Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 342
Invisible : 0
Total : 348
· Poégraphe · doux18 · rené duruisseau · Meruem · alweg · Le Dormeur du Val
12954 membres inscrits

Montréal: 17 jan 14:54:41
Paris: 17 jan 20:54:41
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Théâtre & Scénario :: La Prescription D'un Repenti - Repost Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
3147 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 5 oct 2016 à 18:33
Modifié:  6 oct 2016 à 08:59 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Théâtre: La Prescription D'un Repenti
(Revue et corrigée !)


Scène 1/ Acte 1: la confession de trop !

Personnages : Ambroise ( Fille de M.Constantin), M.Constantin.

M.Constantin revient de son rendez-vous chez un certain médecin du nom de M. De Barbot. Sa fille, Ambroise, s'approche de lui dans l'intention d'obtenir une permission d'aller au bal avec un jeune homme possédant un rang notable.

Ambroise
- déclarant avec niaiserie -
Père, puis-je aller danser demain, au bal d'Été,
Le comte De Roman sera mon cavalier,
Il est un beau jeune homme de très bon parti,
Et viendra me chercher si votre grâce dit oui,

M.Constantin
- Sans Réfléchir -
Les faveurs sont précieuses, celle-ci n'aura pas lieu,
Notre rang trop médiocre salirait son habit,
Toutes ces années passées sous des pieds poussiéreux,
Mon appris à aimer ma place sans mépris,

Ambroise
- Manifestant son insatisfaction -
Mais monsieur laissez-moi trouver la plus belle place,
Ma vie ne me plaît guère, je préfère les palaces,

M.Constantin
Il faut savoir s'astreindre à ce qu'on est et a !

Ambroise
Parbleu ! Je ne vous croyais pas de ces gens-là !

M.Constantin
- lui lançant un regard investigateur -
Ah, et bien de quelle sorte de gens parlez-vous,

Ambroise
- Fronçant les sourcils -
Le genre capable d'offusquer sa propre enfant !

M.Constantin
À mes aïeuls ! Moi, en bon père qui se dévoue,
Comme j'aurais préféré tout autre compliment !
Vous osez me traiter de mauvais personnage,
Mais je vous malmène en bien dans votre jeune âge,

Ambroise
- Se moquant de son père -
Quel homme ! Oh et puis quel beau bagage que le vôtre,
Une certitude, dans la famille c'est vous l'apôtre,

M.Constantin
- D'une inflexion indubitable -
Il est évident que je vous l'ai apporté !

Ambroise -
Quoi donc ? Ce sale caractère campant toujours vos traits ?

M.Constantin
Un certain savoir petite sotte ! (Levant les yeux au ciel) qu'ils me pardonnent... !

Ambroise
- Sur un air taquin -
Qui donc ? Le tout puissant miséricordieux ?

M.Constantin
Mes trépassés ! Avant le fils et la madone !
Puisqu'il vous est facile de me rendre malheureux,
Vous serait t-il si dur d'investir son inverse ?

Ambroise
- Haussant le ton -
Chaque fois que je vous parle c'est une goutte qui se verse,
Notre vase de famille déborde puis dégouline !
Car vous troquez cela en une belle averse,
Vous serait-il souhaitable de changer de combine ?

M.Constantin
- D'une intonation délicate -
Ma chère, j'ai bien peur que se soit vrai, je l'avoue,
J'ai le cerveau trop plein et le cœur en tiroir,
Alors, je me confie de cette manière à vous,
Que vous me déchargiez de ces quelques avoirs,

Ambroise
Ah ! Quel brave homme vous faites à vous plaindre trop riche,
De votre éducation qu'est ce précieux savoir !

M.Constantin
- Renonçant à son érudition -
Je vous dis là seulement qu'il faut qu'elle change de niche,
Quoi que vous fassiez, elle vous aidera plus tard,
Je vous la donne, prenez ! Ma tendre enfant fétiche
Elle m'est trop inutile pour ma vie de vieillard,

Ambroise
Quel aveu étonnant ! Ne serais-je pas unique !

M.Constantin
- D'une voix amadouante -
Vous l'êtes ! N'en doutez pas ! Mais je crie mon estime,
À votre cœur trop froid, et trop souvent cynique,
J'ai depuis peu le droit de pleurer en victime,

Ambroise
- Inflexible -
Serait-ce la vieillesse qui vous rend si sensible,
Autrefois vous étiez cet homme réfractaire,
Qui ne me donnez rien, un cœur inaccessible,
Et moi sous toute ma peine, je pleurais de colère,

M.Constantin
- Flegmatique -
L'existence semble avoir retourné nos deux cœurs,
J'ai mûri longuement avant d'être sagesse,
Vous laissant dans le sein mon plus triste malheur,
Votre mère en partant a fait ma maladresse,

Ambroise
- Déroutée -
Mais que vient faire maman dans cette conversation ?
Si vous croyez m'avoir par ces accusations !
Laissez mère où elle est ! Son esprit sera sauf,
Quittez donc ce terrain ! J'ai l'esprit qui s'échauffe !

