Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 24
· samamuse · Aude Doiderose
Équipe de gestion
· In Poésie
13259 membres inscrits

Montréal: 17 oct 04:12:04
Paris: 17 oct 10:12:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Pourquoi ça Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
la marionnettiste


Dans mon vieux corps y regne aujourdhui une bien étrange melancolie
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
26 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2005
Dernière connexion
20 janvier 2013
  Publié: 14 nov 2005 à 21:21
Modifié:  16 févr 2010 à 09:01 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Je me rappelle encore de la douceur de ta voix
pendant ce soir où on n'était rien que toi et moi
Je n'ai pas oublié ton parfum
avec celui que je ne voulais faire qu'un
j'aurais voulu rester à tes côtés
ou nul pourrait nous séparer
j'aurais préféré que rien puisse gâcher
cette soirée de pure beauté
j'avais tant rêvé à cette nuit étoilée
enfin elle était arrivée
mais je n'aurais jamais pu imaginer
la terminer avec le coeur brisé
tous c'est écroulé quand j'ai su que tu m'avais jamais aimée
mais que tu voulais seulement en profiter
de mes sentiments que je t'avais tendrement avoués
j'ai beaucoup pleuré
pour essayer de m'apaiser
sans succès ont continué à couler mes larmes
tu es même parti avec mon âme
tu m'as vraiment rien laissé
seulement le malheur que tu m'as causé
j'ai des mémorables souvenirs
que toi tu ne voudrais même plus revivre
je me suis souvent questionnée
comment a t-il osé si rapidement me remplacer
je voudrais simplement te reparler
ou on pourrait en discuter
au moins redevenir amis
serait la moindre des choses que pourrait m'offrir la vie
mais j'aimerais un jour savoir avec espoir
ce qui avait fait changer ses sentiments peut-être avoués
8 mois de passés ,240 jours de condamnés
peut-être un jour tu viendras me le dire
pour enfin mettre au repos mes jours passés à souffrir
et ce jour je l'attendrai
tu pourras t'en assurer
f i n
pour Charles à toi je le dédie en pensant que tu m'avais déjà aimée
21 octobre 2005

  la mort est une delivrance pas un chatimant
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 597
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0207] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.