Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 41
Invisible : 1
Total : 42
13086 membres inscrits

Montréal: 21 mars 10:28:38
Paris: 21 mars 15:28:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Ephémères (janv 2010) : "Toutes les résolutions que je ne prendrai pas..." :: Irrésolutions de janvier Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 13 jan 2010 à 19:08
Modifié:  29 nov 2010 à 17:07 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page



En mal de lui je m'intoxique
Je suis toujours l'irrésolue
Shootée aux songes impudiques
Sans volonté et sans vertu

Perdue dans mes introspections
Mes pensées sont encore volages
Et l'objet de mon obsession
Reste l'arrivée d'un message

C'est absurde et c'est dérisoire
Mais tel est mon plus grand souhait
Poussant ma fièvre au désespoir
Ça ne mène à rien je le sais

Je bouillonne mais je me tais
Dans mon désir contradictoire
Car ce délire d'amour m'effraie
Et je redoute de le voir

Araignée grisée de patience
Au cœur d'une toile tourmentée
J'attendrai jusqu'à l'indécence
Le signal fort du bien-aimé


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
29 mai 2018
  Publié: 14 jan 2010 à 03:06 Citer     Aller en bas de page

Irrésolue à prendre des résolutions, ça me semble assez intéressant/original comme façon d'aborder le thème. Ça tourne autour des résolutions qu'on ne peut pas prendre, ne plus (l')aimer, passer à autre chose... Mais sans doute un peu contradictoire, oui, car dans son apparente tristesse, il reste le désir de ne pas se résoudre à ne plus espérer (hou ça fait beaucoup de négations ça), même si ça fait mal, même si...

(Nonon, je finis toujours pas mes phrases, quelle idée !)

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 14 jan 2010 à 04:32 Citer     Aller en bas de page

Merci Halentien, ton commentaire est touchant. Hélas, je ne peux partager ce spleen… sauf avec lui peut être ?
Amitiés

Chère Eliawe je suis dans le marécage de l'irrésolution. Je pensais pouvoir me passer de lui mais il semble que je ne sois pas sur la voie du renoncement, enfin pas encore. L'espoir est un parasite dont il est difficile de se débarrasser. Je te remercie pour ta lecture attentive, je crois que tu as parfaitement compris mon idée. Biz

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 14 jan 2010 à 05:15 Citer     Aller en bas de page

Ben... Juliette m'a ôté les mots de la bouche en fait...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 14 jan 2010 à 06:33 Citer     Aller en bas de page

Merci Eriune de ton passage. Amitiés

Cher Stephan, vous avez raison de ne pas me plaindre, je me torture à plaisir. Quand on a le sentiment, même illusoire qu'une relation n'est pas finie, on s'accroche. Mais comme je ne suis pas, malgré la métaphore de l'araignée, si accrocheuse que ça, j'espère silencieusement. J'ai tendu mon fragile piège, on verra…
Amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Didier
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
2444 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2005
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 14 jan 2010 à 08:02 Citer     Aller en bas de page

Poème plein d'élan bien sur au vu de la situation !
Mais c'est tellement intense de vivre des moments comme ça que, même si la souffrance serre trop fort la main du plaisir, on ne s'en passerait qu'avec regrets.
Au fait...Bonne chance.
Didier

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 14 jan 2010 à 08:51 Citer     Aller en bas de page

Citation de opopop
Je crois que j'aime tout autant ton poème lacérant, que ce que tu dis dans tes commentaires sur l'espoir parasite, et les histoires dont on s'accroche encore et toujours.

Il y a ce je ne sais quoi, qui me fait un drôle d'écho.
Et si je vise vrai, alors je dois te dire que j'ai de mon côté coupé les toiles d'araignée, et jeté l'espoir dans une poubelle publique. Où tout le monde passe, et j'ai là rencontré de nouvelles personnes très intéressantes...

Comme quoi, tout est envisageable Aude, et plus encore, tout est réalisable.



Je rencontre des personnes intéressantes, Opopop, mais je suis prisonnière de ma propre passion. J'ai autant l'espoir de m'en libérer que de m'y enfoncer encore plus profondément.

Citation de Didier
Poème plein d'élan bien sur au vu de la situation !
Mais c'est tellement intense de vivre des moments comme ça que, même si la souffrance serre trop fort la main du plaisir, on ne s'en passerait qu'avec regrets.
Au fait...Bonne chance.
Didier



J'aime beaucoup ton expression : la souffrance serre trop fort la main du plaisir
C'est une très belle trouvaille et très juste. Amitiés Didier

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23519 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
26 décembre 2018
  Publié: 14 jan 2010 à 09:06 Citer     Aller en bas de page

je trouve ce texte sublime ! merci Aude pour ce poème !

