Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 20
13205 membres inscrits

Montréal: 18 sept 20:31:05
Paris: 19 sept 02:31:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Ma première journée de diable, je l'ai passée avec un ange Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 21 mars 2015 à 08:22
Modifié:  22 mars 2015 à 17:14 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

A onze ans,
j'avais un album de coloriage,
et des crayons de couleurs.

Sur la première page il y avait un lapin,
avec deux grandes oreilles,
j'ai colorié la carotte qu'il tenait entre ses pattes en bleu,
et mon oeil est devenu orange,

Avec un ciseau j'ai découpé l'animal selon les pointillés,
froissé la feuille,
et je l'ai enfoncée en boule dans l'orifice du taille crayon,
car il lui fallait un terrier,

Le lendemain matin,
j'ai avalé mon petit déjeuner,
et j'ai accroché mon cartable a mes omoplates,
puis j'ai pris le bus,
et je suis descendu devant l'école qui brûlait encore un peu,
Un pompier m'a regardé depuis son échelle,
son beau visage tout barbouillé par la fumée,
et je lui ai fait un clin d’œil orange,

Puis je suis allé dans le parc,
car j'avais rendez-vous avec une poupée,
Elle m'a filé ses deux chaussettes blanches
et j'ai respiré la pointe de ses pieds,
en enfonçant mon nez a l'intérieur du nid en coton que j'ai fabriqué avec.
J'étais l'oiseau-nez.

Sa mère les avait déjà raccommodées, rapiécées,
et moi je balançais des grands coups de matraque
a l'intérieur de mes tempes,
pour garder mon sang froid,
parce que j'ai toujours eu un penchant morbide pour cette poupée fétiche,
avec ses deux ailes de chaque côté,
trempées de mon sang.

A onze ans j'en avais à peine six,
je faisais plus vieux que mon age depuis la nuit des temps
et j'avais déjà ce tatouage,
que ma peau cherchait à arracher de mes yeux,
jalouse des peintures rupestres de mon cerveau.

La vie exagère tout le temps
imite les halos que nous incommodons
de nos ombres décousues par des fantômes
au revers d'un cri rauque,
formant ton magnifique prénom.

Et à mon âge,
j'ai plus assez de temps à perdre,
pour y repenser...

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 21 mars 2015 à 11:39 Citer     Aller en bas de page

Mandrinmodern et les 236 millions de molécules qui le compose consacre la totalité de ce message a vous témoigner sa gratitude.

 
Vénusia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
135 poèmes Liste
3587 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 21 mars 2015 à 11:40 Citer     Aller en bas de page

Toujours aussi plein d'images un peu déjantées mais j'aime bien ça change

merci de ma lecture

Bonne journée

 
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
213 poèmes Liste
4377 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 21 mars 2015 à 14:53 Citer     Aller en bas de page

Diable à 11 ans !
Ta poupée en avait combien ?
Veinard de mandrin
C'était pas une poupée qui disait non.

ça m'a fait sourire
Merci

 
Mai Bee


Toujours la vie nous rebalance, le poids des maux que l'on ne panse...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
394 commentaires
Membre depuis
21 février 2015
Dernière connexion
15 mai 2017
  Publié: 21 mars 2015 à 15:12 Citer     Aller en bas de page

Une journée endiablée du feu de dieu ?
Émouvant et tonnant jusqu'au touchant...
Merci !
Mai Bee

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 22 mars 2015 à 14:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de Vénusia
Toujours aussi plein d'images un peu déjantées mais j'aime bien ça change

merci de ma lecture

Bonne journée



je suis un p'tit dèj hanté !

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 22 mars 2015 à 14:13 Citer     Aller en bas de page

Citation de QUOIQOUIJE
Diable à 11 ans !
Ta poupée en avait combien ?
Veinard de mandrin
C'était pas une poupée qui disait non.

ça m'a fait sourire
Merci



mandrin est la carte chance moderne du déclin !
autrement dit, l'avenir incontestablement avarié de lui-même.

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 22 mars 2015 à 14:15 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mai Bee
Une journée endiablée du feu de dieu ?
Émouvant et tonnant jusqu'au touchant...
Merci !
Mai Bee



Forger une épée nécessite une main en guerre.
La poésie imite ce constat dans votre oeil.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 601
Réponses: 7
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0309] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.