Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 311
Invisible : 0
Total : 315
· Aude Doiderose · LeVentQuiSeLève · Jean-Louis
Équipe de gestion
· Maschoune
13325 membres inscrits

Montréal: 26 oct 14:22:41
Paris: 26 oct 19:22:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Renée, Mousquetaire Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 16 sept 2011 à 02:09
Modifié:  16 sept 2011 à 20:15 par SienKieWicz
Citer     Aller en bas de page

RENÉE, MOUSQUETAIRE




Fière et de noble allure, une ombre fend la nuit
Avec sa bleue casaque, agile, une panthère
Court à bride abattue contre les vents, les pluies,
Elle porte à son flanc long comme un cimeterre
Une épée dont on tremble à la ronde à des lieues.

Vit-on jamais aux bois cavalier plus hâté?
Pour un dessein que nul parmi les mousquetaires,
Ses compagnons d’alors, ne sut élucider,
Il fallait refouler sous une mine austère
Les larmes qui parfois naissaient à son œil bleu.

*

Harnachant ce matin sa selle en l’écurie,
Il se revoit heurter par un qui ventre à terre
Arrivait au galop. Ce rustre l’injurie :
« Au diable les recrues! » en mettant pied à terre,
« - De dégainer céans, faquin, vous feriez mieux! »

« - Comment vous nomme-t-on, vous que je vais tuer? »
« - Que vous importe, en garde! » Il avait voulut taire
Son nom, l’autre reprit : « Du Roi sa Majesté,
Joli page feriez! » Les lames se frottèrent…
Qu’il ne fût découvert, il s’en fallut de peu.

Parant avec adresse, il avait tôt conquis
À son jeune ascendant parmi les mousquetaires
Deux de ces Béarnais de renommée - « Mais qui
Est donc ce jouvenceau? » - Au jeu ils se prêtèrent,
Accourant au duel, et puis soudain, hargneux,

Survint le capitaine – « Que vous voilà, D’Herblay,
Premier jour, l’arme au poing! Cette inconduite altère
Vos chances d’intégrer les rangs! » – « Veuillez passer
Outre son ardeur… » - et les Béarnais vantèrent
L’homme qui avait vu son honneur mis en jeu.

Le capitaine, ému après s’être mépris
Jeta de l’importun l’épée dans le parterre,
Cependant que « d’Herblay » et ses nouveaux amis
Décidaient qu’à l’auberge où l’on se désaltère
Il y aurait plus d’un vin pour se connaître mieux.

*

N’as-tu jamais souhaité trouver ces jours enfuis
Où ta robe glissait au bonheur de Cythère,
Revoir ton fiancé quelque part dans la nuit?
De lui, bien avant toi, qui fut porté en terre,
Tu vécus larme au poing mais la rage en les yeux.

Ce soir ton cœur s’emballe en pleine chevauchée,
Perce le col dentelle un peu de ton mystère.
Si beau –tu en es belle! En toi ton nom, Renée,
Luit comme le boisseau caché dans un éther
Ou sous la jungle immense de tes blonds cheveux!




Droits d'auteur enregistrés
no 00049089

 
Anna Couleur
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
157 poèmes Liste
4604 commentaires
Membre depuis
14 septembre 2010
Dernière connexion
31 août
  Publié: 16 sept 2011 à 03:54 Citer     Aller en bas de page

Superbe ! Merci

  On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser.. Antoine de Saint Exupéry - Le Petit Prince
Mon Aphrodite


Le poète divague sur la mer des mots, cherchant dans la phrase un sens à ses maux
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
214 commentaires
Membre depuis
28 juillet 2011
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 16 sept 2011 à 04:13 Citer     Aller en bas de page

C'est un très beau texte et une bien belle plume que nous avons là !
J'ai aimé lire cette histoire même si je reste un peu sur ma faim.
En tous cas, bravo, il y a du talent ici

Amicalement.

  L'art ne fait que des vers, le coeur seul est poète (Boileau)
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1027 poèmes Liste
16603 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 16 sept 2011 à 13:36 Citer     Aller en bas de page

j'admire le soin porté à l'écriture, et qui nous permet de voyager, d'être transporté dans un poème qui remonte le temps et où l'histoire en plus de la forme est très intéressante à découvrir !
beaucoup de talent et je t'en félicite.
amitiés chaleureuses.
pyc.

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 17 sept 2011 à 04:54
Modifié:  17 sept 2011 à 04:55 par Marcel42
Citer     Aller en bas de page

Lorsque vous harnachez votre selle en écriture, nous voici entraînés dans une grande épopée.
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Ava55


Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
1516 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
1er août 2018
  Publié: 17 sept 2011 à 08:19 Citer     Aller en bas de page

Un très beau poème qui m'a fait remonter le temps !
J'aime beaucoup
Un pour tous, tous pour un !
Amities

  La plus grande vérité que l'on puisse découvrir un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour... Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles...
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 17 sept 2011 à 10:01
Modifié:  17 sept 2011 à 10:14 par SienKieWicz
Citer     Aller en bas de page

Marianne
Heureux que tu aies apprécié! Au plaisir de te lire

Anna
Merci de ton passage sous mes lignes!

