Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 460
Invisible : 0
Total : 460
13150 membres inscrits

Montréal: 31 mars 20:56:20
Paris: 1er avr 02:56:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Vers toi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ferhat

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
156 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2013
Dernière connexion
4 février 2019
  Publié: 10 jan 2013 à 17:13
Modifié:  11 jan 2013 à 05:10 par Eylork
Citer     Aller en bas de page

A tes ailes je m’accroche
Comme cette feuille au vent
En ton soupir je m’enfonce
Dans ton cœur je fonds

Rêve ultime que je n’atteindrai pas
Je mets tout dans le tourbillon
Sur la route je cède mes chants
A la brise sur toi soufflant
Quoique ma voix sur les roches s’usent
L’espoir est que tu m’entendes.

Par les chemins des nuits sombres
Je dresse un mur sur l’horizon
Pour cerner le cercle de tes yeux
Et dessiner le soleil devant

Je te vois embellir l’antre
A la lumière de ton front
Brillant en diadème
Dans la nuit comme un volcan

Je sais que tu remues les pétales
Avec tes doigts chargés de miel
Dans la corolle des étoiles éteintes
Pour sucrer d’amour ton jardin caché du ciel.

Sphère enjolivée de tes prunelles
Miroitant les reflets de ton fard
Sur les margelles de mon regard se dresse
Le quai céleste en tableau d’art












 
Black Daemon


Le seul vrai Mal est de connaître le Bien et de l'ignorer
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
642 commentaires
Membre depuis
7 janvier 2013
Dernière connexion
23 janvier 2014
  Publié: 12 jan 2013 à 13:28 Citer     Aller en bas de page

superbe poème
il ne faut jamais arrêter de crier son amour a la personne qu'on aime si il y a une chance même mince qu'elle nous entende
N'arrête jamais de crier

je n'arrêterai jamais de courir après la personne que j'aime car il y à une chance bien que mince de la rattraper.
Je continue de courir

  Prends une feuille de papier, froisses-la, défroisses-la et essayes de l’aplanir. Y arrives-tu? A méditer.
ferhat

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
156 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2013
Dernière connexion
4 février 2019
  Publié: 12 jan 2013 à 13:36 Citer     Aller en bas de page

Merci Black Daemon pour ton chaleureux commentaire et ta lecture
Sans état d'âme profonde , il n y a pas de pas de poésie
C'est ma pensée la plus simple.
Amitiés

Ferhat

 
Black Daemon


Le seul vrai Mal est de connaître le Bien et de l'ignorer
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
642 commentaires
Membre depuis
7 janvier 2013
Dernière connexion
23 janvier 2014
  Publié: 12 jan 2013 à 13:51 Citer     Aller en bas de page

J'ai hâte voir tes prochains poème et j'espère qu'ils seront aussi beaux que celui-ci ma pensée la plus simple est tournée vers celui que j'aime et est teintée de regrets

  Prends une feuille de papier, froisses-la, défroisses-la et essayes de l’aplanir. Y arrives-tu? A méditer.
ferhat

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
156 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2013
Dernière connexion
4 février 2019
  Publié: 5 sept 2014 à 09:19 Citer     Aller en bas de page

merci Gmlavie
bien que c'est avec un peu de retard
ferhat

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 874
Réponses: 4
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0398] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.