Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 235
Invisible : 0
Total : 236
· FeudB
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 12:50:28
Paris: 15 sept 18:50:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Le cri du velours. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 26 nov 2014 à 10:33
Modifié:  26 nov 2014 à 15:50 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Nos volutes écarlates
posent un mot d'amour entre leurs hanches
d'une pointe délicate,
et de notre danse naît l'aveu rauque de l'envie.

Parfois le vent frissonne,
en découvrant ta peau.
Je l'imite en brûlant ta chemise
avec une migraine traînant ses pieds lourds
dans chacune de mes veines.

Ainsi un arbre jette des miettes d'automne
aux visages hirsute du brouillard.
Les pattes d'un loup hume un lieu feuillu de mort.
Le sentier porte sur son dos l'ermite
qui le prenait pour le ciel.


Une seconde carnivore
dévore la minute de silence
en plein requiem.
De ses lèvres coule la liqueur cristalline du ruisseau
qui creuse aux yeux une tombe.


la fille qui est venue bâtir un désert
en creusant son ventre blanc de sable,
volent mes doigts,
se jugeant captive d'un crime
qui me condamnent à son innocence.

Et le cri du velours
hante mes mains de pierre.

Le cri du velours,
que ton échine abreuva
le prenant pour un de nos oiseaux
hante mes mains de pierre.

Te voilà,
sculptée par un cil,
forgée par un fou de toi,
nue comme pour la première fois
et si j'essaye de te vêtir de mon regard froid;
n'en crois pas un mot,
surtout ceux que je ne prononce pas.

 
so sweet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
627 commentaires
Membre depuis
26 mars 2013
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 27 nov 2014 à 05:56
Modifié:  27 nov 2014 à 05:57 par so sweet
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Mandrinmodern

La tendresse côtoie l'intensité, un poème qui amène à la lectrice que je suis ce qu'il a de plus charnel
- sentir
Parfois le vent frissonne,
en découvrant ta pea
u.

-voir
Te voilà,
sculptée par un cil,


- entendre
Le cri du velours,
que ton échine abreuva


Petit bémol, selon moi la 3ème strophe est hors sujet. Mais c'est sans importance.
Merci pour les sensations et la force et beauté des vers, encore une fois.

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 27 nov 2014 à 14:31 Citer     Aller en bas de page

Vous avez tout les deux un avis très pertinent sur le texte.
C'est agréable de compter des lecteurs ou lectrices aussi impliqués.
La troisième strophe a pour but de décrire le lieu.
Elle n'y est peut être pas parvenu.
Ce texte noue et dénoue des paradoxes en fonction de l'état d'esprit du narrateur.
Mon cerveau en est le seul responsable.
mais tout est de votre faute.

"Cordialité"
jérôme

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 599
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0221] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.