Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 52
Invisible : 0
Total : 57
· Broken KA · Baby Louve · Chlamys
Équipe de gestion
· Emme · Adamantine
13067 membres inscrits

Montréal: 20 mai 17:32:20
Paris: 20 mai 23:32:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Emelyne et Jenny (faits divers) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 27 oct 2003 à 08:22
Modifié:  23 déc 2008 à 09:22 par Éphémère
Citer     Aller en bas de page

Emelyne et Jenny
Inspiré d’un fait divers…(voir l’article qui suit)


Deux petites filles, deux gamines rieuses,
Parents simples aux enfances malheureuses
Elevées par obligation, et non par amour
En somme, simple fait réel de tous les jours

Mais l’histoire est plus sombre, machiavélique
Le scénario est digne de pensées maléfiques
Insouciance, folie, perversité ou simple niaiserie
Pourquoi chercher la cause, leur vie est finie…

L’aînée, sans doute arrivée trop tôt, sans prévenir,
A vécu dans la peur, sous les coups qui empirent.
Mais un jour sa souffrance s’est envolée, en fumée
Tel un criminel, son corps finit brûlé sur un bûcher…

Si l’histoire s’arrêtait la elle en serait déjà atroce
Pourtant la bêtise fut sans borne envers ces gosses
Car les parents, dans un éclair de lucidité, ont pensé
Que de cette disparition, les questions allaient fuser.

Aussi, d’une victime de la violence et de la méchanceté
Ils décidèrent d’en faire une seconde, de la stupidité,
Condamnant une enfant de trois ans, un bébé encore,
Sa sœur encore vivante, à un incroyable et affreux sort.

Ainsi pendant trois longues années de perturbations
Elle dut porter en elle ce silence et ces interrogations,
Vivant dans le mensonge, fardeau trop lourd à porter,
Pour une enfant qui ne demande qu’à vivre, qu’à jouer…

Mais ils ne limitèrent pas son supplice au silence forcé :
Ainsi tous les jours, et pendant toutes ces dures années
Elle dut devant médecin, institutrice ou parent éloigné
Jouer le rôle de sa propre sœur, qu’elle savait décédée…

Mensonge, ou vérité cachée, quels repères lui reste-t-il ?
Des parents ou de l’enfant lesquels sont les plus puérils ?
Par peur ou manque de courage devant leur terrible acte,
Préférant sans conscience la condamner à jouer cet acte.

Comment pourra-t-elle vivre avec ce si lourd passé ?
Combien d’années futures ont-ils réussi à gâcher ?
J’ai peur des circonstances atténuantes implacables,
Pour pardonner l’impardonnable, excuser l’inexcusable…


A Emelyne, et Jenny…

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 27 oct 2003 à 08:27 Citer     Aller en bas de page

Voici l'article promis :


Un jour, Jenny (1) s'était confiée à sa grande soeur. «A l'école, je m'appelle Emelyne, mais il ne faut pas le dire, sinon je me ferai disputer.» Pendant plusieurs années, l'enfant a tenu le rôle de sa soeur cadette, en classe et chez le médecin, pour masquer la disparition de l'enfant. Car Emelyne est morte, il y a au moins trois ans, des mauvais traitements que lui auraient infligés ses parents.

«Plus rien». On ne sait pas encore depuis combien de temps Emelyne a disparu. Dans leurs aveux, la semaine dernière, Jean-Michel, 35 ans, et Maud, 28 ans, les parents, affirment que le drame s'est déroulé il y a trois ans. Mais, dans l'entourage familial, plus personne n'a vu l'enfant depuis près de cinq ans. Le parrain, Laurent, se souvient d'elle à son baptême : «Elle avait dans les 1 an.» La grand-mère paternelle l'a vu «toute bébé, puis plus rien».

Elle raconte qu'en 1998, alors que son fils était incarcéré (pour conduite sans permis, selon elle), elle allait souvent à la ferme, préparer à manger aux deux derniers. «Je disais à la Maud [sa bru, ndlr] qu'il en manquait un. Elle me répondait que l'Emelyne était partie chez sa tante, qu'elle allait bientôt revenir.» Personne ne s'est inquiété plus que cela. De temps en temps, le père donnait des détails, disait que la belle-soeur avait offert une patinette. Elles vivaient, disait-il, «à l'océan Atlantique».

