Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 11
13242 membres inscrits

Montréal: 1er déc 21:28:15
Paris: 2 déc 03:28:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le Lièvre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tartignole

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
3 février
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 21 nov à 05:56 Citer     Aller en bas de page

Une légende de terroir dit que si la future accouchée croise le lièvre (dont le museau est fendu) l’enfant à naître aura un « bec de lièvre »


Le lièvre

Ne maudissez pas le lièvre
A la lèvre fendue
Même quand il croise
La future accouchée
Qui cueille des framboises

S’il apparaît, puis disparaît
Dans les bosquets et les talus
C’est pour aller confectionner
Avec la sauge ou bien la rue
Une drogue d’immortalité

A l’ombre d’un grand figuier
Il broie les simples et les graines
Dans la profondeur d’un mortier
Pour reconstruire les fleurs fanées
Et faire revivre la marjolaine

Son œil lunaire
Jette un éclair
Aux mortes eaux
Pour que revivent les roseaux
Et que pousse le romarin

Alors n’oubliez pas, vous les humains
Que si le lièvre
S’est mordu la lèvre
C’est d’avoir bien trop ri
De toutes vos idioties

Auriez-vous su comme lui
Régénérer les eaux fécondes
Faire renaitre le cycle de la vie
Partout et jusque dans les ondes ?

Car dans la nuit
Quand l’enfant dort
Le lièvre revisite sa mère, la terre
Dont l’utérus est son terrier
Et l’implore
De donner la prolixité
A chaque printemps qui revient

Dites merci au lièvre gris
Quand il croise votre chemin
Il veille au cycle de la vie
Il ne peut pas dire mieux, ni plus fort
Ce que les hommes trop souvent ignorent :
« Quand la vie se reconstruit
C’est toujours à travers la mort »



 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
16725 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 21 nov à 11:23 Citer     Aller en bas de page

Jolie fable

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Tartignole

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
3 février
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 21 nov à 12:24 Citer     Aller en bas de page

bonjour Mido Ben

Mais ce n est pas du tout une fable! C'est la vérité! Je vous en donne ma parole de poète

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
1293 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 21 nov à 13:06 Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé suivre cette démonstration de leçon de la nature , et sa sage conclusion

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Tartignole

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
3 février
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 22 nov à 04:12 Citer     Aller en bas de page

merci pour votre commentaire.

Nous subissons tous la loi de la nature, essayons de ne pas l'oublier et vivons en harmonie avec elle.

 
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
1111 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 24 nov à 13:53 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Tartignole,

Un grand merci pour ce poème qui en dit long sur les rapports de l'homme avec sa mère créatrice. L'homme est un matricide. Mais heureusement qu'il y a des lièvres pour nous le rappeler.

Merci Tartignole. et bravo pour cet écrit simple et sublime à la fois.

Amitiés.
JMJ

 
BORZEK Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
69 commentaires
Membre depuis
15 novembre
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 24 nov à 13:57 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Tartignole,

Joli, J'ai bien aimé les changements de rythme qui apportent encore plus de vie au texte.

Belle soirée,
Amicalement,
BORZEK

 
Tartignole

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
3 février
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 25 nov à 05:05 Citer     Aller en bas de page

Bonjour J M Jahel, l’essentiel est que nous fassions des prises de conscience et que nous agissions en conséquence.
Bonne journée

 
Tartignole

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
3 février
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 25 nov à 05:14 Citer     Aller en bas de page


Bonjour Borzeck

Le lièvre est rapide, comme la vie. L‘observation de la nature peut nous apprendre la… sagesse, ce qui nous fait trop souvent défaut…
Amicalement

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 113
Réponses: 8
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0233] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.