Mon Aphrodite
Il y aura une suite... je trouvais d'ailleurs que c'était assez long pour le moment, qui plus est avec 5 vers par strophe. Merci pour les compliments!

Duc de Sade
Meilleures salutations, merci!

Pyc
Toujours un plaisir de te lire pareillement! Merci d'être passé! amitiés

Marcel
Héhé... merci à toi! cordialement

Ava55
Tu as vu juste! Heureux que tu aies aimé! Merci de ton passage

Chris Charmeur

J'ai écrit l'histoire d'une jeune femme, Renée, qui rejoint la compagnie des mousquetaires du roi de France au XVIIe siècle. Elle se fait appeler D'Herblay. Le régiment n'acceptant pas de femmes, elle aurait pu se faire découvrir à cause des traits fins de son visage et de l'intonation de sa voix.

Cependant il n'en fut rien: notamment dans la deuxième strophe, il est mentionné que les mousquetaires n'ont jamais su quel objectif elle poursuivait réellement au milieu d'eux.

Dans ce poème, Renée se revoit à son premier jour à la compagnie, alors qu'elle a maille à partir avec un "rustre" qui la bouscule en entrant dans l'écurie, lui disant qu'elle serait mieux comme page que comme recrue mousquetaire.

C'est à partir de ce moment qu'elle devient ami de deux des meilleurs mousquetaires, qui comme on peut le lire, sont trompés par son accoutrement et la prennent pour un homme, d'autant plus qu'elle combat à l'épée avec grande adresse.

Naturellement je parle de Renée au masculin jusqu'aux dernières strophes, où l'on découvre en partie pourquoi elle a embrassé cette vie d'homme. J'espère que cette description vous satisfera!

à bientôt

 
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
90 poèmes Liste
3935 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
27 août
  Publié: 18 sept 2011 à 03:51 Citer     Aller en bas de page

Il est certain qu'avec les explications, on comprend mieux ton texte si bien écrit..Un véritable plaisir de lecture.. Une histoire "à la Dumas"...
De tous temps, les femmes ont montré qu'elles pouvaient égaler les hommes.. en étant obligatoirement meilleure qu'eux dans ce qu'elles ont choisi.. car si on pardonne à un homme de faire une erreur dans son "métier" d'homme, on pardonnera rarement la même erreur à une femme..
Et c'est encore valable de nos jours...
Merci pour ce bel écrit.
On attend la suite avec impatience.
Amicalement
Sidonie.

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 20 sept 2011 à 09:19 Citer     Aller en bas de page

Tu as bien raison Sidonie..
Heureux que tu aies apprécié cette histoire!
Merci de ton passage
amicalement

 
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 26 sept 2011 à 23:19 Citer     Aller en bas de page

Je suis très heureux que vous ayez apprécié...
et merci pour ce bon commentaire
amicalement
bise

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15512 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 30 sept 2011 à 09:51 Citer     Aller en bas de page

Un morceau d'histoire comme un récit d'aventure...je l'avais lu mais je n'avais pas tous les détails et je n'osais répondre pour ne pas faire d'impair, tes explications m'ont éclairées.......merci pour le texte et pour ton érudition...


Alex

 
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 2 oct 2011 à 10:05 Citer     Aller en bas de page

Heureux que les explications t'aient été utiles en ce cas! Merci pour ce commentaire Alphonse.
amicalement

 
pirate24


Persévère dans tes vers
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
988 commentaires
Membre depuis
18 juillet 2009
Dernière connexion
18 juillet
  Publié: 31 oct 2011 à 19:38 Citer     Aller en bas de page

Salut Sien,
Grand talent d'écrivain. Lecture divertissante. On voudrait prolonger le plaisir de lire cette histoire de mousquetaires. Merci. Daniel

  Daniel
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 31 oct 2011 à 23:43 Citer     Aller en bas de page

Salut Daniel, merci pour ce commentaire... je poursuivrai.

 
Isidore Hortis
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
9 mars 2010
Dernière connexion
18 juillet 2014
  Publié: 17 nov 2011 à 22:09 Citer     Aller en bas de page

trés belle écriture

  Savoir qu'on s'invente sans même se créer Créer sans savoir même qu'on s'invente Savoir qu'on existe sans même se comprendre Comprendre sans savoir même qu'on existe
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2803 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 21 nov 2011 à 13:16 Citer     Aller en bas de page

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1401
Réponses: 15
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0349] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.