Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 41
· trapanel
Équipe de gestion
· Bestiole
13167 membres inscrits

Montréal: 13 déc 09:51:07
Paris: 13 déc 15:51:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: La cage aux oiseaux Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 22 août 2013 à 13:58
Modifié:  8 sept 2013 à 06:10 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Petite fille bouclée d'un temps jadis
Toi moi, socquette et culotte courte,
Comme toi il n'y en avait pas dix
Dans tes yeux le velouté d'un yaourt.

Dans ma main... l'envie de la tienne
Tes boucles d'or effleurantes... frisson
L'été, les oiseaux de Grand-père Étienne
Ces deux inséparables chantant à l'unisson

Tu les regardais, semblais absente.
Moi je t'observais perdu dans mes pensées.
Ces iris verts, ces pupilles alanguissantes
Je ne pouvais quitter ce regard irisé.

L'enfant que j'étais t'aimait en secret
Douze ans l'air de rien, innocent
Je te souriait rougissant, l'air niais
Tu riais alors aux éclats de ton âme d'enfant.

Cet après-midi de juillet sur la terrasse
Je me suis accoudé à tes côtés
Regardant cette cage ornée de tes strass
Ton jeu de perle y était en entier.

Puis soudain tu m'as dit d'un air morose
Que la cage est jolie, tu ne trouves pas ?
Mais il leur manque quelque chose
La cage est jolie, mais la liberté ? Ils ne l'ont pas !

Ils ne font pas de petits c'est qu'ils sont malheureux !
Alors je me suis tourné j'ai regardé le soleil et le ciel
Puis me suis approché de la cage et ai fait un vœux.
Je l'ai ouverte, t'ai regardé guettant leur envol providentiel.

Tu les as vus partir, tu n'avais d'yeux que pour eux
Enfin tu t'es approchée de moi, tu m'as pris la main
Une larme a coulé sur ta joue tel un aveu
Mon cœur s'est envolé, à en oublier demain.

Comme ces oiseaux abasourdis par l'espace
Je me suis senti Dieu enivré par l'amour
Des ailes m'ont poussé, envolée mon angoisse
Chevalier servant poussé par la bravoure.

Cet été là nous ne nous sommes plus quittés
A tes yeux ton prince ton héros, cavalier sans peur
Bravant la colère de Grand-père et plus tard acquitté,
J'ai touché les cieux, enlaçant de mon âme l'ultime bonheur.

22.08.2013 16:55
PMJB © déposé.


  pmjb
JVK

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
25 avril 2013
Dernière connexion
7 août 2017
  Publié: 22 août 2013 à 17:59 Citer     Aller en bas de page

J'ai été absorbé, merci

JVK

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
446 poèmes Liste
8765 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 23 août 2013 à 03:57 Citer     Aller en bas de page

Il faut parfois prendre un risque pour obtenir ce qu'on l'on souhaite. Belle preuve

Catherine

 
fabrice_94


La poésie comme l'amour risque tout sur des signes - M. Deguy
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
50 commentaires
Membre depuis
8 août 2013
Dernière connexion
4 septembre 2013
  Publié: 23 août 2013 à 05:24 Citer     Aller en bas de page

En donnant la liberté on libere aussi son coeur. Et un bel hommage aux amours naissants

  Fabrice
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 23 août 2013 à 13:26 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous, JVK, Catherine, Fabrice, Allana.pour vos passages et jolis commentaires sous ces lignes.

Il s'agit d'une histoire presque vrai puisque, Grand père Étienne était en fait Grand mère Madeleine, mais je trouvais que d'affronter la colère de grand père faisait plus Héroïque . Et les oiseaux étaient en fait deux perruches .
Les inséparables, cela faisait plus romantique à mon goût ! Non ?

Amitiés à toutes et tous. Et tous pleins de

F.d.

  pmjb
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15806 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 23 août 2013 à 13:28 Citer     Aller en bas de page

très beau texte plein de résolution
la liberté et l'amour

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 23 août 2013 à 13:33 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ton passage et ton appréciation Mido, j'apprécie.

Amitiés

F.d.

  pmjb
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
22026 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 24 août 2013 à 06:00 Citer     Aller en bas de page

Je ne sais pas si les perruches ont survécu, ton poème est bien construit, ce que l'amour fait faire quand même, mais la liberté est parfois risquée, les prédateurs guettent, je pense que tu as su être un bon protecteur...
C'est parfois difficile de voler en liberté
Bien amicalement ODE 31 - 17
Elle t'a pris la main, tu as touché les cieux, c'est pas joli tout ça ?

  OM
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 24 août 2013 à 16:29 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir ode, je ne sais pas si les perruches ont survécu, peut-être que oui peut-être que non, mais à onze ou douze ans on ne réfléchi pas à cela. Le sud de la France est assez clément pour les oiseaux.

Il y a quelques dizaines d'années de cela. Je n'ai pas touché les cieux, mais j'étais heureux, tout content comme ont peux l'être à cet âge là. Et avec mes yeux de vieux bonhomme, oui c'était beau tout cela. Son visage est encore là dans ma tête, alors oui c'était beau.

Merci de ton passage et de ton com ode.

Amitiés et

F.d.

  pmjb
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 26 août 2013 à 10:01 Citer     Aller en bas de page



J'ai trouvé une perruche un jour appelant au secours au milieu du canal de l'Ourcq.
Je me suis penchée le plus possible en lui parlant et sifflant pour tenter de la faire venir.
Battant de ses petites ailes, elle est parvenue au bord où j'ai pu l'attraper.
Je ne sais quel était son âge, mais elle est restée jusqu'à la fin de sa vie très présente en mon coeur triste le jour où elle a quitté ce monde...
Je comprends ton émotion que tu as bien su faire sortir à travers ton beau poème!!!


Amitiés sincères

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 3 sept 2013 à 12:54 Citer     Aller en bas de page

Merci sybilla, cette histoire sur le canal de l'Ourcq est vraiment touchante, une de ces histoires que l'on se rappelle tout au long de sa vie. Une de ces histoires comme il n'en arrive qu'une.

Et à tu pensé à essayer d'en faire le récit sous la forme d'un poème ?... J'aimerais bien lire cela des fois que...

Merci pour ce beau commentaire Sybilla.

Tout pleins de

Amitiés sincères

F.d.

  pmjb
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 780
Réponses: 10
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0332] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.