Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 12
Invisible : 0
Total : 12
13153 membres inscrits

Montréal: 6 déc 21:36:42
Paris: 7 déc 03:36:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: Ne jugeons pas un homme, s'il est bon ou mauvais Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aime et lis


Comme l'enfant le sage est celui qui s'étonne de tout
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
283 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
23 juillet 2007
  Publié: 10 mai 2005 à 06:02
Modifié:  10 mai 2005 à 07:01 par Aime et lis
Citer     Aller en bas de page



Voici un extrait de "Le Démon et Mademoiselle Prym" De Paolo Coelho:

"L'étranger, toutefois, était disposé à montrer que sa culture valait plus que le labeur de ceux qui l'entouraient. Il pointa son index vers un tableau accroché au mur.
-Savez-vous ce que c'est? Un de plus célèbres tableaux du monde: la dernière cène de Jesus avec ses disciples, peinte par Léonard de Vinci.
-Ca m'étonnerait qu'il soit célèbre, dit la patronne de l'hôtel. Je l'ai payé très bon marché.
-C'est seulement une reproduction. L'original se trouve dans une église très loin d'ici. Mais il existe une légende à propos de ce tableau, je ne sais pas si vous aimeriez la connaître.
Tous les clients opinièrent d'un signe de tête [...].
-Quand il a eu l'idée de peindre ce tableau, Léonard de Vinci s'est heurter à une grande difficulté: il devait représenter le bien-à travers l'image de Jésus-et le mal-personnifié par Judas, le disciple qui décidede trahir pendant le dîner. Il a interrompu son travail en cours, pour partir à la recherche de modèles idéals.
Un jour qu'il assistait à un concert choral, il a vu dans l'un des chanteurs l'image parfaite du Christ. Il l'a invité à poser dans son atelier et à fait de nombreuses études et esquisses.

Trois ans passèrent. "La cène" était presque prête, mais Léonard de Vinci n'avait pas encore trouvé le modèle idoine pour Juda. Le cardinal responsable de l'église où il travaillait commença à le presser de terminer la fresque.
Après plusieurs jours de recherches, le peintre finit par trouver un jeune homme prématuremment vieilli, en haillons, écroulé ivre mort dans un caniveau. Il demanda à ses assistants de le transporter, à grande peine, directement à l'église, car il n'avait plus le temps des faire des croquies.
Une fois là-bas, les assistants mirent l'homme debout. Il était inconscient de ce qui lui arrivait, et Léonard de Vinci put reproduire les empreintes de l'impiété, du pêché, de l'égoïsme, si fortement marquées sur ce visage.
Quand il eu terminé, le clochard, une fois dissipées les vapeurs de l'ivresse, ouvrit les yeux et, frappé par l'éclat de la fresque, s'écria, d'une voix à la fois stupéfaite et attristée:
-j'ai déjà vu ce tableaux!
-Quand? Demanda Léonard de Vinci, très étonné.
-Il y a trois ans, avant de perdre tout ce que j'avais. A l'époque, je chantais dansune chorale, je réalisais tous mes rêves et le peintre m'a invité à poser pour le visage de Jésus.
[...]
-Autrement dit, le Bien et le Mal ont le même visage. Tout dépend seulement du moment où ils croisent le chemin de chaque être humain.

Paolo Coelho dans "Le Démon et mademoiselle Prym"

  Tant qu'il y aura de l'amour dans votre coeur, il y aura du bonheur dans votre vie!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 988
Réponses: 0

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1014/13130

8.7%
 
 88 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 78 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.9%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.9%
 
 161 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 109 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 195 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.1%
 
 315 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0200] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.