Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 23
· samamuse · Aude Doiderose
Équipe de gestion
· Adamantine
13259 membres inscrits

Montréal: 17 oct 04:14:14
Paris: 17 oct 10:14:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Analphabète du subconscient Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 5 mars 2015 à 10:21
Modifié:  5 mars 2015 à 10:47 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Mon meilleur ami s'appelle serpillière
sa fille de onze ans commence à en pincer pour moi
sa femme s'est tirée avec les numéros du loto
je bosse à la fête foraine de nuit,
on bricole des manèges à sensations fortes
avec un type en cavale, Jimmy Troubeul,
mais c'est pas son vrai nom,
et c'est pas ma vraie vie, de toutes façons.

Je me suis un jour demandé,
ce que voulait dire mon prénom,
mais on était soixante milliards dans ce cas,
dans le calendrier masochiste.
Répondre est déjà une autre question,

j'emprunte à la poussière son costume farouche,
et au donjon un miroir,
mon cerveau est le fantôme de nulle part,
et mon crâne un lieu-dit,
j'approuve ton sexe posé sur ta lèvre
alambic d'un plaisir rouge
dans le vécu d'une flaque de salive.
le vent sifflote comme un hautbois hystérique
en poussant un tas de feuilles mortes,
je m'étonne de l'automne,
carcasse rouillée d'un hibou en fer forgé
en guise de boîte aux lettres,
où une lettre d'amour perd ses dents,

Des pantins pendus aux lampes
donnent un nom aux étoiles en oscillant
et ton doigt sur l’interrupteur traque la mélodramatique issue,
car la lumière balance des uppercuts
sous les paupières de la petite fille qui ment
comme un clin d’œil.

Je suis un homme avec une armure
percée de part en part,
par ce qu'il me reste à vivre,
et tu me demandes pourquoi...

Pourquoi ?
pourquoi j'ai tourné dans ce film de voyou,
un second rôle qui m'allait comme un gant
alors que j'ai toujours confondu le chien du fusil avec ma tempe,

pourquoi je recompte mes doigts,
à chaque fois que je caresse ta peau de violeuse d'émoi,
en rêvant de me tromper,
à enculer les virgules et le reste,
cosinus de l'effroi,

pourquoi mon gosse dort et pas moi
alors que son rêve dépose à son visage impassible
un sourire élégant
alors qu'à des rivages impossibles
les soupirs sont déflagrants,


pourquoi cow-boy tu chantes comme ça
entre le feu qui dessine ce lieu où l'ombre n'est plus rien
que la carcasse vendue d'un compromis en ta faveur
avec ta gueule d'ange et tes certitudes
clé de sol pendue aux branches
parlant d'amour avec des mots d'amour
comme je le fais si bien avec la haine,

pourquoi moi
pourquoi lui
pourquoi le noir de la nuit
pourquoi la blancheur de la nuit
pourquoi le bleu de la nuit,
pourquoi le rose éventré d'une larme de pluie
évaporée par l'or brûlant d'une chaude-pisse,

pourquoi ce verbe inutile
qui ne veut rien dire au présent
ment au passé
et que le futur conjugue
en nous riant à la gueule,

pourquoi ta mère,

pourquoi l'asticot de ta paume d'Adam
ronge tes cordes vocales
alors que tes baisers rauques
effraient déjà l'aube vacant
où "rien" prend son temps
pour devenir "peut être",

pourquoi, enfin,
tu ne me poses pas de question,
alors que tout me prouve que le contraire serait
le dernier vœu que je ne pourrai pas commettre.

 
André Bontruc

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
13 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2014
Dernière connexion
5 mars 2015
  Publié: 5 mars 2015 à 13:42 Citer     Aller en bas de page

Des jeux de maux sympathiques, j'aime aussi ce passage

Citation de mandrinmodern
pourquoi moi
pourquoi lui
pourquoi le noir de la nuit
pourquoi la blancheur de la nuit
pourquoi le bleu de la nuit,
pourquoi le rose éventré d'une larme de pluie

avec le rythme qui reprend.

Au plaisir...!

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 5 mars 2015 à 15:21 Citer     Aller en bas de page

Merci m'sieur.
Effectivement, ce passage donne un rythme, une mélodie.
Je l'aime bien.
Un peu comme un tempo sexuel dans un coït littéraire.
Mandrinmodern

 
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 8 mars 2015 à 07:43 Citer     Aller en bas de page

J'suis fan, y a pas a dire



Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
lagouttedor


l'amour a ses raisons que la raison ignore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
245 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2013
Dernière connexion
25 juin 2018
  Publié: 8 mars 2015 à 07:48 Citer     Aller en bas de page

Ah, enfin un qui trouve bizarre ce qui nous arrive, qui avoue ne pas savoir pourquoi tant de bazar, je t'invite donc à lire mes poèmes, peut-être que tu trouveras d'autres réponses... Pour nous faire partager ta connaissance modeste mais évidente du cortex humain! Sinon merci cher poète d'exister.

  mes respects
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 8 mars 2015 à 16:23 Citer     Aller en bas de page

Citation de Philippe
J'suis fan, y a pas a dire



Philippe



Pourtant c'est important de le dire.
Car je suis là pour l'entendre.

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 8 mars 2015 à 16:26 Citer     Aller en bas de page

Citation de lagouttedor
Ah, enfin un qui trouve bizarre ce qui nous arrive, qui avoue ne pas savoir pourquoi tant de bazar, je t'invite donc à lire mes poèmes, peut-être que tu trouveras d'autres réponses... Pour nous faire partager ta connaissance modeste mais évidente du cortex humain! Sinon merci cher poète d'exister.



Vous m'invitez ?
j'arrive...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 514
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0407] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.