Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 29
· Authilie · actuaire · navigateur · Lapoètesse · Chlamys · doux18
13126 membres inscrits

Montréal: 25 avr 06:33:52
Paris: 25 avr 12:33:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: L'ecole Nationale des Anes..... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 24 nov 2013 à 13:42
Modifié:  8 déc 2013 à 23:24 par TitiKJ
Citer     Aller en bas de page

Il était un seigneur, voulant vagabonder
Qui mandat son ministre en charge du climat
J’aime fort à flâner, lui dit il, mais voila
Je hais ce crachin fourbe : il ose me mouiller

Croyez-vous, qu’un nuage au mépris de mon rang
Aurait l’outrecuidance de gâcher ce périple
Pensez-vous au contraire, que Dieu et ses disciples
Sauront bien se tenir, en prônant le beau temps ?

Le ministre du ciel aux ordres du seigneur
Voulant point contrarier son maitre souverain
Lui promit chaud soleil, et ciel bleu comme écrin
Et pas de goutte d’eau, dans les prochaines heures

Pourtant chemin faisant, il croisa sur sa route
Un brave paysan, aux vêtements crottés
A cheval sur un âne aux oreilles baissées
Qui se permit, ce gueux, de dispenser ses doutes

« Sans vouloir offenser votre immense grandeur
Je vous conseillerais de faire demi-tour
Il n’est pas interdit que des nuages lourds
Se transforment en pluie et vous fassent grands torts »

Le seigneur faisant fi, des mots du paysan
Négligeant son avis, continua son chemin
Se moquant, par ailleurs, des dires du gredin
Qui déniait les propos du ministre savant

Il n’eut pas fait cent pas, que la pluie pressentie
Du dit gredin, tomba comme pour signifier
Qu’en termes de climat, le Bon Dieu se moquait
Des pourvus, gens de peu, indigents ou nantis

Aussi il eut tôt fait de convoquer le gueux
Et de lui proposer le poste du ministre
Licencié, n’ayant pu programmer ce sinistre
Qui le vit au château rentrer mouillé, crotteux

Seigneur, lui dit le bougre, je ne maîtrise en rien
Du ciel les fantaisies, mais c’est mon Âne gris
Qui baissant les oreilles aux jours de grandes pluies
M’indique que le temps sera fort incertain

Convaincu du pouvoir étonnant de la bête
Il engagea Martin, équidé du Poitou
Qui coula dés ce jour un destin d’âne doux
Et baisse les oreilles à la moindre trempette

Puis créa une école pour perpétuer la chose
Où l’on enseigne aux ânes et de doctes manières
La gestion d’un pays, abstraite et singulière
Les rendant érudits, mais atteints de sclérose

Dés lors dans le pays, en chaque ministère
Sont recrutés des gens qui sortent de l’ENA*
Diplômés, Brevetés en moult Doctorats
Qui oublient ce bon sens des hommes de la terre


*Ecole Nationale des Ânes




















  Le Kajoleur
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
728 poèmes Liste
21604 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 24 nov 2013 à 13:59 Citer     Aller en bas de page

J'ai trouvé ta fable fine et spirituelle. Bien écrite ce qui ne gâche rien.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
229 poèmes Liste
15177 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 25 nov 2013 à 10:05 Citer     Aller en bas de page

très belle profondeur dans ton récit
bel écrit

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
3934 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
2 avril
  Publié: 26 nov 2013 à 04:44 Citer     Aller en bas de page

............

Quelle chute !

Tout à fait au top pour conclure en beauté ce conte ....des mors perdus....


Ah ! Que ne fais-ton pas l'école obligatoire du bon sens paysan ou d'introduire dans nos "grandes écoles" la matière du" savoir le bon sens"....



Et l'écriture est d'une fluidité admirable.....





  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
429 poèmes Liste
21561 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 28 nov 2013 à 14:56 Citer     Aller en bas de page

C'est " beau dès " le début, une belle fable et très enrichissante c'est vraiment bien recherché et très bien écrit.
Il y en a qui en prennent pour leur grade.
Quand je vous le dis que les ânes sont plus intelligents que les hommes, toutes les bêtes d'ailleurs, alors pourquoi les appeler ainsi.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
346 poèmes Liste
3597 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 30 nov 2013 à 06:54
Modifié:  30 nov 2013 à 06:55 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Bonjour TitiKJ
voilà une fable que j'ai apprécié de bout en bout. C'est très bien écrit et ça se lit avec délectation...
Bravo pour la fin...
Je pense que toute ressemblance avec des personnes vivantes ou ayant existé ne serait que fortuite... Forcément !
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 627
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0275] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.