Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 55
Invisible : 0
Total : 55
13119 membres inscrits

Montréal: 23 avr 04:46:39
Paris: 23 avr 10:46:39
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Les belles d'hier flânent incertaines Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 24 nov 2012 à 08:30
Modifié:  25 nov 2012 à 01:42 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Wake me up when September ends-Green days
Nom du site

Les belles d’hier flânent incertaines
tous leurs novembres sur les épaules
l’envie bohème encore vivante
leurs pieds tremblants qui accompagnent
anciens désirs de jeunes envieuses
de voir le monde


La solitude est compagne haïe
et les personnages de la télé sont des amis
auxquels ne peuvent jamais hurler
les nuits d’angoisse et leur galère

Les belles d’hier recherchent avides
des bras solides pour s’accrocher à une vie en fuite
et raconter comme en refrain le bon moment
d’ un hier parti

Les belles d’hier , comme ma mère
t'ouvrent leurs coeurs d’amantes tendres
avec les chants de leur jeunesse au parfum de violes
quand les roses et leur incarnat
avaient encore la même couleur

A ma mère et ses amies 24/11/2012

Le belle d’ieri vagano incerte
con quei novembre sulle loro spalle
uno strano pizzico di bohème
che le solletica
anche se i piedi che le accompagnano
sono tremanti
lasciando intatti gli antichi sogni e il desiderio
di andare a scoprire il mondo intero


La solitudine che a loro s’impone
è detestata è una nemica
e i programmi della tivù sono amici strani
ai quali mai potranno dire
di quelle notti cosi infinite
e della gabbia della vecchiaia

Le belle di ieri cercano avide
un braccio solido come un bastone
per arrestare una vita in fuga
e raccontare con dei refrain
i giorni belliI
d’un ieri andato

Le belle di ieri , come mia madre
ti aprono il cuore coi loro canti
di amanti tenere che odoravan di viole
quando le rose e la loro carnagione
ancora avevan lo stesso colore


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
727 poèmes Liste
21601 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 avril
  Publié: 24 nov 2012 à 09:05 Citer     Aller en bas de page

Un très charmant poème, tendre et nostalgique.
J'adore

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
14803 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 24 nov 2012 à 09:11 Citer     Aller en bas de page




Citation de Aude Doiderose
Un très charmant poème, tendre et nostalgique.
J'adore






Merci Aude , ton comment est comme un instant de conversation avec une maman qui adore converser

lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Alponse BLAISE. Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
299 poèmes Liste
15442 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 24 nov 2012 à 11:00 Citer     Aller en bas de page

'Les belles d’hier , comme ma mère
t'ouvrent leurs coeurs d’amantes tendres
avec les chants de leur jeunesse au parfum de violes
quand les roses et leur incarnat
avaient encore la même couleur"...

Ah le temps , ses ravages dans tous les sens du terme...alors que le coeur et l'esprit ont gardé leur jeunesse...

J'aime ...nostalgique et si vrai...

Alex

 
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 24 nov 2012 à 13:04 Citer     Aller en bas de page

J'aime ! tout simplement...

Cordialement F.d

  pmjb
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
3934 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
2 avril
  Publié: 24 nov 2012 à 13:39 Citer     Aller en bas de page


Une nostalgie qui frissonne la vie qui passe....

C'est un peu la plume qui vaccille.....au peur de l'avenir....

Elles, les mamans, savent qu'aucun temps n'est à perdre d'avance....

Très originale cette vision !

  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
Maman Luciole


Tout but est un leurre, seul le voyage est véritable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1602 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2012
Dernière connexion
20 février 2018
  Publié: 25 nov 2012 à 03:13 Citer     Aller en bas de page

Un tendre regard sur ces femmes vieillies et qui s'accrochent comme elles peuvent au reste d'un temps encore à vivre.
"Tous leurs novembres sur les épaules" mais avec "l'envie bohème encore vivante" c'est joliment dit !
C'est vraiment un beau texte tout en finesse.
Amitiés à toi Galatea
La Marmotte

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
428 poèmes Liste
21549 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
13 avril
  Publié: 25 nov 2012 à 05:02
Modifié:  25 nov 2012 à 05:05 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Un tendre et émouvant poème qui me va droit au coeur, le temps ne peut effacer les belles choses, il les rend différentes au, regard de celui ou celle qui sait les aimer et qui savent y trouver un tout autre charme.
Bisous GALA
ODE 31 - 17
J'ai aimé ce poème, en italien, cela donne encore plus de chaleur

  OM
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1013 poèmes Liste
16349 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
18 mars
  Publié: 25 nov 2012 à 12:29 Citer     Aller en bas de page

je cerne encore une fois la richesse de tes écrits, à travers ce texte qui se lit très facilement, et je dois dire que la deuxième et troisième strophe m'ont beaucoup parlé, j'y vois une peinture de certaines réalités, et toute ta subtilité pour les évoquer !
Les belles d'hier...rien que ça, comme c'est bien exprimé !
amitiés très sincères à toi.
pyc.

 
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 25 nov 2012 à 14:53 Citer     Aller en bas de page



♥ (.°\=/°.) ♥。*.★*Gala*★ 。♥ (.°\=/°.) ♥*
Très souvent tes textes associent ce mélange d'émotions... Nostalgique, triste?... Amour, un sentiment de vie... Très riche à ressentir, très difficile pour m'y exprimer... Des textes qui ne me laisse pas insensible...

Bacci


Λ

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
55 poèmes Liste
340 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
27 février
  Publié: 26 nov 2012 à 14:42
Modifié:  27 nov 2012 à 12:58 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Les belles d'hier gardent tous leurs charmes
Et même si à travers les larmes
leurs yeux n'ont plus leur feu bleuté.
Ta plume leur rends cette douce beauté
Que l'âge, impertinent, aurait voulu ôter...


Frank

  Au plaisir de vous lire...
Ludothum.


A ceux qui ont tout entendu en me lisant, que plus rien ne soit dit en silence...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
806 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2012
Dernière connexion
11 décembre 2014
  Publié: 26 nov 2012 à 15:46 Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé lire ce poème d'une jolie tournure,
Merci,
Ludo.

  Ludothum.
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
1206 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 27 nov 2012 à 01:43 Citer     Aller en bas de page

De bien belles images et une belle musicalité pour dire ton infinie tendresse pour ces "belles d'hier"...
J'aime tout particulièrement ces vers :

Les belles d'hier flânent incertaines
tous leurs novembres sur les épaules
l’envie bohème encore vivante
...


Blottie

 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 15 déc 2012 à 22:44 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Lilia,

Beaucoup d'émotion en lisant ton joli poème. Je revois ma mère sa bouche charnue , aussi rouge q"une cerise, sa chevelure brune volant au vent, ses talons aiguilles conquérants mais légers...
Nostalgie, nostalgie...
Merci

Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1205
Réponses: 13
Réponses uniques: 13
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0612] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.