Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 24
Équipe de gestion
· Maschoune
13205 membres inscrits

Montréal: 20 sept 01:58:59
Paris: 20 sept 07:58:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Frootloups. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 12 mars 2015 à 13:54
Modifié:  12 mars 2015 à 20:00 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Oui, j'avoue, c'est moi,
qui ai construit le cosmétic-ballast en molécule chauffée à blanc
du train de marchandises de tes bulles de savon...

Un Dieu sur deux se branle dans la barbe du père noël,
les autres se déguisent en père noël,
mais comme je suis entièrement composé de papier cadeau
je m'offre à toi
tandis que la messe édite.

À la pointe de la bougie,
les ombres lubriques enlacent les lueurs lesbiennes
qu'un râle masculin prostitue d'un désir
mais l'aube en a vu d'autres
dont je suis.

Maintenant,
nue devant ses habits qui pleurent des tiroirs
elle demande au miroir de lui répéter
ce que me yeux ont tenté de lui dire avant de se crever eux-mêmes
pour ne pas trop en dire, justement,
mais qui croirait un couteau plein de sang ?

un rossignol psychiatrique collectionne les timbres de sa voix
et moi l’écho que me brade le vent
m'oblige à recompter mes couilles avec le sextant
à la proue du sens unique d'un bateau
qui vient vers moi en coulant.

Je me sens bien,
un hamac à la place des paupières berce mon front
et de ma gueule en peau de requin blanc
s'échappe le bruissement de l'aileron de mes dents
dans la viande humide d'un penchant.

Elle a un nom propre
et moi j'ai le mien, lavé de tout soupçon,
les deux ensembles forment une éclipse
allumant le crâne avorté d'un sable mouvant,
de sa montre des crapules jaillissent en braconnant des lapins
la mienne s'arrête rue du complot,
où un banquier joue au pendu avec un mot en verlan
avec une prof de philosophie en ruines
mais j'ai jamais su lire les lignes de la main
qu'au fond d'une poche kangourou
en me branlant.

on arrache à l'amour un cri et une plainte
il se venge en devenant ce qu'il a toujours cherché à être
la douille chaude recrachée par mes mains
dans chacune de tes plaies,

un seul mot veut dire peut-être
et tous les autres ne sont que des prétextes,

embrasse une rivière,
avilis une prière,
mange dans le pétale d'une rose l'épine
en offrant au forcené un alibi à cueillir avec ses lèvres
sur l'autel des garrots,

Trouve-moi du charme,
demande-moi de choisir un mot
entre meurtre, "désincarcération" et promesse
et ouvre ton ventre à ta façon
que je devienne tour-à-tour un sublime salaud
et le plus fragile des halos...

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 13 mars 2015 à 11:08 Citer     Aller en bas de page

Allez y, lâchez vous, comme on dit: " scions des mots" !

Pour le titre c'est un clin d’œil inracontable a mes gosses.Un ressac mélancolique de notre voyage en Floride le moi dernier:
en gros quelque chose comme "let's go, tout par en vrille".


Mandrinmodernifié

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
18 septembre
  Publié: 16 mars 2015 à 14:19 Citer     Aller en bas de page

Merci du partage. J'ai aimé le dernier paragraphe qui semble parler d'une demande de naissance, de renaissance. C'est ce qui est quand on aime. A bientôt !

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 17 mars 2015 à 11:47 Citer     Aller en bas de page

Pas con ce point de vue, Jean-claude.
Et je dis pas ça en glissant.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 584
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0187] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.