Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 951
Invisible : 0
Total : 954
· Rose-Amélie · Andesine · Dacie
13158 membres inscrits

Montréal: 28 févr 07:37:13
Paris: 28 févr 13:37:13
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Issue de secours Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cookiss

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
403 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2011
Dernière connexion
23 décembre 2016
  Publié: 10 mars 2012 à 20:43 Citer     Aller en bas de page

Issue de secours


De cet’ fenêtre sur cour, faux miroir de secours
Je plonge dans ses vagues entraînant des remous
Mes yeux draguant les fonds pour chercher les raisons

Je l’imagine toujours suspendue à son cou
A embrasser ses nuits jusqu’au lever du jour
Je l’imagine aussi déposer ses mots doux
Dans les creux des soupirs et les pauses d’amour

De cet’ fenêtre sur cour aux barreaux de bambou
Je ne vois rien autour, sinon des marécages
Dépourvus de canots et bouées d’sauvetage

Je l’imagine encore, dévoiler ses dessous
Abandonner son corps à des desseins obscurs
Je l’imagine marquer de ses baisers velours
Tout ce grain étranger dans les moindres courbures

De cet’ fenêtre sur cour aux volets acajou
S’infiltre son essence ciel en corde de rappel
Pour me livrer au vide et parois artificielles

Je l’imagine alors, offrir ses râles courts
Entre ses souffles chauds, ses encore, ses toujours
Je l’imagine zébrer cette peau inconnue
Pour parapher son acte tout au bas du dos nu

De cet’ fenêtre sur cour aliénant mes pensées
Reflète une lame qui simplifierait tout
Où je me suspendrais moi aussi à son cou…


 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 11 mars 2012 à 04:47 Citer     Aller en bas de page


Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Balzak
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
1219 commentaires
Membre depuis
7 mars 2011
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 11 mars 2012 à 06:27 Citer     Aller en bas de page

Un très beau poème Cookiss, j'ai grandement apprécié ma lecture. Merci à toi.

 
Cookiss

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
403 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2011
Dernière connexion
23 décembre 2016
  Publié: 18 mars 2012 à 17:50 Citer     Aller en bas de page

Merci Marcel, Balzac, Cat, Marianne, Fatale pour votre passage et vos commentaires.
Cette fenêtre sur cour n'est qu'un coin de mémoire qui parfois peut s'entrouvrir.
Cordialement à vous tous
Cookiss

 
Pageruler

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
282 commentaires
Membre depuis
10 mars 2011
Dernière connexion
9 février
  Publié: 18 mars 2012 à 18:28 Citer     Aller en bas de page



Une rythmique et une sonorité très agréable à lire... J'ai beaucoup aimé te lire...

A bientôt

Amicalement,

 
Cookiss

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
403 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2011
Dernière connexion
23 décembre 2016
  Publié: 24 mars 2012 à 00:23 Citer     Aller en bas de page

Merci Presqu(e)///'il(e) pour ton passage et ton commentaire.
Cordialement
Cookiss

 
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 1er mai 2012 à 07:11 Citer     Aller en bas de page

De cet’ fenêtre sur cour aux barreaux de bambou
Je ne vois rien autour, sinon des marécages
Dépourvus de canots et bouées d’sauvetage

des images pleines ... comme si mes yeux étaient ma langue qui vous lit ...merci

  Seirén - ©
Pampille


les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
365 commentaires
Membre depuis
8 juin 2010
Dernière connexion
29 novembre 2014
  Publié: 18 mai 2012 à 02:47 Citer     Aller en bas de page


Une issue qui demeure fatale, regarder au travers de sa mémoire défiler ce qui aurait pu être doit être frustrant et en même temps le plaisir d'avoir "vécu" ce petit quelque chose qui nous fait le plus doux souvenir.....Un rêve à l'état pur

Amicalement pampille

  pampille
Cookiss

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
403 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2011
Dernière connexion
23 décembre 2016
  Publié: 24 mai 2012 à 17:24 Citer     Aller en bas de page

Remerciements tardifs mais mille fois merci Idou et Pampille pour votre passage et avoir pris le temps de me lire.
Cordialement
Cookiss

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1022 poèmes Liste
16502 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
3 février
  Publié: 13 juin 2012 à 07:46 Citer     Aller en bas de page

je me trompe peut être mais je vois un peu de sombre dans ce poème d'amour...et ce verbe "j'imagine", il peut témoigner du plaisir, mais il peut aussi faire mal quand on pense à un ou une autre qui vit des choses que nous, on ne vit pas ou plus...je demeure dans le questionnement face à mon ressenti, mais j'ai vraiment eu une impression curieuse !
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Cookiss

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
403 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2011
Dernière connexion
23 décembre 2016
  Publié: 17 juin 2012 à 19:57 Citer     Aller en bas de page

Merci Pyc pour ton commentaire. Il faut interpréter ça comme un flashback. Une situation à un instant T.
Comment on ressent, on imagine et qu'elle pourrait en être la conclusion pour retrouver la paix.
Mais rien d'alarmant.
Amicalement
Cookiss

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 739
Réponses: 10
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0540] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.