M.Constantin
- Oscillant -
Ma fille... je crois qu'il est temps pour moi de vous dire,
Le véritable adieu de votre très chère mère,
Madame n'est pas morte comme j'ai pu le décrire,
Elle a quitté mon cœur d'un très bel adultère,

Ambroise
- Pantoise -
Jésus-Christ ! Père, que dites-vous là sur sa vie ? !
Son cœur n'est pas éteint et vous m'avez menti !
Pour une histoire d'amour, certes bien malheureuse,
Mais je n'y suis pour rien ! Mais quelle chose affreuse !

M.Constantin
- Balbutiant -
Hélas, je fus... mauvais...lorsque qu'elle m'eût annoncé
Préférer un autre homme... bien plus jeune que moi,
Lui destituant, là, le droit de... vous visiter,
Elle vous disait adieu en embrassant sa croix,

Ambroise
- Déconcertée -
Et moi qui vous croyais des hommes les plus bons !
Vous n'êtes qu'un imposteur, mais quelle aberration !
Je m'en vais de ce pas crier mon émotion
Loin de votre personne et de ses confessions !

M.Constantin
- Le regard fuyant -
Fuyez cette fâcherie elle n'est que mon passé...
Cette histoire m'eut brisé et pour bien des années,
Je vous trouve le cœur facile à me juger,
Je nous voyais noces d'or que vous n'étiez pas née !

Ambroise
- D'une voix dure -
Ne me dites plus rien et j'irai à ce bal,
Qu'importe votre avis, goûtez mon affliction,
Et puis tout de bon si ce geste vous met mal,
Plaît-il ? Toute ma douleur pour votre éducation !

M.Constantin
- Embarrassé -
Mais il y a prescription ! Ne m'en voulez pas trop !
J'ai fait cette pénitence pensant nous rapprocher,
Suivant les bons conseils de Monsieur De Barbot,
Un grand médecin, ancien chirurgien des armées,

Ambroise
- Énervée -
Fuyez son ordonnance ! Il n'est de bon conseil,
Mon cœur, triste, lourd s'éloignant un peu plus de vous,
Il est de ces façons qui de toujours m'effrayent
Gros badaud que vous êtes sous sa voix de Gourou !

Ambroise quitte la scène avec colère.

  "Écrivez ce qui vous gêne, en particuliers si cela ne gêne que vous."
CD6D
Impossible d'afficher l'image
Tout mon savoir ne sert qu'à mesurer l'étendue de mon ignorance
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
204 commentaires
Membre depuis
2 décembre 2015
Dernière connexion
2 décembre 2016
  Publié: 6 oct 2016 à 01:40 Citer     Aller en bas de page

Juste un "détail"

Ambroise est un prénom masculin... (http://www.prenoms.com/prenom/AMBROISE.html)

Mais peut être qu'il s'agit là du repenti en question, celui-là même qui aurait viré sa cuti?

  sans mots dire à consommer cent mots des rations
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
125 poèmes Liste
3175 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 9 oct 2016 à 12:18 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir ,

J'ai apprécié cette scène 1 de votre théâtre. Les dialogues en sont vifs et l'écriture soignée. Je ne sais pas si c'est un essai ou si vous êtes familière de ce genre d'écrit mais c'est avec vrai plaisir que j'attendrai de prendre connaissance de la suite.
Amicalement

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
3147 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 18 oct 2016 à 15:31 Citer     Aller en bas de page

Citation de CD6D
Juste un "détail"

Ambroise est un prénom masculin... (http://www.prenoms.com/prenom/AMBROISE.html)

Mais peut être qu'il s'agit là du repenti en question, celui-là même qui aurait viré sa cuti?



Bien vu le détail, mais c'est un peu voulu..Vous comprendrez lorsque vous lirez la suite (si vous la lisez) dès que la posterai

Merci de votre lecture attentive.

amicalement,
LBC

  "Écrivez ce qui vous gêne, en particuliers si cela ne gêne que vous."
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
3147 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 18 oct 2016 à 15:34 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ulm47
Bonsoir ,

J'ai apprécié cette scène 1 de votre théâtre. Les dialogues en sont vifs et l'écriture soignée. Je ne sais pas si c'est un essai ou si vous êtes familière de ce genre d'écrit mais c'est avec vrai plaisir que j'attendrai de prendre connaissance de la suite.
Amicalement



Merci beaucoup je suis touchée par vos compliments.
Disons qu'il s'agit d'un premier essai retravaillé

J'y travaille, mais cela prend du temps pour que les dialogues soient coordonnés...
Je serai contente de retrouver sous la suite de ma pièce.

Au plaisir,
LBC

  "Écrivez ce qui vous gêne, en particuliers si cela ne gêne que vous."
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 483
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0381] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.