Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 9
Invisible : 0
Total : 9
13570 membres inscrits

Montréal: 24 sept 22:27:35
Paris: 25 sept 04:27:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Ephémères (juin 2010) : "Le temps des cerises" :: Juin (sans cerises) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 06:40
Modifié:  9 juin 2010 à 07:23 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page

En juin je te rejoins
Mais peut-être qu'aussi
Tout est déjà fini
J'y songeais au matin

Un peu avant l'aurore
A l'heure grise où flottent
Les rêves qui grelottent
Et qui parlent de mort

Quelquefois je t'oublie
Mais pas plus d'un instant
Je te perds doucement
Parfois je me maudis

Dans le tilleul, un chant
Je m'éveille et m'étire
Balayant mes soupirs
C'est encore le printemps.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 07:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de halentien
J'aime pas
L'impression que c'est pas toi qui l'a écrit !
Bizarre...
Ceci dit, salutations Aude



Et pourtant c'est moi, ma face obscure. Amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
126 poèmes Liste
7105 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 07:47 Citer     Aller en bas de page

IL est profondément triste ce poème. Meme le réveil du printemps laisse un goût amer dans la bouche.
Je sais qu'on a tous un coté obscur, mais ca me fait de la peine.

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 08:24
Modifié:  9 juin 2010 à 08:25 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de FeudeBelt
IL est profondément triste ce poème. Meme le réveil du printemps laisse un goût amer dans la bouche.
Je sais qu'on a tous un coté obscur, mais ca me fait de la peine.



Le printemps est toujours là, le chant du merle au petit jour chasse les nuages. Qui ne s'est jamais réveillé avant le jour avec des pensées tristes ?
Il y a toujours un merle noir dans l'arbre vert pour chasser les idées sombres.
BiZ

Citation de James Px
Je n'aime pas non plus c'est grave docteur gépludegigoàlo à me mettre sous la dent même pas un noyau de cerise à la rigueur un pépin de figue mais ce n'est pas la saison et pour le bananier va savoir

james px.



Pour le bananier c'est toujours la saison !
Et les cerises sont d'années en années plus chères.
C'est même pas grave, James, biZ

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Didier
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2563 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2005
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 08:25 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 08:26 Citer     Aller en bas de page

Merci Didier. Désolée si il n'y a pas la queue d'une cerise…
Amitiés

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15512 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 08:37 Citer     Aller en bas de page

même sans cerises, j'aime...différent mais cela prouve que ta plume sait traduire tous les styles...merci

Alex

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 08:56 Citer     Aller en bas de page

Citation de Alphonse BLAISE.
même sans cerises, j'aime...différent mais cela prouve que ta plume sait traduire tous les styles...merci

Alex



Merci Alex. Ce poème je l'ai écrit d'un seul jet ce matin, les autres je les décante souvent davantage. Un instantané d'humeur en somme.
BiZ

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Gryphon


Elle est Babel, la vie?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
457 commentaires
Membre depuis
9 février 2010
Dernière connexion
26 mars
  Publié: 9 juin 2010 à 10:13 Citer     Aller en bas de page

Ben si, Aude, moi j'aime beaucoup. Je trouve même cette absence de cerises assez saisissante, dans ce contexte. Ceci dit, le dernier vers permet malgré tout d'espérer

 
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
4167 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
14 juillet
  Publié: 9 juin 2010 à 12:10 Citer     Aller en bas de page

Tu as peut être fardé des lèvres a la couleur cerise !!! donc pas besoin d'en parler en composant ton poème , le gout de la cerise tu l'avais dans ta bouche et dans ton coeur !

le bonjour à toi Aude j' ai aimé te lire

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 9 juin 2010 à 14:05 Citer     Aller en bas de page

Où est la cerise d'antan
La si croquante bigarreau
La toute belle Napoléon
Tentation du merle moqueur ?

Mais juin est souvent sans cerises, je ne les attend pas avant juillet, tout peut encore arriver.
Amitiés

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
5661 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 15:11 Citer     Aller en bas de page

Il y a des jours comme ça où même si le printemps est là
le coeur est à l'automne.
Méfie toi, les tilleul mentent... parfois en effusion.
J'aime cette sincérité du matin et cette gageure qui consiste à écrire sur le temps des cerises sans même un pédoncule.
Mais toujours après la guigne reviennent les beaux jours.
J'aime beaucoup ton texte.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23541 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 9 juin 2010 à 15:22 Citer     Aller en bas de page

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 16:34 Citer     Aller en bas de page

Citation de Charles-Phillips
Aude... Un texte singulier en ce mois des cerises, une gravité que j'apprécie particulièrement chez vous...
Délaissant les vaines occupations de nous autres croqueurs de cerises, il y a des âmes esseulées dans l'ombre de leur chagrin que la venue de l'été apeurent, dérangent et pour lesquelles juin, n'est autre que les prémices du bonheur des autres... en lisant, les quelques vers que votre plume à jeter sur la page, ce sont d'eux dont la solitude m'arrive d'un seul coup... et les cerises de juin attendront même si j'avoue un goût certains pour ces petits fruits rouges...
Merci de ce mois sans griotte, et bigarreaux...
amitié
St



Cher Charles Phillips, c'est vrai que ce poème n'a rien à voir avec les cerises, sauf son goût un peu acide sur la langue. Il y a des instants de doute, de terreur même dans les nuits où l'on ne dort pas d'un trait.
Mais ce soir, promis, je dors comme une enclume.
BiZ

Citation de Gryphon
Ben si, Aude, moi j'aime beaucoup. Je trouve même cette absence de cerises assez saisissante, dans ce contexte. Ceci dit, le dernier vers permet malgré tout d'espérer



Tu as bien raison, le retour de la lumière, le chant de l'oiseau, le printemps, tout nous porte à espérer.