Puis, en septembre 2002, il a fallu inscrire Emelyne en grande section de maternelle. Pour l'Education nationale, l'enfant était en vie et elle avait 5 ans et demi. Les parents ont envoyé Jenny à sa place : les deux fillettes étaient nées la même année. L'une en janvier, l'autre en décembre.

Mais à la fin de l'année scolaire, Jenny ne parvenait à écrire ni son nom ni son prénom. Dans la cour de récréation, la petite aurait lâché quelques indices à des copines. Elle confiait qu'elle «remplaçait» sa soeur. Elle a fait le même aveu, l'année dernière, à l'une de ses demi-soeurs, Béatrice, née d'une première union du père, qui comme les autres n'a plus revu sa demi-soeur depuis très longtemps, malgré les nombreux week-ends passés dans la ferme de son père. Une grange restaurée, en fait, dressée sur les pentes d'un vallon. Des pièces sombres et sales. Pas de salle de bain. «Ils se lavaient dans une bassine à vache», résume la grand-mère.

L'école a fini par s'inquiéter des absences répétées de l'enfant. Les parents ont alors fait état de problèmes de santé. Une assistante sociale leur a rendu visite ; elle se serait fait éconduire.

Mais, la menace se rapprochant, les parents ont choisi un nouveau scénario. Mercredi, alors que la Vogue des noix (une immense fête foraine) battait son plein dans les rues de Firminy, à quelques kilomètres de chez eux, Maud s'est rendue au commissariat pour déclarer la disparition de sa fille. Elle l'avait, disait-elle, perdue sur un manège. Après quelques appels au micro, policiers et gendarmes se sont lancés à la recherche de l'enfant. Ils ont demandé une photo d'Emelyne. Maud, bien sûr, n'en avait pas.

Elle a donné deux clichés de Jenny, dont un pris peu avant, sur un manège. Vers 20 h 30, le parquet a décidé de confier l'enquête à l'antenne stéphanoise du service régional de police judiciaire. «Assez vite, on a trouvé les parents pas nets, raconte un enquêteur. Leurs explications n'étaient pas cohérentes.» Les photos fournies par la mère ont été montrées à plusieurs proches, dont Béatrice, la demi-soeur. Tout le monde a identifié Jenny. Les enquêteurs sont alors partis à la ferme chercher le père, qui était rentré, ainsi que Jenny et son petit frère. C'est là qu'ils ont interrogé la petite fille. Puis, dans la nuit, les parents ont avoué.

Frustes. Emelyne serait morte de coups donnés par le père, selon leurs déclarations. Son corps aurait été jeté sur un tas de bois, juste derrière la ferme, sur le chemin semé d'orties et de cailloux, devant l'entrée du poulailler. Après l'avoir fait brûler longuement, ils auraient jeté les restes dans une poubelle.

Les parents viennent tous deux de milieu assez fruste. Jean-Michel, le père, était le deuxième d'une lignée de six enfants, «plus deux fausses couches», selon Marie-Victorine, sa mère qui ne se souvient pas de tous les prénoms. Il ne lui reste que quatre enfants: «Une fille a fait une méningite à 4 mois, dit-elle, et la Jeannine est tombée par la fenêtre, il y a vingt-trois ans.»

Dans la famille, personne ne se préoccupe beaucoup de ce qui est arrivé à Emelyne. Et personne ne croit au meurtre. Tout le monde accuse Maud, détestée par toute la famille. On l'accuse d'être sale, violente et paresseuse. «Elle a de la rogne aux coudes», lâche la grand-mère. «Elle tapait mon père et elle le mettait dehors», raconte Béatrice. L'ex-femme de Jean-Michel raconte qu'à plusieurs reprises, elle a vu celui-ci avec des coquards, infligés, selon lui, par Maud, qui le dépassait d'une demi-tête.

Les parents ont été mis en examen pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans. La SPA est passée à la ferme récupérer les animaux qui traînaient. Jenny et son petit frère ont trouvé refuge à la Ddass.


