Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 211
Invisibles : 2
Total : 216
· Mawringhe · Andesine
Équipe de gestion
· Catwoman
13084 membres inscrits

Montréal: 18 juin 15:19:50
Paris: 18 juin 21:19:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Ma Vie D’après Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8182 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 12 févr 2015 à 11:02
Modifié:  12 févr 2015 à 11:14 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Petit à petit je m’éteignais
Je n’étais plus rien, je disparaissais
Je croyais mon mari qui me traitait
D’être son objet sans intérêts.

Il se donnait le droit de me battre
Disant que je savais pourquoi
Et que j’avais tort de vouloir me battre
J’étais sa chose sans savoir pourquoi.

Pour mes enfants leur père avait raison
Parce que lui criait très fort.
Et moi je pleurais sans raisons

Il avait une maîtresse sans scrupules
Et un taux d’alcoolémie très fort.
J’étais sa boniche qu’il manipule.

Et puis un jour, je t’ai rencontré.
Tu m’as été d’un grand réconfort
De ce jour, j’ai osé le contrer.

Parce que toi, tu sais m’écouter
Mon horizon a changé de bord
Avec des amies à partager.

J’ai appris à te faire confiance.
Tu ne demandes rien qui puisse me faire tort.
Mes enfants et moi aimons ta présence.

Je commence à me reconstruire.
Je m’assume dans d’autres décors.
Je poétise, et vous aimez me lire.

Je peux aider maintenant mes sœurs.
À entrevoir le choix de leur sort.
Progressivement elles sortent de leurs malheurs.

Toute ressemblance serait fortuite.
De victoire et non de fuite.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14959 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 juin
  Publié: 13 févr 2015 à 13:35 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Samamuse,

Des maux que sans nul doute des personnes doivent vivre et ce doit être très douloureux
Merci de ce partage !


Mes amitiés

sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8182 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 15 févr 2015 à 05:11 Citer     Aller en bas de page

merci

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8182 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 21 févr 2015 à 02:48 Citer     Aller en bas de page

pour vous regards.
en ce moment je suis au bord de la déprime.
j'ai égaré ma volonté d'écrire.
heureusement je peux vous lire.
ce texte en MP sur demande peut avoir des suites.
sur demandes seulement.

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
410 poèmes Liste
13109 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 21 févr 2015 à 03:03 Citer     Aller en bas de page

Écrire, ne serait-ce que sur une feuille, un bout de nappe, un ou plusieurs mots est libérateur.
Vous souhaitez des regards critiques, des avis, des explications... il est parfois difficile d'être honnête par peur de blesser.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8182 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 21 févr 2015 à 10:12 Citer     Aller en bas de page

les seules agressions qui me soient blessantes,
ce sont celles qui sont formulées de manières destructrices.
pour ne pas accepter de me faire entrevoir d'autres regards qui soient mieux formulés, même de façons directes et constructives, ou de ridiculiser, voir me faire tomber dans d'inexistence, dans mes présences, et pour cela, de nier sans faire vivre de pourquoi quand je souhaite proposer de faire entrevoir d'autres regards, à tord peut-être, mais je crois savoir le reconnaître.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8182 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 2 mars 2015 à 08:28 Citer     Aller en bas de page

l'important c'est d'y croire.
les exceptions sont tellement faciles à faire vivre.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8182 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 23 juil 2015 à 03:11 Citer     Aller en bas de page

t'aurais-je blessé sur un de tes textes ?

 
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
459 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 17 nov 2016 à 08:11 Citer     Aller en bas de page

Sam je pense bien sur à ma fille qui vivait avec un alcoolique fou et pervers narcissique
Elle est tombée amoureuse d'un autre et a été heureuse un mois
entre cet homme de couleur que j'ai adopté tout de suite tellement ma fille était heureuse près de lui
Un mois de bonheur entre cet ami et nous ses parents
moi qui n'avait attendu que çà depuis de longue années
qu'elle retombe amoureuse pour mieux quitter le père de ses quatre enfants
Le mois de juin 2013
le temps des coquelicots et du bonheur pour elle et moi
biz SAM d'Annie

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8182 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 17 nov 2016 à 10:10 Citer     Aller en bas de page

tous les hommes ne sont pas des égoïstes
comme ils se savent incapables de vivre tout seul
en reconnaissance ils savent devenir des artistes
une fleur, un bijou, un sourire ça vous dés-seules.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1031
Réponses: 9
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0293] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.