Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 40
Invisible : 1
Total : 48
· gattopardo · doux18 · Aude Doiderose · Joker · silence. · Balzak
Équipe de gestion
· Emme
13167 membres inscrits

Montréal: 22 août 07:46:50
Paris: 22 août 13:46:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Le dormeur Dupont (hommage à Rimbaud) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mai à 15:07
Modifié:  14 mai à 15:10 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page





C’est un gros trou du cul au ventre empli de bière
Sa fiancée est moche et lui sert de souillon,
Tous deux aiment l’argent, c’est dans leur caractère :
Ils tiennent une gargote, empestant le graillon.

Ce jeune boutonneux se charge du menu
Et la nuque suant, il n’attend que son pieu,
Dort debout tout le jour, rêvant de femmes nues,
Pâlotte est sa cuisine, le décor est affreux.

Les pieds dans ses claquettes, il dort. Feignant, en somme
Souriant aux clients, il fait le minimum
Naturellement, son resto est à Blois.

Les parfums de la frite et de la saccharine
L’endorment lentement, le nez dans la terrine
Peinard. C’est un vrai trou de balle et il boit.



  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
417 poèmes Liste
13306 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mai à 15:17
Modifié:  14 mai à 15:18 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Charmant portrait. C'est un ami à toi ?
C'est beau, c'est frais, c'est versaillais.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mai à 15:53 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Charmant portrait. C'est un ami à toi ?
C'est beau, c'est frais, c'est versaillais.



C'est pure fiction, mais ça doit exister.
Je pense que Rimbaud ne me le pardonnera pas.
Tant pis.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
3 août
  Publié: 14 mai à 15:59 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Aude,

Un portrait assez déroutant et plein d'humour !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
173 poèmes Liste
4404 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mai à 16:08 Citer     Aller en bas de page

Ah ! C'est du Rimbaud tout craché, à quelques patates près.

Tu nous présentes ? J'adore les souillons (pour la rime)

Bref, c'est bien imité.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
19 août
  Publié: 14 mai à 17:07 Citer     Aller en bas de page


Le jour que je ressentirai le besoin de me raconter en vers parfaits je ferai commet toi ...et comme les autres... qui aiment le décor classique et acceptable des alexandrins.
Tu as bien fait mais pauvre dormeur


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mai à 17:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de Sybilla


Bonsoir Aude,

Un portrait assez déroutant et plein d'humour !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla



Panique en cuisine version rimée.
Merci Sybilla

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mai à 17:13 Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie
Ah ! C'est du Rimbaud tout craché, à quelques patates près.

Tu nous présentes ? J'adore les souillons (pour la rime)

Bref, c'est bien imité.

Bizzz, JB



J'ai toujours pensé que tu aimais le sale.
Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mai à 17:14 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga

Le jour que je ressentirai le besoin de me raconter en vers parfaits je ferai commet toi ...et comme les autres... qui aiment le décor classique et acceptable des alexandrins.
Tu as bien fait mais pauvre dormeur




Il n'est jamais trop tard pour s'habiller classique.
Bisous lady Galatea

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Akim

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
33 commentaires
Membre depuis
8 mai
Dernière connexion
19 août
  Publié: 14 mai à 19:54 Citer     Aller en bas de page

Arthur pour la forme et Victor Thénardier ou Emile Antoine Macquart pour le fond

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 15 mai à 01:40 Citer     Aller en bas de page

Citation de Akim
Arthur pour la forme et Victor Thénardier ou Emile Antoine Macquart pour le fond



Je sais, c'est navrant...

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
721 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
22 août
  Publié: 15 mai à 11:54 Citer     Aller en bas de page

Il est génialement monstrueux ton dormeur Dupont. Excellent!

  SHElene
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 15 mai à 11:59 Citer     Aller en bas de page

Citation de SHElene
Il est génialement monstrueux ton dormeur Dupont. Excellent!



D'un point de vue gastronomique, mieux vaut faire un détour pour l'éviter.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
4181 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
4 août
  Publié: 16 mai à 11:09 Citer     Aller en bas de page


Tu as la plume facile (air connu) et ce pastiche bien repoussant vaut le détour.
jlouis

  Poésie, la vie entière
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 16 mai à 14:06 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Louis

Tu as la plume facile (air connu) et ce pastiche bien repoussant vaut le détour.
jlouis



C'est surtout plus facile quand on met ses pas dans les pas d'un Baudelaire, merci

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Cioran


Sa beauté m'est latine, et son verbe latin - sous sa jupe en satin désireuse - lancine ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
187 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2016
Dernière connexion
13 août
  Publié: 16 mai à 14:13 Citer     Aller en bas de page

Trop drôle. Bien joué

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
644 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
22 août
  Publié: 16 mai à 16:08 Citer     Aller en bas de page

Ça casse le mythe ...
J'ai bien ri en tous cas, merci !

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
173 poèmes Liste
4404 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 août
  Publié: 16 mai à 21:22 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose

C'est surtout plus facile quand on met ses pas dans les pas d'un Baudelaire, merci



D'air, toi tu n'en manques pas !

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 17 mai à 02:58 Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie

Citation de Aude Doiderose

C'est surtout plus facile quand on met ses pas dans les pas d'un Baudelaire, merci



D'air, toi tu n'en manques pas !

Bizzz JB



Ha ben flûte, je m'ai trompée.
Encore une autre raison pour que Rimbaud m'en veuille à mort...

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
4181 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
4 août
  Publié: 17 mai à 13:19 Citer     Aller en bas de page

J'avais remarqué ce fourvoiement, mais désirant rester courtois n'en faisait pas l'observation..
Cependant rien n'échappe à nos modérateurs.
jlouis

  Poésie, la vie entière
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
747 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 19 mai à 14:17 Citer     Aller en bas de page

Citation de Cioran
Trop drôle. Bien joué



Merci mon Cio-Cio chéri.

Citation de Chlamys
Ça casse le mythe ...
J'ai bien ri en tous cas, merci !



Bah en même temps c'est moins triste qu'un cadavre dans le cresson.
Merci Chlamys

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 330
Réponses: 24
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0585] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.