Olivier BERTRAND
Libération, lundi 20 octobre 2003

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
Australe


On hérite pas de la terre de nos ancêtres, on l'emprunte a nos enfants. de st Exupéry
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
420 commentaires
Membre depuis
22 septembre 2003
Dernière connexion
28 mars 2017
  Publié: 27 oct 2003 à 08:52
Modifié:  27 oct 2003 à 08:54 par Australe
Citer     Aller en bas de page

C'est HORRIBLE!!!!!!!!
C'est quoi ces monstres!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
On devrait interdire a ces monstre le droit d'avoir des enfants!!!!!!!!
Maintenant, ces deux enfants vont être a la Ddass, avec une nouvelle famille qui, sans doute, saura les aimer, mais ça ne changera rien a leur passé!!!
Ni a ce qu'ils ont vu, et ils vivrons dans le remord et dans la peine de ne pas vivre comme tout les autres enfants, avec leurs parents, etc....
Je sais, je m'emballe, mais je suis a la Ddass, et même si les familles d'accueil ont choisi ce métier pour nous aider, ça ne change pas beaucoup de chose au malheur!!!
J'éspère qu'ils seront tout de même heureux.

Bravo pour ton poeme chris , bien que le sujet met donner la nausée!

Bizoo

Alex

  le plus beau cadeau sur terre c'est le coeur d'une mère et le sourire d'un enfant...
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 27 oct 2003 à 09:00 Citer     Aller en bas de page

Je comprends que tu t'emballes, on ne peut pas rester indifférent...


Tu sais ce poéme c'est surtout un cri de révolte justement...

Merci de m'avoir lu, désolé pour ta nausée

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
NeVeR


Ecrire, c'est se taire, c'est hurler sans bruit...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1120 commentaires
Membre depuis
4 décembre 2002
Dernière connexion
4 juin 2015
  Publié: 27 oct 2003 à 10:09 Citer     Aller en bas de page

Tout d'abord j'aimerais te féliciter pour ce poême, il est vraiment très bien écrit, l'histoire très bien racontée, ton cri sonne juste.

Ton poême réveille en nous ce sentiment d'impuissance, cette envie de crier fort, ... se révolter que des choses pareilles puissent arriver...

D'autre part, appeler cette histoire un "fait divers" je trouve qu'on devrait l'appeler autrement, lui donner plus d'importance... Vraiment, cette histoire mérite d'être entendue partout. Bravo de nous l'avoir fait partager. Qu'on ne croit pas que ce monde est tout rose...

Je ne sais pas trop quoi dire... Cette histoire, tu me l'avais racontée et j'était très choqué... Mais a chaque fois que je lis ce texte, ma colère remonte, ma colère contre ces personnes tellement inhumaines... De choses pareilles ne devraient pas arriver. Et dans ces moments là, on se dit que notre malheur comparé a ce qu'endure. a enduré la pauvre Jenny... ce n'est rien. C'est vraiment une honte qu'une chose pareille puisse arriver!!!

j'aurais voulu écrire un aussi beau poême avec toi. Vraiment, mais je pensais que tu trouverais les mots justes, et j'ai eu raison. C'est un magnifique cri de colère que tu pousses là. Je suis fier de toi... je sais que dire quelque chose comme ca de quelqu'un comme moi a toi, c'est un peu stupide, mais j'y tiens.

Vraiment bravo. Je nomine tout ca...

J'ai tant de choses a rajouter...


NeVeR

  L'amour est votre plus grand sacrifice.
Mary67

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
1231 commentaires
Membre depuis
10 janvier 2011
Dernière connexion
22 août 2011
  Publié: 27 oct 2003 à 10:37
Modifié:  27 oct 2003 à 10:44 par Sing
Citer     Aller en bas de page

Alors là je suis Bouche B...

Je n'ai jamais entendu une histoire aussi atroce!!! Franchement, faut vraiment tout pour faire un monde...

Tu as très bien écrit ce poème... Dommage qu'elle ne puisse pas le lire....

BRAVO

 
Lénaïs


"Il m'a fallu apprendre mot par mot la vie Comme on oublie." P.Eluard
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
270 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2006
Dernière connexion
13 décembre 2010
  Publié: 27 oct 2003 à 10:40 Citer     Aller en bas de page

Sans voix devant un poème sur un tel sujet ...

Je n'avais pas entendu parler de cette histoire, bien que l'actualité me fournisse bien d'autres sujets aussi réjouissants ...
C'est innomable ... Le passage dans l'article où on raconte ce qu'on fait précisément les parents à Emelyne, c'est tout simplement affreux.
Et la gosse obligée de payer les frais de la folie de ses parents ... Pauvre enfant ...

