Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 30
· navigateur · Jacques-Marie JAHEL · Chlamys · Lapoètesse · actuaire · Authilie · Fried
13126 membres inscrits

Montréal: 25 avr 06:22:07
Paris: 25 avr 12:22:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Lancinante brûlure, furieuse déchirure Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 5 nov 2013 à 05:06
Modifié:  7 nov 2013 à 13:20 par TitiKJ
Citer     Aller en bas de page

Vous me dites madame, l’amour inaccessible
Je ne le connais point, que je suis insensible
Aux souffrances amoureuses, aux amours égarées
Dont l’immense chagrin fait les cœurs se briser

Ma souffrance secrète, madame, je vous la dois
Insérée en mon âme, ou nul ne la perçoit
Lancinante brûlure, furieuse déchirure
Elle saigne mon cœur, et le jette en pâture

Cupidon m’est témoin, des conquêtes j’en eus
Dames de grande classe, et petites vertus
Mais vous dont la beauté a retourné mes sens
Vous m’avez ignoré jusqu’à l’outrecuidance

Pour vous j’aurai renié ma famille et mon père
Jeté mes convictions aux flammes de l’enfer,
Aux couleurs de vos yeux, repeint le firmament
Bleu ciel au petit jour, bleu roi le soir couchant

A genoux, chaque jour tous les Dieux de la terre
Je les aurai quêtés, assommés de prières
Implorés, que jamais l’éclat de vos attraits
Ne subisse du temps, les affres sur vos traits

Pour noyer mon tourment j’ai côtoyé le vice,
La fange licencieuse, ma fidèle complice
Me servait de refuge, sans que naisse l’oubli
Du désir indicible de plaisirs interdits

Je vous maudis madame et vous souhaite l’aven
Mais dans l’instant qui suit, je récuse ma haine
Il me faut accepter que jamais votre couche
Ne verra nos deux corps en communion farouche

Le jour où la Camarde, pour l’ultime au revoir
Me priera de venir, à ses cotés, s’assoir
J’aimerai sur ma stèle avoir cette supplique
« On peut aussi mourir d’un amour chimérique »

  Le Kajoleur
Lilania Cet utilisateur est un membre privilège


Osez Etre
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
82 poèmes Liste
3248 commentaires
Membre depuis
14 juin 2011
Dernière connexion
2 avril
  Publié: 5 nov 2013 à 08:19 Citer     Aller en bas de page

Un texte fort de passion, j ai aimé le fond plus que la forme néanmoins les deux dernières strophes sont belles...même si on n'en meurt pas..j'imagine la souffrance embrasant le tourment...


Lil"...

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
229 poèmes Liste
15177 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 5 nov 2013 à 11:28 Citer     Aller en bas de page

une belle passion transmise par ta plume
inondant tes vers

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Ikaro


Et j'y crois dur comme fer / C'est au bout du rouleau que j'échouerai sur de belles plages
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
525 commentaires
Membre depuis
15 septembre 2011
Dernière connexion
10 mars
  Publié: 5 nov 2013 à 14:44 Citer     Aller en bas de page

Une très belle plume que je découvre... merci pour ce poème.

Ikaro

 
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 6 nov 2013 à 04:38 Citer     Aller en bas de page

Merci ikaro, pour ce commentaire élogieux, et sans doute un peu excessif, à mon endroit .

Encore Merci

  Le Kajoleur
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 496
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0178] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.