Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 62
Invisible : 1
Total : 66
· Lucie Granville · Y.D · ecrivaindunjour
13110 membres inscrits

Montréal: 14 nov 12:41:55
Paris: 14 nov 18:41:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Binaire Ou Trilogie Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8738 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 30 mars 2015 à 09:18
Modifié:  31 mars 2015 à 08:07 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

J’ai lu ce texte de « l’ours et l’oursonne » comme un texte qui serait d’actualité, dans nos modes de vie, que des esprits compliqués appellent être binaire, pour vouloir prétendre être en oppositions, et de trop rapide réactivités. Donc ;
Il était une fois, un ours, énorme, et méchant. Pourquoi savoir pourquoi, puisque c’est un état constaté.
Qui cherchait des querelles à tous les résistants. La réponse de l’évocation précédente, semble ici être expliquée.
Non diplomate, sans sourires, tous, voulaient sa mort. D’un tel comportement c’est une réaction inévitable. Il le cherchait bien.
Une oursonne, souriante, prouva, qu’ils avaient tous tort. Elle avait du temps à perdre. Que de concessions a-t-elle dû entreprendre !
Leurs deux regards se croisèrent, de façons brèves, mais, ils s’imprégnèrent, d’une empreinte, ineffaçable. Cela devait être écrit, elle a dû lui trouver et apprécier certains appétits.
Un Gandhi, aurait été, providence venant au bon moment, il n’avait peut-être pas été agressif avec elle. Ceci expliquant cela.
Ici entre cet ours mal léché et cette oursonne téméraire, la notion de présent, en états de proximité et de partages, aurait pu vivre dans l’imagerie des vagues, dans ses nombreux ressacs qui montrent la patience de l’oursonne pour nourrir cette grève que représentait cet ours. Elle devait avoir faim.
Ours, et oursonne, devinrent-ils amis, ou copains ? Cela ne nous regarde pas, ce sont leurs choix, et si ça pouvait calmer cet impétueux ours.
Lentement, leurs sourires devinrent des bouches à bouches. C’était inévitable, les tentations de nature étant trop grandes.
Est-ce la voie qui fait naître de meilleurs lendemains ? Pour eux, ça ne nous concerne pas, pour nous c’était providentiel.
Les forces provenant de l’esprit, et les incontrôlables des cœurs semblent plus puissants que les cheminements dits aveugles, des pouvoirs qui régentent, et des décideurs conquérants.
Je me suis senti mal à l’aise en lisant les propositions du texte prétendu actualisé des binaires.
Étant un trilogique, je me suis senti autorisé à présenter un autre regard.
Il était une fois, un ours, énorme, et méchant. Tout au moins considéré comme tel. Personne n’ayant pris le temps de vouloir lui demander de partager cet inconfort qui le rendait détestable.
Qui cherchait des querelles à tous les résistants. L’évocation précédente devait lui sembler être le seul moyen de se prouver à lui-même, et surtout aux autres, qu’il était un incompris, qui devait se faire respecter.
Non diplomate, sans sourires, tous voulaient sa mort. Sans le savoir, il éprouvait la nécessité de renvoyer un effet miroir, qui ne lui plaisait pas à lui non plus.
Une oursonne, souriante, prouva qu’ils avaient tous tort. Sont accueil souriant avait ce pouvoir d’effet miroir, contagieux, qu’ours devait attendre depuis très longtemps.
Leurs deux regards, se croisèrent, de façons brèves, mais grâce à ces sourires échangés, des horizons venaient de se dessiner, dont ils s’imprégnèrent, d’une empreinte, ineffaçable.
Un Gandhi aurait été providence souhaitable, regard va lire ce texte « un sourire » de Gandhi sur le web, et tu comprendras le vers suivant.
Ici, entre cet ours intéressé et cette oursonne disponible, la notion de présent, en états de proximité et de partages, aurait pu vivre dans l’imagerie des vagues, dans ses nombreux ressacs, qui montrent la patience de l’oursonne pour nourrir cette grève que représentait cet ours. Mutuellement se construire devenait un intérêt commun.
Imagine un océan, plus riche que le miel. Qui soit collant, comme du papier tue-mouche. Qui sache faire, avec tendresse, ces dons du ciel. Oui ces tournures semblent compliquées, inutiles pour te préparer, regard, au passage du bouche à bouche, ce transfert d’énergie, appelé la reconnaissance amoureuse silencieuse.
Quelles tendresses poussent ours, et oursonne, à être heureux ? La tendresse de la reconnaissance, cette faculté qui manque actuellement, de savoir semer pour pouvoir récolter, et de partager en dialogues les risques nécessaires ?
Lecteur, quelle est cette curiosité qui les touche ? Celle de prendre le temps de regarder, sans porter de jugements, sans faire d’interprétations de lectures de pensées sans enquêter, offrir et partager des esprits ouverts et bien dans le moment présent, sans se référencer à des passés contraignants, ou des futurs qui n’ont pas encore raisons d’être.
Est-ce savoir lire les sourires qui naissent dans les yeux ? Oui. Certaines personnes appellent ces circonstances le coup de foudre. Mais le plus important en CNV (communication non violente) c’est de partager de la disponibilité d’écoute.
Ours, et oursonne devinrent-ils amis, ou copains ? Ils devinrent d’abord copains par les présentations, puis amis par les partages et les confidences, et enfin complémentaires par les regards et projets qui se construisent.
Lentement, leurs sourires devinrent, des bouches-à-bouches. Est-il nécessaire de les expliquer ?
Est-ce la voie qui fait naître de meilleurs lendemains ? Oui, la trilogie est un cheminement qui demande du temps. Un cheminement qui, par de la raison d’être, en mutualisant des savoirs, pour envisager et respecter les limites des réalisations.
Force d’esprit, et de cœur sont beaucoup plus puissants... Cette formulation semble difficile à percevoir parce que souvent ces forces sont d’une telle banalité, et la puissance énergétique partagée pour les intéressés, mais aussi pour les regards observateurs, tellement indéfinissable.
Que les forces, aveugles, du pouvoir des conquérants. C’est une évocation qui revient souvent chez MUSE et SAM, sur les comparatifs de la notion de consommation et celle de la communion. Comme inviter pour aller au restaurant, on commande sans savoir ce qu’il a fallu faire pour ce repas, le fait de payer autoriserait-il le droit de se sentir encore le pouvoir de critiquer ? Par rapport au fait d’inviter dans une convivialité, en faisant un repas à la maison, avec toutes les contraintes, qui peuvent être partagées de manières ludiques, ou en organisant un pique-nique dans un style buffet froid, où chacun apporte sa contribution ? J’ai l’impression dans ces trois propositions d’être hors-sujet pour beaucoup de regards.

