Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 69
Invisible : 0
Total : 69
13267 membres inscrits

Montréal: 19 oct 20:57:35
Paris: 20 oct 02:57:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Trip Christique Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
favirol
Impossible d'afficher l'image
Main verte...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
1593 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2002
Dernière connexion
29 décembre 2018
  Publié: 9 jan 2005 à 14:29
Modifié:  9 jan 2005 à 15:28 par favirol
Citer     Aller en bas de page

À l’écran, un aspect pâle
sur le brancard qui s’écrase,
s’éclate et s’arrache.
À pleine tripes
sur le parquet pâle
à branchies.

Est-il servile,
sénile à l’asile ?
L’icône iguane
par prise pittoresque.
Est-il ainsi soit-il ?
Avec des intraveineuses
en vente libre,
des eucharisties en direct
et des commentaires
théologiques.

Banquise sous les yeux,
accès mystique
sur le poitrail qui pèle.
Des batteries en piles,
en teins cataractes,
caractères.

Par percussion fébrile,
défibrilles l’acide
en excitants tunnels,
plonges dans la décharge.
État létal sur référence
puis diez pour la somme.
Encore un jour nécrophile
pour cette sordide couronne.

  Les impasses menottées à des mains percluses...
Cybeline


« Si le monde survit, c’est qu’il rêve de changer »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
3435 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
19 février
  Publié: 9 jan 2005 à 14:40
Modifié:  9 jan 2005 à 15:35 par Cybeline
Citer     Aller en bas de page

Une réflexion fort intéressante par la richesse de son vocabulaire mais surtout par les sens multipliés des images ressorts.

Quelque chose me dérange, la découpure cassant le rythme qui aurait pu être digne d'une transe psychique. Tu aurais facilement pu donner l'effet renversant de mots qui découlent et hurlent la déchéance. Non, malheureusement je trouve dans ce cas-ci que certains mots auraient dû se retrouver le vers d'avant ou d'après. Les formes-fouillis peuvent s'apprêter à des textes mais pas à tous!

Tu imposes un rythme avec de la ponctuation et tu le freines tout aussi tôt par cette forme étrange.

J'imagine une voiture dans le traffic qui avance un peu et freine constamment.

D'écrire plus d'une phrase dans un vers, ce n'est pas une figure de style dont il faut abuser à mon avis. À moins de dénuder entièrement de points pour ainsi laisser la construction et la structure de phrase libre au lecteur.

Exemple:
"A l’écran, un aspect
pâle sur le brancard
qui s’écrase, s’éclate
et s’arrache à pleine
tripes sur le parquet
pâle à branchies. "

J'aurais plutôt vu:

"À l'écran, un aspect pâle
Sur le brancard qui s'écrase
S'éclate et s'arrache
À pleine tripes
Sur le parquet pâle
À branchies."

Je trouve que cela met plus d'emphase sur les mots importants, les finales-choc et ca donne un style. Remarque que cela commence soit par un À ou un S. C'est beaucoup plus esthétique à mon humble avis et la lecture plus aisée, plus coulante.

Autre exemple:

"théologiques. Banquise
sous les yeux, accès
mystique sur le poitrail
qui pèle, des batteries
en piles, en teins
cataractes, caractères."

J'aurais plutôt écris:

Banquise sous les yeux,
Accès mystique
Sur le poitrail qui pèle,
Des batteries en piles,
En teins cataractes,
Caractères.

Le mot "caractère" impose une chute agréable.

Je crois que c'est à retravailler pour rendre ce poème plus fluide, plus décadent.

Tu as un style particulier que j'apprécie à chaque miette attrapée à la lecture. Tu sais rendre esthétiques et belles les choses les plus laides.

Très bien joué!

Bisous,
Annie




 
favirol
Impossible d'afficher l'image
Main verte...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
1593 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2002
Dernière connexion
29 décembre 2018
  Publié: 9 jan 2005 à 15:45 Citer     Aller en bas de page

Un commentaire fort interessant et instructif. Je te remercie pour cette critique constructive et ton oeil objectif.
il est vrai que la forme fouillis, la mise en bloc ne se prête pas à tous les poèmes et ne peut souffrir d'une ponctuation, d'un rythme préetabli.
Je trouve cette nouvelle découpe plus percutante, elle enrichit ce texte, le simplifie, l'allége.
Ne jamais délaisser la forme pour le fond, ou le fond pour la forme...

Favirol

  Les impasses menottées à des mains percluses...
Cybeline


« Si le monde survit, c’est qu’il rêve de changer »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
3435 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2002
Dernière connexion
19 février
  Publié: 9 jan 2005 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

"Ne jamais délaisser la forme pour le fond, ou le fond pour la forme..."

Je suis entièrement d'accord!

Les poèmes qui me touchent sont ceux sachant unir les deux.

Moi aussi je préfère cette nouvelle découpe, je crois que j'ai assez dis pourquoi dans ma thèse ci-haut présentée. (lol)

J'adore parler littérature avec toi, c'est bien de voir que ce n'est pas tout le monde qui a peur des critiques constructives!

Bisous,
Annie

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 989
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0268] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.