Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 26
Invisible : 0
Total : 26
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 02:18:55
Paris: 20 sept 08:18:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Aube rancunière Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 29 jan 2015 à 13:16
Modifié:  29 jan 2015 à 14:34 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Avec sa tête de pirouette,
l'aube rancunière,
une balançoire à suicide en fait,
en planque pour les mœurs,
avec un mandat long comme le bras...

Un masque imaginaire sur la vitre,
de la buée putréfiée,
la grande gueule de la cafetière,
je me tire tout seul les vers du nez,
mais franchement...

j'vois tout en noir et blanc,
depuis le pied du lavabo,
jusqu’à la poignée de la porte,
à cause d'un arc en ciel albinos
à cause d'un kaléidoscope paranoïaque,
et j'vais me refaire les canines avec un taille-crayon...

Bon, faut que je m'habille, maintenant.
Dans une larme de biche
la chaude pisse d'un clin d'oeil patibulaire
me tend ma chemise,

Regarde où on en est
à force de fabriquer des étagères
à courant d'air,
un rébus ironique prouve le sarcasme,

une pioche de croque-mort sous estimée
grogne sur la tempe d'un caillou,,
deux ou trois douilles sur le macadam,
plus un radis en poche
le soleil plonge en s'enfonçant dans le cul des pieuvres,
nuit d'encre,

Faut pas y penser,
Faut pas y penser,
éteindre une cigarette,
recommencer à fumer,
faire un bruit gros comme le silence
allumer la radio
et la laisser brûler....

Et le demain matin,
trouver la force d'en rire,
sans trop se casser le cul à chercher.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 29 jan 2015 à 13:56 Citer     Aller en bas de page



Un' aube qui fait pendant avec ton avatar...
bravo , je reviendrai mémoriser certaines images

galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 29 jan 2015 à 15:07 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga


Un' aube qui fait pendant avec ton avatar...
bravo , je reviendrai mémoriser certaines images

galatea



C'est exactement ce que je disais tout a l'heure a une lectrice de "la passion" !
Ce texte c'est le parchemin de ma gueule.
bon, la vérité est ailleurs, cependant, comme dirait Fox Mulder.

jérôme

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 29 jan 2015 à 15:08 Citer     Aller en bas de page

Citation de egfrild
je pense plutôt que 'certains lecteurs ne conviennent pas à ce poème', mais bon...
je suis un fan de ton univers
bravo l'artiste




Salut, Egfrild.
j'enlève mon masque en privé.

a tout de suite.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
750 poèmes Liste
22079 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 29 jan 2015 à 16:28 Citer     Aller en bas de page

Pour parler de ton avatar
Je trouve qu'il a un gros nez
Un aspirateur à air du temps
Et pour parler de ton univers
De tous les vers que tu en tires
Je le trouve bien délirant
Et pas si faux, passiflore.

Je distingue les poètes
En trois catégories :
Ceux qui disent n'importe quoi
Ceux qui disent des fadaises
Et ceux qui disent des choses
Tu fais partie de la troisième.
Je dirai que tu es sponta-nez


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 30 jan 2015 à 10:16 Citer     Aller en bas de page

Merci Aude, doigt de rose.
Dans certaines civilisations, arborer un robuste appendice nasale est signe de virilité.
(a moins que ce ne soit dans pif gadget)
Favorisant ainsi, dit on, l'art de prendre son pied.
D'où le pied de nez

Mandrinmodern

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
750 poèmes Liste
22079 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 30 jan 2015 à 11:23
Modifié:  30 jan 2015 à 11:25 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Dans Pif Gadget, il n'y a que les haricots qui sont sauteurs.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 574
Réponses: 6
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0281] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.