Le ciel est par dessus le toit
Si bleu, si calme
Un arbre par dessu le toit berce sa palme


(Un de mes poèmes cultes)

Citation de Ladysatin
Tu as peut être fardé des lèvres a la couleur cerise !!! donc pas besoin d'en parler en composant ton poème , le gout de la cerise tu l'avais dans ta bouche et dans ton coeur !

le bonjour à toi Aude j' ai aimé te lire



Ce sont mes chaussures qui étaient rouges aujourd'hui.
Rouge = passion. Enfin il paraît.
Je n'aime que les cerises les plus claires, les napoléon. Merci de ton passage
BiZ

Citation de Corwin
Où est la cerise d'antan
La si croquante bigarreau
La toute belle Napoléon
Tentation du merle moqueur ?

Mais juin est souvent sans cerises, je ne les attend pas avant juillet, tout peut encore arriver.
Amitiés



Tout peut toujours arriver, y compris les fruits mûrs de l'amour. BiZ

Citation de Lacase
Il y a des jours comme ça où même si le printemps est là
le coeur est à l'automne.
Méfie toi, les tilleul mentent... parfois en effusion.
J'aime cette sincérité du matin et cette gageure qui consiste à écrire sur le temps des cerises sans même un pédoncule.
Mais toujours après la guigne reviennent les beaux jours.
J'aime beaucoup ton texte.



Moi j'aime beaucoup ton commentaire spirituel !
Merci de ta lecture Lacase.

Citation de James
james



Moi pareil James, champion olympico-poétique. Bisou

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9820 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 9 juin 2010 à 21:19 Citer     Aller en bas de page

Aude

Une chose qui m'étonne, c'est que cette chère Aude sait susciter les commentaires et une des seules à qui on peut dire "j'aime pas" qu'elle ne s'en offusque pas, on a tous essayé de faire rire, elle plonge allègrement dans le contraire....moi j'aime justement parce qu'elle montre une autre facette de son talent qui s'améliore avec le temps, comme un bon vin,, elle se bonifie.....Bravo Aude rien que pour ça...

Sélénaé bizzzzzzzzzzzzzz

PS: Et elle sait aussi que je suis capable de dire quand j'aime pas "déjà démontré"

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 10 juin 2010 à 05:08 Citer     Aller en bas de page

Citation de Sélénaé La Louve
Aude

Une chose qui m'étonne, c'est que cette chère Aude sait susciter les commentaires et une des seules à qui on peut dire "j'aime pas" qu'elle ne s'en offusque pas, on a tous essayé de faire rire, elle plonge allègrement dans le contraire....moi j'aime justement parce qu'elle montre une autre facette de son talent qui s'améliore avec le temps, comme un bon vin,, elle se bonifie.....Bravo Aude rien que pour ça...

Sélénaé bizzzzzzzzzzzzzz

PS: Et elle sait aussi que je suis capable de dire quand j'aime pas "déjà démontré"



J'aime bien qu'on me dise "j'aime pas" de temps en temps, ça me permet de progresser (lorsque tu m'as fait prendre conscience des défauts de "La statue sans tête et sans bras") ou bien de défendre mon poème si j'estime qu'il est correct. Halentien n'aime pas mon poèmes peut être parce qu'il ne correspond pas à l'idée qu'il a de moi. Or je suis évidemment différente de ce que je parais. Meilleure mais pire aussi.
J'ai de la bouteille et comme un bon Bourgogne je m'améliore en vieillissant, mais je pourrais bien madériser aussi !!

Bizzzzzzz ma Corse

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 10 juin 2010 à 05:30 Citer     Aller en bas de page

A vrai dire cher Stille, l'espoir c'est un de mes pires défauts, impossible de m'en défaire, malgré ce que j'en dis :

L'espoir n'est pas une attitude
Que l'on puisse tenir toujours


donc si je comprends bien il faut que je laisse s'exprimer davantage mon anima ? C'est un peu ouvrir la boîte de Pandore, mais je vais m'y efforcer.

Aujourd'hui "l'espoir lui comme un brin de paille dans l'étable".

Je suis gaie comme la pluie.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3850 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
3 août
  Publié: 10 juin 2010 à 07:09 Citer     Aller en bas de page

simple, efficace, droit au but, et joli. que demander de mieux?

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 10 juin 2010 à 07:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de Eylork
simple, efficace, droit au but, et joli. que demander de mieux?



Merci Elyok, au moins l'équipe de France aura marqué un but !! Lol
BiZ

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Ashimati

Modérateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
335 poèmes Liste
7298 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 11 juin 2010 à 08:19 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose

Je suis gaie comme la pluie.


Tu as tort, la pluie est belle au chaud dans un duvet à écouter les gouttes tombant sur la toile de tente.
Et puis chacun a son printemps, heureusement qu'il n'est pas le même pour tout le monde, quel ennui sinon
Bises ( j'aime tes mots)

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
22718 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 11 juin 2010 à 08:27 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ashimati

Citation de Aude Doiderose

Je suis gaie comme la pluie.


Tu as tort, la pluie est belle au chaud dans un duvet à écouter les gouttes tombant sur la toile de tente.
Et puis chacun a son printemps, heureusement qu'il n'est pas le même pour tout le monde, quel ennui sinon
Bises ( j'aime tes mots)



Mais dans ma bouche l'expression est plutôt joyeuse.

La pluie fait des claquettes sur le trottoir, à minuit
Parfois je m'y arrête, je l'admire, l'applaudis


Nougaro.

Merci Ashimati, bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3244
Réponses: 26
Réponses uniques: 15
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0438] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.