Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 122
Invisible : 0
Total : 125
· Kali_ · ode3117
Équipe de gestion
· Maschoune
13162 membres inscrits

Montréal: 27 mai 05:37:41
Paris: 27 mai 11:37:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Il regardait les feuilles tomber Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 3 nov 2010 à 15:13
Modifié:  17 juin 2011 à 05:37 par Eylork
Citer     Aller en bas de page

Il regardait les feuilles tomber

***

Il regardait les feuilles tomber

Tout simplement.

Les yeux accrochés à ce lent ballet mortuaire,
Il essayait de vivre cet instant.

Le violon dans l’âme et des rêves au cœur, une mélodie vint envahir son être.

Il ne dessinait plus un tableau fardé par les teintes l'automne, non, son crayon prenait bien d’autres arabesques, d’autres courbes, d’autres lignes qui l’amenaient toutes vers la candeur innocente d’une page blanchie par la naissance d’un sentiment, d’une émotion… il ne dessinait plus l’or sylvestre d’un charme qui aveuglait ses yeux, il ne dessinait plus l’éventail des couleurs réchauffant la froide morsure d’un vent impétueux.
Il ne dessinait plus, non… il écrivait.

Il écrivait
Et les feuilles continuaient de tomber

Tout simplement.

Les yeux enchaînés à cette lente danse mortelle
Il essayait de survivre à ce moment.

Le violon au bord des larmes et le souvenir au creux des doigts, un parfum vint submerger son être.

Le regard porté aux cieux, il effleurait la brume de souvenirs évanouis depuis une éternité.
Le temps avait fait son office, le glas résonnait encore une sentence sans appel. Aucune époque, aucun siècle n’aurait pu retenir la fuite éperdue de cette gamme pleurée à l’âme des saisons… il ne regardait plus le ciel grisé d’une mélancolie passée, il ne regardait plus la déchirure azurée d’anciens récits oubliés.
Il ne regardait plus non… les yeux fermés, il écoutait.

Il écoutait
Le bruissement de feuilles venant à tomber

Tout simplement.

Le violon en un sésame secret et par son sanglot étouffé, vint délacer l’encrier impétueux de son être.


Assis sur le tapis d’une saison dont le velours ambré embrassait son corps, un homme tout à son violon d’Ingres, écrivait le battement d’un sentiment renaissant.
Le silence gravé en ses lèvres, il caressait le songe de tout recommencer.
Les mots s’amassaient sous la lumière dorée d’un nouveau jour, reflétant ainsi l’ambiance mordorée d’une nature valsant l’air automnal. La terre appelait de son ciel la poésie printanière pour y recueillir la saveur du soleil estival. Elle ouvrait les vannes aux frondaisons ombragées d’où naissait une pluie continue de dentelles ciselées par l’essence de charmes, d’êtres, dont la sève n’était autre qu’une encre recueillie à même les rêves, les songes d’un avenir proche.

La terre glissait en son sein le fruit de sa passion.

En une lente et dernière romance, une feuille vint délicatement se poser sous la plume de cet homme.
L’archet du virtuose gémit l’ultime trémolo d’une ancienne pléiade.

Un homme écrivit

Tout simplement

L’amour

***

Pascal
03/11/2010


http://www.youtube.com/watch?v=svP7soh2kTQ&list=QL&feature=BF

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15508 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 3 nov 2010 à 17:55 Citer     Aller en bas de page

C'est " tout simplement" superbe!!!!!!


"Le violon dans l’âme et des rêves au cœur, une mélodie vint envahir son être.
Le violon au bord des larmes et le souvenir au creux des doigts, un parfum vint submerger son être.
Le violon en un sésame secret et par son sanglot étouffé, vint délacer l’encrier impétueux de son être."

La reprise comme un refrain donne une envolée particulière à cet écrit...

Merci pour ce délice de lecture qui va rejoindre mes favoris....

Alex

 
Mystic4Ever


Le tant me manque et toi bien plus encore!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
762 poèmes Liste
10443 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 3 nov 2010 à 18:05 Citer     Aller en bas de page

C'est sublime, pas d'autre mot tant l'emotion est vive!!!

Mystic

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 3 nov 2010 à 20:07 Citer     Aller en bas de page

Somptueux
Un vrai moment de bonheur
Amitiés
Thierry

 
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 3 nov 2010 à 20:32 Citer     Aller en bas de page

Il regardait les feuilles tomber...
... Et pour ma part, j'écoute le silence et je reste muette devant tes mots...
... Envie de te dire tellement de choses : te féliciter entre autres...
... Mais je n'y arrives pas... Les mots m'échappent...
Pourtant, tes mots ont fait écho en moi...
... Alors même si ce que je te dis est peu de choses...
... Merci mille fois pour cette belle lecture.


Yaël

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
Narcissange


emia t ej tnat seniev sem snad sap semusnoc et en ut ùo ruoj nu sap tse n lI
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
2182 commentaires
Membre depuis
23 novembre 2008
Dernière connexion
18 septembre 2016
  Publié: 4 nov 2010 à 10:59 Citer     Aller en bas de page

une prose somptueuse et glissante comme une mousseline de soie... merci de ce très beau partage Pascal

amicalement

Ma

  ma971
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 4 nov 2010 à 11:51 Citer     Aller en bas de page

Oui ... Une superbe lecture ... Qui ramène à des photos personnelles ... Tout le monde est amenés à contempler des feuilles qui tombent inéroxablement ... Comme bon nombre de choses de la vie ... Merci !