  Membre de la Société des poètes Français.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 14 jan 2010 à 16:14 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup James.
Sublime ? Non, plutôt pitoyable. Son seul mérite est sa vérité. Je l'ai écrit pour l'homme que j'aime, j'y ai mis ce que je peux y mettre de plus vrai : hésitations, peurs, machiavélique féminité, supplications. Pour une fois pas trop de séduction, enfin je crois.
J'ai mis mes pions sur la table de jeu, je peux aussi bien perdre que gagner.
Et si je gagne je peux tout perdre dans le même temps.
L'amour c'est compliqué. Amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
HectorVigo

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1680 commentaires
Membre depuis
7 septembre 2008
Dernière connexion
4 juin 2016
  Publié: 14 jan 2010 à 17:02 Citer     Aller en bas de page

Une Aude accroc à son homme...joli poème

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 14 jan 2010 à 18:25 Citer     Aller en bas de page

Eh oui, Hector, un seul être vous manque… Tu connais la suite.
Amitiés cher lecteur

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 14 jan 2010 à 20:14 Citer     Aller en bas de page


Bien plus sage
Que moi bien sûr
Le message
N'arrive pas…

Toujours le mur !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1013 poèmes Liste
16349 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
18 mars
  Publié: 15 jan 2010 à 03:08 Citer     Aller en bas de page

"J'attendrai jusqu'à l'indécence
Le signal fort du bien-aimé"

Bonjour Aude...
Je crois que si je pouvais faire un vœu, après avoir lu ces mots, ce serait que tu n'ai pas à attendre ce signal ! Tu laisses transparaître une telle richesse intérieure de toi dans tes poèmes, je suis sur que dans la toile que tu as tissée, un gentilhomme viendra s'y poser !
J'ai aimé venir te lire !
Amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
685 poèmes Liste
14789 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 15 jan 2010 à 04:24 Citer     Aller en bas de page

...j'ai tendu mon fragile piège...on verra

Et oui, quand on veut reprendre , continuer a' vivre sa passion, tisser des pièges -même si fragiles- aide et couvre un peu le vide d'une passionne a' la quelle on est incapables de renoncer....



Je te comprends, oh si je te comprends....

Galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 15 jan 2010 à 08:08 Citer     Aller en bas de page

Cher Pyc, si ce signal arrive je crois que j'en serais à la fois heureuse et effrayée. Ainsi sont les araignées, qui tissent leur toile pour capturer les papillons mais qui redoutent le choc de leur interception. Amitiés

Tselano, si tu te reconnais c'est que la souffrance de l'absence est universelle. Attendre, attendre, attendre. Patience. Et après oubli ?
Amitiés

Je suis incapable de renoncer Galatea, tu le vois. De la volonté ? Nada…
Amitiés

Démone ma chère, je ne suis pas morte et donc je continue d'espérer. Quelle vanité…
Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 15 jan 2010 à 08:23 Citer     Aller en bas de page

Citation de Vénusia
une non résolution qui ressemble étrangement à un souhait formulé très fort,
merci de ma lecture



Tu as bien compris Venusia. Mais mon souhait est il formulé assez fort pour être entendu ?
Désolée du décalage de ma réponse, bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Narcissange


emia t ej tnat seniev sem snad sap semusnoc et en ut ùo ruoj nu sap tse n lI
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
2182 commentaires
Membre depuis
23 novembre 2008
Dernière connexion
18 septembre 2016
  Publié: 16 jan 2010 à 06:41 Citer     Aller en bas de page

voilà un poème que j'ai ressenti mot pour mot... sans doute parce que mon propre coeur connait ces maux et ces irrésolutions... merci pour ce partage aude



Ma

  ma971
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 17 jan 2010 à 14:29 Citer     Aller en bas de page

Chère m-a, quand on aime on attend, quand on aime on espère, quand on aime on ne renonce pas…

Bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 25 jan 2010 à 05:23 Citer     Aller en bas de page

Tiens ferme tes résolutions Electron. Moi j'essaie de résoudre mes irrésolutions, mais j'ai pas la solution. Amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 25 jan 2010 à 12:59 Citer     Aller en bas de page

Je suis flattée que tu m'appelles Mystic, mais moi c'est la brune.
C'est normal, tu es nouveau, je ne t'en veux pas.

Biz Electronique

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
725 poèmes Liste
21513 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 25 jan 2010 à 14:26 Citer     Aller en bas de page

Cher Electron, on va le prendre ce café. j'avais rendez-vous avec Georges Clooney pour un Nespr mais il est trop collant ce mec. Electrobiz

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2163
Réponses: 25
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0732] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.