Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 347
Invisible : 0
Total : 348
· Teumii
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 16:47:34
Paris: 15 sept 22:47:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Ces bateleurs du Paf Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 24 nov 2014 à 22:49
Modifié:  25 nov 2014 à 00:26 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Elles se voulaient étoiles, et n’étaient que comètes,
Attirées par les rais des miroirs aux alouettes,
Victimes de vendeurs de carrières futures
Pour le roi audimat, nouvelle dictature.

Brillants de mille feux, sous les feux de la scène,
On les loue, les admire, pendant quelques semaines
Leur laissant penser qu’elles seront bientôt
Les héritiers d’Auffray, Vartan, ou bien Bardot

La chose est bien connue de ses princes sournois
Monarques du showbiz, sans foi, sans nulle loi,
Ils n’ont pour seul devoir : prendre de la finance,
Sur le dos de gamins, qui leur ont fait confiance.

Nouveaux esclavagistes, en cette ère moderne,
Flattant les bas instincts, de nos pauvres cervelles,
Nous sommes les complices de ces imposteurs
En appuyant sur ‘’ON’’, du cher téléviseur.

Les violences du monde, les larmes et les douleurs
Pénètrent ainsi chez nous, et de plus en couleur,
Nous donnant l’impression d’avoir plus de pouvoir
Mais pourtant, on nous floue, cela n’est qu’illusoire

C’est ainsi que procèdent les flatteurs modernes
En ouvrant la lucarne, ces derniers nous enferment
Dans leur esprit restreint, assouvissant dès lors
La conscience des hommes, en teinte unicolore

Aussi, ne croyons plus ces bateleurs du PAF
Devant lesquels nos chers politiques s’esclaffent
La flatterie est un commerce fort juteux
Ne profitant bien sur, qu’à ses auteurs honteux

Le Kajoleur 23 11 2014

  Le Kajoleur
Coeur Noir


Je sais que la poésie est indispensable, mais je ne sais pas à quoi. - Jean Cocteau -
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
84 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2014
Dernière connexion
1er août
  Publié: 24 nov 2014 à 22:54 Citer     Aller en bas de page

J'aime le message véhiculé par ce poème...
Et j'en aime également sa versification...

Par contre, sans certitude de ma part, je me demande si "sans nulle loi" (strophe 3) ne revient pas (système de la double négation) à dire qu'ils ont des lois justement ? À vérifier

Respectueusement,

Cœur Noir

  Cœur Noir s'en venant de nulle part...
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1743 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 25 nov 2014 à 11:56 Citer     Aller en bas de page

bonjour
un bon texte qui dénonce comme il faut, tant qu'il y aura des amateurs ce business se portera bien
amicalement

  Critiques acceptées
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 413
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0203] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.