Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 27
· Xenia · actuaire · alban1974
13135 membres inscrits

Montréal: 22 févr 03:43:32
Paris: 22 févr 09:43:32
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Au dessus du vide, tenu a bout de bras par la miséricorde... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 4 févr 2015 à 12:58
Modifié:  4 févr 2015 à 13:30 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Ça faisait un p'tit moment déjà que j'étais un aigle,

Avant j'avais été un homme,
mais ça n'avait rien donné de bon.
C'est donc avec mes yeux de rapace que je l'ai vue pour la première fois,
suspendue au dessus du vide
et tenue à bout de bras par la miséricorde.

elle m'a dit,
apercevant ma somptueuse envergure,
"t'es trop beau pour être vrai"
et "un frisson de la lune" s'agitait,
mimant mon coeur mécaniquement avarié par la mélancolie.

D'une pépite brune de mes prunelles
jaillit un éclair,
tandis qu'un nuage rendait possible son voyage.

Elle s'arrima au ciel vétuste,
d'un monde où les clowns s'habillaient
comme s'ils voulaient faire faillite en plein éclat de rire,
avec la mauvaise foi d'un flingue
qui cherche un alibi, sur un nerf d'autoroute.

Le soleil m'avait fait les poches avant de me crever les yeux
j'avais le même prénom qu'une fourche
dressée pour tuer par la camarde
et on a pris la route ensemble, dans le dos d'une carte postale,
la boucle en métal de sa ceinture scintillait
comme si son nombril renvoyait un clin d’œil au soleil,
en se moquant de nos miettes
qui n'avaient jamais fait que de longs jours sans pain.

Elle avait une petite sœur de rue,
qui avait hébergé un squelette pendant un moment
en son corps famélique,
il traînait à la foire au cartilage, l'âme en peine,
avec dans le globe, flottant, la mendicité d'un regard vitreux,
décroché de ses veines.
ça a tenu un moment comme ça,
la vie est le juke-box rouillé d'un bar à vendre.
mais,
Maintenant c’est plus qu'un tas de viande,
hébergé par des squelettes, dont un au moins,
est celui de ses yeux,

Quand elle a coupé les ponts,
une rivière a saigné,

Et bien au-dessus de la miséricorde,
tenu par le bout de ses bras,
ne restait que du vide.

Maintenant elle admire
dans un miroir à crucifier une gamine,
l'énorme aigle tatoué sur son dos
en désarticulant le prénom du type,
qu'elle voulait que je sois.

Il fait nuit partout,
la langue des chats de gouttière capitule,
on n'en saura pas plus
et la pluie traîne jusqu'au bord de la rive,
des manteaux entièrement vides,
où se penchent comme pour les cueillir,
les bras malades des mendiants.

la fièvre est un mot imprononçable
toi seul arrive à le dire,
en te servant de mes lèvres.,



 
Emelle
Impossible d'afficher l'image
courage à tous ceux qui souffre, accrochez-vous à ce que vous pouvez, il y a des gens qui se battent
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
251 poèmes Liste
542 commentaires
Membre depuis
20 mars 2010
Dernière connexion
21 juin 2016
  Publié: 4 févr 2015 à 15:31 Citer     Aller en bas de page

Sans mot

  Emelle
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 5 févr 2015 à 09:16 Citer     Aller en bas de page

Citation de Emelle
Sans mot



Je vais donc les choisir a votre place.
Et vous en composer un inédit rien que pour vous,
"affectueuserie"

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 6 févr 2015 à 10:24 Citer     Aller en bas de page

Citation de SillonsDesMots
Toujours aussi...
Bravo!
Gros kif sur :

"
Quand elle a coupé les ponts,
une rivière a saigné
"




J'ai dû pêcher une truite sanguine un jour, pour dire ça !

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 8 févr 2015 à 10:32 Citer     Aller en bas de page

Citation de egfrild
comme une transe déjantée de chaman
merci pour le voyage

egfrild



Je bois du cacao périmé depuis mai 68 !

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
1481 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
4 janvier
  Publié: 8 févr 2015 à 10:46 Citer     Aller en bas de page

A bientôt !

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 8 févr 2015 à 12:34 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Claude Glissant
A bientôt !



ça glisse !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 542
Réponses: 6
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0339] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.