Malgré tout, bravo pour ce beau poème Chris.

Charlotte

 
Sav

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
819 commentaires
Membre depuis
6 mai 2002
Dernière connexion
20 avril 2011
  Publié: 28 oct 2003 à 00:20 Citer     Aller en bas de page

Cette histoire est vraiment horrible........
Je suis vraiment écoeurée par autant de méchanceté et de stupidité chez des humains sensés être des "êtres civilisés"
c'est choquant........
Pauvres petites filles....

En tous cas ton poème est très bien écrit, et très émouvant...

bisous
sève

 
Marine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
4952 commentaires
Membre depuis
14 septembre 2002
Dernière connexion
23 mars 2015
  Publié: 28 oct 2003 à 00:56 Citer     Aller en bas de page

Écoeurant dégueulasse.. . Même les mots les plus abjects n’arriveront pas à traduire cette horreur, il n’y a plus rien d’humain là dedans.

Ton poème est très sensible et il raconte les faits sans entrer dans le mélo ou la violence que cette histoire pourrait inspirée et cela perso j’apprécie beaucoup.

Marie

 
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 28 oct 2003 à 01:56 Citer     Aller en bas de page

Pascal, merci pour ton commentaire... On trouvera un autre sujet pour le duo. Quelque chose de plus adapté, de moins dur... Je pense que j'ai préféré l'écrire seul en fait... C'est trés dur de faire un bon duo sans tomber dans les excés ou dans le mélodrame, tu me comprends...

Angelique, ça n'a pas été lourd a écrire, même plutot rapide, les mots venaient tout seul... Par contre ça à été dur à relire...

Myriam, il faut de tout pour faire un monde, pourtant il y a des choses dont ces gamines ce seraient bien passées.....

Charlotte, effectivement ce fait n'en est qu'un parmis tant d'autres, il m'a sans doute marqué plus que les autres car il s'est déroulé trés prés de chez moi, et que la fête foraine dont il parle dans l'article , j'y étais... On croit toujours que ces choses horribles n'arrive qu'ailleurs, mais pas vers chez soi...

Seve, choquant oui. C'est la raison pour laquelle je souhaitais en "parler". Je ne comprendrais jamais comment l'actualité fait pour accorder plus d'importance à la hausse du tabac qu'a ce type d'horreurs...

Marine, comme tout le monde, tu ne trouves pas de mots pour qualifier cette histoire....



Merci à vous tous d'avoir une pensée pour celle qui reste en vie, qui va tnter de survivre avec toutes ces images en tête...

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
Jennifer


Aimer c'est échapper par un seul être à la médiocrité de tous les autres
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
207 commentaires
Membre depuis
23 octobre 2002
Dernière connexion
9 septembre 2005
  Publié: 28 oct 2003 à 06:09 Citer     Aller en bas de page

j'ai entendu parler de cette histoire c'est affreux et j'arrive pas à croire que les gens aient mis autant de temps à ce rendre compte de sa disparition...

c'est toujours difficile à imaginer qu'on puisse etre aussi cruel envers une enfant mais malheureusement y a des fous partout

  Jenny
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 28 oct 2003 à 11:32 Citer     Aller en bas de page

merci jenny....

et oui, ça parait incroyable, a la stupidité des parents s'est ajouté l'insupportable indifférence de la famille...

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 29 oct 2003 à 02:26 Citer     Aller en bas de page

autre article :


SAINT-ETIENNE (AFP) - Les parents d'Emelyne, décédée depuis trois ans, ont été mis en examen pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans par ascendant légitime, vendredi à Saint-Etienne au terme de leur garde à vue.

Le couple de Saint-Victor-sur-Loire, venu signaler mercredi à la police la disparition de leur fillette Emelyne, prétendument âgée de 6 ans et demi, à la fête forraine de Firminy (Loire), a été placé en garde à vue sous le soupçon de l'avoir fait disparaître, il y a trois ans alors qu'elle était âgée de 3 ans et demi.

Ce sont les incohérences des déclarations du père comme de la mère, âgés d'une trentaine d'années, qui ont conduit à leur placement en garde à vue, durant laquelle ils ont reconnu avoir fait disparaître le corps d'Emelyne.