Amitiés de Mr B.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 8 nov 2010 à 13:16 Citer     Aller en bas de page

Les mots sont venus par eux même... simplement regarder par la fenêtre les feuilles tomber et en son coeur avoir cette étincelle qui se révèle...

Je vous remercie toutes et tous pour vos impressions sous ce texte, mes mots ont eu un écho en vous, les votre en moi...
Je ne sais que dire de plus, merci...

Amitiés
Pascal

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1024 poèmes Liste
16534 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 10 nov 2010 à 12:10 Citer     Aller en bas de page

beaucoup ont un jour regardé les feuilles tomber, mais peu ont su écrire à partir de cette vision avec la beauté dont tu as fait preuve et qui sublime ta prose...c'est ta sensibilité qui pose les mots, qui nous touche tous, nous lecteurs émerveillés !
Vraiment, je te dis bravo pour tout cela !
amitiés très chaleureuses à toi.
pyc.

 
L'Architecte


Entre beauté stylistique, profondeur émotive et subtilité métaphorique
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
1514 commentaires
Membre depuis
6 juin 2010
Dernière connexion
18 janvier 2018
  Publié: 15 nov 2010 à 16:01 Citer     Aller en bas de page

Astre, une magnifique peinture poétique d'une délicate précision imprégnée de douceur et d'amour. Je n'avais pas l'occasion de le commenter car il me semble qu'il avait un avertissement. C'est une lecture exquise
Merci de l'avoir partagé et au plaisir...
Mdmgba, L'Architecte D'Emaux
Mes amitiés poétiques

 
Textes protégés sous Copyright numéro 00049021
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
710 poèmes Liste
15148 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 18 nov 2010 à 03:40 Citer     Aller en bas de page

La nature qui s'habille d'automne , un sentiment profond qui a besoin de se manifester et voilà la meilleure poèsie...

Assis sur le tapis d’une saison dont le velours ambré embrassait son corps, un homme tout à son violon d’Ingres, écrivait le battement d’un sentiment renaissant.
Le silence gravé en ses lèvres, il caressait le songe de tout recommencer.
Les mots s’amassaient sous la lumière dorée d’un nouveau jour, reflétant ainsi l’ambiance mordorée d’une nature valsant l’air automnal. La terre appelait de son ciel la poésie printanière pour y recueillir la saveur du soleil estival. Elle ouvrait les vannes aux frondaisons ombragées d’où naissait une pluie continue de dentelles ciselées par l’essence de charmes, d’êtres, dont la sève n’était autre qu’une encre recueillie à même les rêves, les songes d’un avenir proche.

La terre glissait en son sein le fruit de sa passion.

En une lente et dernière romance, une feuille vint délicatement se poser sous la plume de cet homme.
L’archet du virtuose gémit l’ultime trémolo d’une ancienne pléiade.


Merci Astre pour cette superbe lecture!

Amitiés

galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
6611 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
13 mars
  Publié: 18 nov 2010 à 04:43 Citer     Aller en bas de page

Un réel plaisir que cette lecture, j'aime vraiment beaucoup.

Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
22 décembre 2018
  Publié: 10 févr 2011 à 17:12 Citer     Aller en bas de page

Pyc
J'ai la chance d'arriver quelques peu à écrire mes sentiments, d'autres y arrivent tellement mieux, mais ce que je retiens c'est cette joie d'avoir réussi à l'exprimer et d'en être soulagé.
Merci beaucoup Pierre Yves
Sincère amitié
Pascal

L'architecte
C'est comme cela qu'il m'est venu, une peinture, enfin une réelle, celle qui se déroulait sous ma fenêtre... c'était tellement beau.
Merci d'être passé, ça m'a fait plaisir
Amitiés
Pascal

Zlatna
Et merci à toi d'avoir été accroché à mes mots
C'est un plaisir d'écrire
Amitiés
Pascal

Galatea
La poésie vit, s'écoule en chacun, je suis sincèrement content d'avoir su exprimer en partie cette part de moi même.
Merci
Amitiés
Pascal

Patrick
Heureux de vous voir, et de savoir que la lecture est appréciée.
Merci
Amitiés
Pascal

Red
C'est ce que j'aurais aimé dire aux feuilles qui tombaient... elle est là toute la beauté.
Merci de ton passage
Pascal

Nano
Merci Nano, plaisir partagé
Bises !!
Pascal

Chris

Chrissssssss !!! (vu le temps que j'ai mis pour répondre, je doute qu'un jour tu ne regardes cette réponse, mais quand même, qui ne tente rien, n'a rien)
Pour sur que ça m'a fait plaisir de te revoir par ici, les passages réguliers, irréguliers, omniprésents ou toujours absents, je m'en fou tant que tu puisses t'y retrouver et aimer tes escales.
Merci à toi et comme tu l'as dis...
... A bientôt
Pascal

 
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
25 février 2019
  Publié: 8 avr 2013 à 17:13 Citer     Aller en bas de page



Somptueux

Magnifique !!

  Vers Cassés
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3441
Réponses: 13
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2010
Décerné le 20 mars 2012
48e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,3874] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.