Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 301
Invisible : 0
Total : 304
· samamuse · Perkolateur
Équipe de gestion
· Bestiole
13157 membres inscrits

Montréal: 27 févr 03:23:16
Paris: 27 févr 09:23:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Passages des Princes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 22 juin 2011 à 16:56
Modifié:  9 jan 2012 à 14:22 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page



J'emprunte mille et un passages
Mes hommages au baron Haussmann
À Paris je ne suis pas sage

Dans mes habits de cellophane
Comme un bouquet dans un corsage
Je connais toutes vos arcanes

Sur le boulevard : racolage
Ses filles sont toutes courtisanes
Et les rues ont fardé leur âge

Choiseul a des lueurs diaphanes
Verdeau m'encourage au voyage
Et Jouffroy trompe le profane

Ah, Paris… j'aime tes passages
Où les passions parfois je glane
Au gré de mes libertinages


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
vinicius

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
173 commentaires
Membre depuis
21 mai 2011
Dernière connexion
21 septembre 2019
  Publié: 23 juin 2011 à 09:13 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
j'ai emprunté ces passages en suivant votre plume
coquine
séduit j'ai été
bonne journée

  Jacques dit Vinicius
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 23 juin 2011 à 10:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Chris Charmeur
Vrai de vrai.... Paris est un beau terrain de chasse... Et pour traquer le gibier, tu sais y faire.
Chris



C'est parce que je connais bien le terrain



Citation de Vinicius
Bonjour,
j'ai emprunté ces passages en suivant votre plume
coquine
séduit j'ai été
bonne journée



Merci, Paris a des labyrinthes où il fait bon se perdre.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 23 juin 2011 à 16:58 Citer     Aller en bas de page

Citation de Stille Genieter
"Ah, Paris… j'aime tes passages
Où les passions parfois je glane
Au gré de mon libertinage"

Comme souvent, c'est la fin que j'ai le mieux compris
Moi aussi, j'aime tes passages
Sur lpdp, parfois très et parfois moins sage
Tu vies et tu écris tes passions, est-ce pour autant libertinage?

A la prochaine, chère marraine

Je t'embrasse

Stille



Merci cher filleul poétique.
Le libertinage est un passage, ça me passera

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ALPETE LION


La poésie pour m'affirmer, la poésie pour vivre.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
111 poèmes Liste
497 commentaires
Membre depuis
14 août 2009
Dernière connexion
24 février
  Publié: 30 juin 2011 à 16:51 Citer     Aller en bas de page

j'aime beaucoup la plume.je suis heureux de te lire
bravo

  Ma plume eet une réponse aux détracteurs et une caresses pour les gentils
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 1er juil 2011 à 08:13 Citer     Aller en bas de page

Citation de Lion D'Afrique
j'aime beaucoup la plume.je suis heureux de te lire
bravo



Merci mon cher Lion d'Afrique, c'est un bonheur d'être lue par toi.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 2 juil 2011 à 05:26 Citer     Aller en bas de page

Citation de sonatine
j'ai honte, mais......
j'en connais aucun....

pauvre de moi, je ne pourrai libertiner.......

coquinement
bien a toi ma chère



Il n'est jamais trop tard pour emprunter les chemins de traverse. Bisous Sonatine

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1022 poèmes Liste
16502 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
3 février
  Publié: 25 juil 2011 à 04:13 Citer     Aller en bas de page

je te retrouve dans ce registre coquin et libre, et je confesse y prendre beaucoup de plaisir ! tu n'as pas ton pareille pour nous décrire ces ressentis, ces divagations qui emmènent vers le plaisir des êtres !
une lecture plus qu'appréciée, je suis charmé !
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 25 juil 2011 à 10:22 Citer     Aller en bas de page

Citation de pyc
je te retrouve dans ce registre coquin et libre, et je confesse y prendre beaucoup de plaisir ! tu n'as pas ton pareille pour nous décrire ces ressentis, ces divagations qui emmènent vers le plaisir des êtres !
une lecture plus qu'appréciée, je suis charmé !
amitiés sincères à toi.
pyc.



Merci beaucoup Pierre Yves, toi qui aime tant les itinéraires, il faudrait que tu te perdes dans ces passages labyrinthiques de Paris.
Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22265 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
26 février
  Publié: 9 jan 2012 à 14:23 Citer     Aller en bas de page

Citation de arpege
Et comme c'est mon quartier depuis ... des lustres, n'oubliez pas celui du Bourg l'Abbé, des Panoramas, le passage des Princes etc...



J'en ai oublié c'est vrai, tu leur présenteras mes excuses.
Merci pour ta lecture Arpège

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1548
Réponses: 9
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0367] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.