 
Vénusia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
135 poèmes Liste
3587 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 30 mars 2015 à 09:34 Citer     Aller en bas de page

Pour moi, si j'ai bien compris le propos, une analyse lucide d'un texte qui se rapproche beaucoup de la vie réelle par certains côtés

merci
bonne journée

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8738 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 31 mars 2015 à 04:15 Citer     Aller en bas de page

ce n'était pas le but de ce texte.
ce commentaire est un regard binaire.
c'était pour répondre à ce que j'endure depuis 60 ans.
subir des regards de consommations
alors que je suis désireux de regards de communions.
mais j'ai encore fais une erreur de proposition.
ce n'est pas important, j'y suis habitué.

 
Vénusia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
135 poèmes Liste
3587 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 31 mars 2015 à 07:39 Citer     Aller en bas de page

désolée d'avoir tapé dans le mur, mais je ne suis pas habituée à ton écriture.
je lirais sans commenter dorénavant
bonne journée

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8738 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 31 mars 2015 à 10:10 Citer     Aller en bas de page

merci VENUSIA,
non, je te remercie d'avoir formulé ce que tu avais ressentis.
c'est moi qui ne suis pas assez explicite dans mon texte.
ce texte se voulait être un comparatif entre la pensée binaire et la pensée tri-logique.
j'ai souvent essayé de faire vivre ces écarts.
j'ai fais une erreur, en voulant me libérer de mes incompréhensions.
c'est ce que j'ai voulu exprimer en ce moment.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
1528 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 31 mars 2015 à 14:48 Citer     Aller en bas de page

Salut Samamuse ! Explique-moi (nous), ce qu'est la pensée binaire et la pensée tri-logique, s'il te plaît. A plus tard !

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8738 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 2 avr 2015 à 04:05 Citer     Aller en bas de page

bonjour JEAN CLAUDE,
Explique-moi (nous), ce qu'est la pensée binaire et la pensée tri-logique
je ne suis pas sûr que cette particularité soit perçue.
voilà:
J’avais 8 ans à l’école. J’étais considéré comme un enfant en difficulté de scolarité. Lent à comprendre, lent dans les choix, lent et compliqué dans les formulations, mais curieux et aimant dessiner.
C’est vers 21 ans, quand j’ai du communiquer avec la grande Bretagne et l’Allemagne, que ce handicap s’est avéré être un plus, pour les échanges de créativités et de constructions de processus. Mais détesté par mes hiérarchies parce que trop long et trop complexe pour eux.
Actuellement à LPDP je suis une forme d’inconfort dans mes formulations et d’un intérêt souvent hors de propos. Mais tant pis, ça fait 60 ans que je vis ça.
Prenons un exemple ;
ES-TU HEUREUX ?
En binaire c’est « OUI » ou « NON ».
Et si le demandeur est sincère avec sa demande, d’autres précisions devraient venir.
Pour un trilogique (j’en connais quelques autres, qui comme moi, sont pris pour des charlatans) il veut savoir pourquoi cette question ? (1) C’est-à-dire, si la question est fonction d’un constat ? (2) Une telle question pour envisager une proposition ? (3) Ou une banalité comme « BONJOUR ÇA VA ? »
Et là, le trilogique devient « CHIANT » puisque c’est si simple de répondre dans le vague et rapidement, « OUI ou NON ». Le trilogique essai continuellement, de se mettre dans les pensées des binaires, maladroitement.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
1528 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 2 avr 2015 à 16:11 Citer     Aller en bas de page

Un regard consommateur ne s'embarrasse pas de savoir ce qu'il y a dans l'esprit de son prochain. Il veut profiter du prochain. Alors qu'un regard de communion s'intéresse à l'autre, au plus profond de lui-même. Et au plus profond de l'autre. Seulement ainsi le contact, le vrai, peut s'établir. Un esprit tri-logique irait-il jusqu'à s'intéresser aux causes extérieures qui ont fait que l'autre se soit approcher de lui ? Merci du partage, Samamuse. A bientôt !

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8738 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 3 avr 2015 à 03:38 Citer     Aller en bas de page

Oui, ça rend ce regard trop souvent envahissant. Par contre pour un binaire, essayer de s’accorder un temps pour envisager un regard de tri-logique, ça peut pour ce regard binaire devenir enrichissant.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8738 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 novembre
  Publié: 18 août 2015 à 03:15 Citer     Aller en bas de page

ODIN,
ce texte que tu viens de commenter semble avoir été remis en circulation.
j'en remercie les compréhensions, mes poèmes étant interdépendants à 75% dans ceux qui sont en lectures sur LPDP.
mes commentaires semblent être dérangeants une pose est peut-être nécessaire pour ces regards et pour moi-même pour me restituer.
à bientôt SAM

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 626
Réponses: 9
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0322] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.