Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 178
Invisible : 0
Total : 179
· Poemian
13319 membres inscrits

Montréal: 25 oct 00:46:28
Paris: 25 oct 05:46:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Rêve noir... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
6862 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 16 oct à 14:21 Citer     Aller en bas de page

Ces rêves incessants
Qui griffent, qui torturent
Mon âme qui suppure
S'expriment du néant.

Sur la grève sordide
Un corbeau me regarde
Au soleil gris, fétide
D'une raison blafarde.

Gémit la plaine dense
Au lointain fumet d'ors
Où brûle l'innocence
D'un enfant déjà mort.

La pluie noire, au-delà
Du silence des maux
Vient caresser la voix
Des chœurs matinaux.

La boue se lie au sang
À la folie des hommes
Qui dorment en écoutant
Le "Home Sweet Home".

Les forêts se déchirent
Au vent de vains remords
Le soufre des soupirs
Se répand, sans effort.

La lumière disparaît
Au sépulcre lunaire
Je me sais, désormais
Aux portes de l'enfer...

Hubix.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
720 poèmes Liste
15380 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 17 oct à 04:40 Citer     Aller en bas de page

Les forêts se déchirent
Au vent de vains remords
Le soufre des soupirs
Se répand, sans effort.

La lumière disparaît
Au sépulcre lunaire
Je me sais, désormais
Aux portes de l'enfer...




Tous s'accorde dans l'ambiance noire de ce poème.
Je t'envoie une brise sicilienne encore assez chaude , malgrè l'automne.

gala


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
6862 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 17 oct à 11:47 Citer     Aller en bas de page

Merci Lilia...

Je reviens à la noirceur de certains poèmes des débuts, mais en restant dans une écriture simple, suffisamment claire pour être saisie de suite... Alors que, personnellement je rêve très rarement ce genre de chose, sombre et glauque, le gris, le noir et le rouge ont dessiné ce rêve décrit comme tel... Mais, quelque part, il pourrait y avoir un quelconque lien, non désiré bien entendu, avec une réalité plus ou moins présente... Ce n'est pas, en tout cas, l'idée de départ...

Amitiés...

Hubix...

 
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 18 oct à 08:55 Citer     Aller en bas de page

Un univers familier pour moi... J'aime !

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 114
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0191] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.