Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 29
Invisible : 0
Total : 36
· Amanda · Drôle d'oiseau · datura. · doux18 · Lapoètesse
Équipe de gestion
· Maschoune · Emme
13104 membres inscrits

Montréal: 19 avr 06:54:34
Paris: 19 avr 12:54:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Ephémères (janv 2010) : "Toutes les résolutions que je ne prendrai pas..." :: Lettre à Louise [extrait] Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 10 jan 2010 à 05:43 Citer     Aller en bas de page

Lettre à Louise, Paris, 4 Janvier 2010



Louise,

Ca faisait longtemps que je n'avais pas pris le temps de t'écrire, ni même de chercher à savoir ce que tu deviens. Cela se compte maintenant en années sûrement. Je ne sais pas pourquoi, cela s'est produit, et je ne saurais t'expliquer pourquoi je n'ai jamais su mettre un voile d'oubli sur ce que l'on pourrait appeler notre relation, fût-elle si brève lorsqu'on s'attache aux dates officielles.

J'aurais plein de choses à te dire, à te raconter si j'en avais l'envie mais je n'en ferais rien. Ce n'est pas que je n'ai pas le désir de te conter toutes les choses que je n'ai pas su combler, toutes les filles aux aventures ratées, toutes ces soirées à attendre, à faire semblant de rire et de sourire pour musser au plus profond le masque de souvenirs, les sentiments et les ressentiments qui n'ont cessé de me hanter. Ce n'est pas que je n'ai pas cette attitude qui fait des gens, des personnes respectables quand elles ont réussi à nier leur passé pour mieux vivre leur présent, cette posture qui veut qu'on dise à l'autre que « je vais bien, ne t'en fais pas » avec cette pointe d'égoïsme, de reproche ironique. On ne sait pas ce que l'on contemple lorsqu'on laisse ces mots-là : si c'est notre inusable fidélité à nos moulins à vents, ou bien, si c'est seulement, notre éternel besoin d'entendre dans les paroles de l'autre, que l'on a été autre chose qu'un mouchoir en papier.

Non, je n'ai pas d'histoires à coucher dans ses lignes. Pourtant, tu me connais un peu, et tu sais, que je ne sais garder en moi, les tortures que mon propre cerveau m'inflige pour obtenir l'illusoire d'une rédemption. C'est pour cela que je t'écris. Je ne sais si, dans un coin de ta mémoire, tu te rappelles encore ce que je t'avais promis... Que de notre histoire, j'en ferais le récit, que chapitre après chapitre, j'en ferais le roman. Rassure-toi, je n'y ai pas mis l'essentiel, j'ai mélangé les personnages, les années, de la même manière que tu aimais tant quand tu lisais encore mon âme pour connaître l'avant.

[...]

Il neige ce matin, comme il y a quatre ans. Paris a des reflets intimes qui me rappelle les trottoirs d'Orléans. Il me souvient que nous aimions avoir froid pour nous tenir serrés un peu plus à chaque instant. Il me souvient que nous redoutions le printemps et l'été qui nous sortiraient de nos escapades d'amants. Et ce fut vrai. Et ce fut encore plus violent.

[...]

Où que tu sois, quoique tu lises en découvrant cette lettre, je veux que tu sois sûre que de toutes les résolutions que je ne prendrai pas, celle de te conjuguer au passé, celle de t'ôter de mon présent, ne sera plus jamais. J'ai encore feuilleté ces pages, effleurer la tranche de ce livre en me le demandant. J'avais encore des doutes mais là, définitivement, j'ai décidé d'abandonner notre intime à cette essence de moi que tu aimais tant.

Je te laisse sur ces lignes et j'espère que ton image gravée ainsi en fera autant.

Et même si je nous mens.


Samuel.


Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 10 jan 2010 à 16:50 Citer     Aller en bas de page

Quand je l'aurais expurgée de tout ce qui pourrait être mal compris ? Quand il n'y aura pas d'enjeu ?

* et puis je n'en ai vu que des petits bouts de cette lettre... car elle ne m'était pas adressée... alors... voilà... faut que j'm'en rappelle de mémoire... hein... ^^ *

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
24 février
  Publié: 11 jan 2010 à 13:20
Modifié:  11 jan 2010 à 13:21 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Beaucoup de non dits en fait... C'est assez personnel comme lettre, je ne m'y attarderai pas, pour ne pas aller plus loin...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 13 jan 2010 à 17:01 Citer     Aller en bas de page


(oui... plutôt... et a priori encore difficile à exprimer dans sa totalité)

merci.

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 16 jan 2010 à 05:15 Citer     Aller en bas de page

Justement non... Ca n'est pas de l'oublier... C'est au contraire, mettre à jour... Et enfin, ne plus mettre le voile. Assumer l'écriture de l'histoire jusqu'à sa présentation au "monde", assumer sa subjectivité et donc en partie ce qui tient de "ma" vérité et "ses" mensonges...

Je dis "Je" mais en réalité, c'est "Il", Samuel... Même si l'on peut avouer que Sam fait partie du "Je".

Merci de ton passage

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9795 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 28 jan 2010 à 10:21 Citer     Aller en bas de page

Tilou

J'aime ta lettre elle commence par une négative.

"J'aurais plein de choses à te dire, à te raconter si j'en avais l'envie mais je n'en ferais rien"

Et là tout défile , j'adore , je pense aussi que ta lettre ne se termine pas ici et tes souvenirs sont bien vivants en toi..

j'ai beaucoup aimé

Merci pour ce doux moment nostalgique

Sélénaé

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 17 févr 2010 à 17:22 Citer     Aller en bas de page

Désolé du retard dans la réponse... Mais c'est vrai que je ne suis pas trop les commentaires... de manière régulière...

En tout cas.... Je n'ai pas grande réponse à te faire... je le prends pour une certaine vérité.

Merci vraiment

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1004
Réponses: 6
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0351] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.