train, au cœur, sans tain, du geste...

Les doigts se nouent comme la boue entre les dents
De la mémoire tous les miroirs fondent en riant
En pleine conférence, j'ai perdu l'adhérence au moite
Le silence m'acclamait à l'aune des limbes coites.

La clé, en (r)ut, gambadait, entre les jambes, de coryphées, qui somnolaient, en observant, des rats, vissant, des cormorans, dans les coulisses...

Les fleurs sont ivres comme la chemise des revenants
De chaque illumination la notion d'être se fait temps
Sur un anneau de Saturne un somnambule diurne jouait
Un air de free-jazz de Harlem à La Paz se promenait.

Le sang, en noir et blanc, prenait sa source, au pied d'une ourse, qui "s"emmiellait", lorsque j'admis, qu'avec la nuit, tout s'abandonne, sans que raisonne, le moindre doute...

Hubix.

 
doux18 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
588 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
13 août
  Publié: 1er août à 12:36 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Hubix,

Un titre en forme de jeu de mot, comme souvent chez toi...

...Et toujours ces associations de mots surprenantes qui créent de superbes images à la beauté paradoxale, un poème énigmatique qui accroche l'attention.

Je n'ai pas tout compris, mais cela n'a aucune espèce d'importance (et je suis convaincu qu'un poème n'a nullement besoin d'être expliqué), porté par la fluidité du texte, son énergie interne, la colonne vertébrale de son inspiration...

Pour moi dans ce bel ensemble deux passages se détachent particulièrement :

Citation de Hubix-Jeee
La tunique était safran comme la paume se levant
De toutes les traverses saignent les voix du vent
Au milieu d'un mirage, je m'étais assoupi, pluvieux
Le ciel s'étirait comme un oiseau mort et bleu.



Et :

Citation de Hubix-Jeee
Les fleurs sont ivres comme la chemise des revenants
De chaque illumination la notion d'être se fait temps
Sur un anneau de Saturne un somnambule diurne jouait
Un air de free-jazz de Harlem à La Paz se promenait

...

Mes amitiés,
Pierre-Emmanuel

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
145 poèmes Liste
6799 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
12 août
  Publié: 2 août à 03:46 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Pierre-Emmanuel...

Bon, d'abord surpris que ce soit toit qui (me) laisse un commentaire, sachant que je n'écris pas le genre de poésie qui doit t'attirer et pourtant...

Ça me fait rudement plaisir, moi qui aime dialoguer sur le sujet même de la poésie et la faible quantité de commentaire ne m'en donne pas souvent l'occasion, c'est bien dommage...

Bref, au sujet de ta parenthèse, je suis entièrement d'accord avec toi, la poésie n'a pas pour but d'expliquer quoi que ce soit, un poème qui explique quelque chose n'est pas un poème, c'est une notice...

Concernant mon poème, je comprends toujours la difficulté à appréhender et je vois que, au moins, sur la forme, c'est-à-dire la musicalité, la couleur, il ne laisse pas indifférent...

Sur le fond, le problème (pas pour moi!) reste toujours le fait qu'en essayant de saisir le sens on s'éloigne de l'essence du poème, étant donné que celui-ci, comme beaucoup d'autre s'allie au surréalisme, à l'onirisme ou à une réalité décalé, qui, pour les trois, n'a pas de lien directe avec la logique ou quelque sens à donner...

Ce poème prend son origine dans une conception de l'irréalité, de ce que le cerveau conçoit, d'une manière différente de ce qui existe déjà, donc lié directement au mystère, de la vie, du monde, de la création, parce que la poésie est un mystère... une énigme à plusieurs inconnues, un chemin aléatoire qui se forme de lui-même...

Bon, j'arrête-là et te remercie vivement...

Amitiés...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 114
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0245] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.