Le couple vit avec Sandy, de neuf mois la cadette d'Emelyne, et son frère Jean-Michel, âgé de quatre ans.

La fillette, alors âgée de 3 ans, aurait succombé il y a près de trois ans à de mauvais traitements de son père ou du couple, et son corps aurait ensuite été brûlé et enfoui dans le jardin familial, selon une source policière.

Mais aucune découverte n'a été faite dans le jardin de la ferme familiale, isolée à flanc de vallon, lors des fouilles effectuées jeudi par les enquêteurs notamment à l'aide d'un tracto-pelle.

"De temps en temps, on entendait le père hurler. Dimanche soir, j'ai même entendu des coups de fusil mais il avait l'habitude de le faire", a indiqué à l'AFP Michel May, un proche voisin du couple.

D'autres voisins qui ont préféré garder l'anonymat se souviennent d'un couple "un peu simplet, toujours accompagné de deux enfants" vivant de façon assez "chiche". "La mère accompagnait les deux enfants à l'arrêt de bus et le père nous saluait de temps en temps", a indiqué une habitante.

Pourtant, le couple aurait réussi à faire croire aux autorités socio-éducatives qu'ils avaient toujours trois enfants en présentant à l'occasion leur seconde fille, née à peine un an après l'aînée, comme étant Emelyne.

Une enquête de l'inspection académique et des rapports de l'assistante sociale, empêchée de pénétrer au domicile, aurait entraîné depuis quelques mois la suspicion sur l'existence d'Emelyne, conduisant les parents au stratagème de la (fausse) disparition d'Emelyne.

Une supercherie présumée qui n'a pourtant pas été détectée par une enquête lancée le 14 avril dernier par la Direction de la Protection sociale (DPS) de la Loire, après un appel anonyme dénonçant les conditions de vie des enfants, a indiqué à l'AFP Philippe Gauthier, le directeur de la DPS.

L'enquête, qui a duré jusqu'au mois de juillet et qui n'a pas nécessité l'examen "de visu" des trois enfants, n'a révélé aucune maltraitance, la mère ayant produit à la DPS "les carnets de santé des trois enfants".

"Ils prouvaient qu'ils étaient suivis régulièrement par des médecins", a ajouté M. Gauthier.

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
Mary67

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
1231 commentaires
Membre depuis
10 janvier 2011
Dernière connexion
22 août 2011
  Publié: 29 oct 2003 à 02:28 Citer     Aller en bas de page

Ca ne saissera donc jamais

 
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 30 oct 2003 à 00:43 Citer     Aller en bas de page

Je ne pense pas que ça cesse un jour hélas.... Mais que faire ? Peut-être condamner plus sévérement ceux qui n'ont rien dit...

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 30 oct 2003 à 11:40 Citer     Aller en bas de page

Cela a été dit...Bravo pour ne pas être tombé dans le piège du mélo-dramatico...
Cela donne à ton poème une force sensibilisatrice encore plus grande.

Quant au sujet lui-même....

Oui, que les témoins sans doute nombreux se questionnent... Sur leur sens de l'humanité...

Bravo encore pour avoir su trouver les justes mots pour décrire l'horreur absolue.

amitié

Papemich

  http://papemich.free.fr/
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 1er nov 2003 à 10:35 Citer     Aller en bas de page

Michel, effectivement, au dela de l'horreur de la situation, ce qui me choque le plus est l'indifférence de l'entourage...

Merci pour ton commentaire.

Amitiés

Chrisssss

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 5 nov 2003 à 01:45 Citer     Aller en bas de page

merci de ton passage lily...

on ne peut pas faire grand-chose, au moins dénoncer...

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
15 novembre 2018
  Publié: 17 juin 2008 à 02:19 Citer     Aller en bas de page

Aujourd'hui se tient le procès en appel de la mère... Non contente d'avoir tué une de ses filles et brisée la vie de l'autre, elle se permet de faire appel de la décision, faisant ainsi revenir à la barre sa fille, histoire de lui faire revivre encore une fois ce cauchemard...

Je suis révolté...

Pauvre gamine...



PS : pour ceux qui n'aurait pas suivi l'affaire :
Article

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1854
Réponses: 18
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0747] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.