Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 150
Invisible : 0
Total : 151
Équipe de gestion
· Catwoman
13102 membres inscrits

Montréal: 12 nov 14:40:25
Paris: 12 nov 20:40:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Pas de plus bel endroit. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 19 oct 2014 à 15:48
Modifié:  19 oct 2014 à 16:36 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Je t'aime, beau cou,
à t'en offrir des lapins.

L'aiguille du manomètre indiquait "chaude-pisse"
et mes tempes servaient de cadran,

On a loué une ampoule en papier
pour ton journal intime
et de l'encrier a surgi une plume
pleine de salive
pendant que le compas dansait le tango
au milieu de nos rondes,

le nombril de ta mère
ressemble comme deux gouttes d'eau
à un pari truqué
mais ton père est un des architectes du hasard
alors je peux pas trop t'en vouloir
qu'il ne t'ait pas voulu,

mais tu me refourgues des épices avariées
pour ma sauce hermaphrodite
et je recompte mes doigts de pieds
chaque fois que je marche vers toi,
et mes phalanges, mon ange,
chaque fois qu'il me vient à l'idée de te toucher,

Mais finalement,
entre le quart d'heure américain
et la fin de l'été indien,
ta robe te dénude dans mon œil
et tes hanches m'apportent le morceau de la lune
que le crépuscule venait de trancher,

il n'y a pas de plus bel endroit
que celui que nous venons de quitter
tandis que ta main glissait dans la mienne
la carte au trésor
que dessinent les persiennes
à même ton corps.

 
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
3707 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 19 oct 2014 à 17:08 Citer     Aller en bas de page

Un style plutôt décalé qui m'a bien plu


La Brune Colombe

 
re wind

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
103 commentaires
Membre depuis
14 janvier 2013
Dernière connexion
7 janvier 2018
  Publié: 19 oct 2014 à 19:00 Citer     Aller en bas de page

trop joli de la tete a la bottine

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
10 novembre
  Publié: 19 oct 2014 à 19:22 Citer     Aller en bas de page


magnifique retour !

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 20 oct 2014 à 17:47 Citer     Aller en bas de page

Ce texte rougit de votre affection.
je vais tenter de lui remettre les pieds sur terre.

merci a vous toutes

Mandrinmodern

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 23 oct 2014 à 14:35 Citer     Aller en bas de page

Ton vin accompagne a merveille ma viande.

Mangeons.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 654
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0396] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.