Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 59
Invisible : 0
Total : 63
· Elisa · aigredoux · Ashimati
Équipe de gestion
· In Poésie
13121 membres inscrits

Montréal: 23 avr 12:25:16
Paris: 23 avr 18:25:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Ne dis plus rien maintenant. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 23 mai 2015 à 15:10
Modifié:  23 mai 2015 à 18:39 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Un aigle dans chaque manche,
véritable armoire à garce
je viole les cendres de ta mère
planquée dans ton regard,

car pleurer est un trafiquant de mouchoirs
la chaise électrique de "plus tard"
et tu le sais autant que je l'ignore
ce qui fait de toi un mot de trop
et de mon silence une farce...

Mais nous parvenons en traînant ces cadavres,
pathétiques,
esthétiques,
jusqu'à la crypte velue d’Œdipe,

Un clin d’œil patibulaire resquille une émotion,
j'auricule ton majeur
formant le lien de nos mains
et tu chuchotes de la salive à mon titan
tandis que j'envoie mon voilier lyrique
combler une par une
tes vagues,
et tes riens,
en un sublime et pornographique terrain vague.

après tout, pourquoi pas,
Dieu est venu en costume
nous parler de la misère
un ange dans chaque manche
et en guise de nœud papillon,
la fin de nos guerres,

alors aimons-nous comme ça
un cri n'est pas autre chose
que la carte postale d'une épine
envoyée par une rose
à un des caprices de la peau,

Le frisson bleu nuit
dans la gueule d'un clou
qui a trahi son fakir.
Et si tu devais en jouir,
je prendrais un moment de ta mort,
pour en faire un sourire,
recouvrant le reste de ma vie.

Mais ne dis plus rien,
maintenant,
ne dis plus rien, surtout,
car la nuit commence d'abord par venir
avant de nous enfuir.

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
414 poèmes Liste
12926 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 23 mai 2015 à 17:19 Citer     Aller en bas de page

C'est fort. Une lecture addictive.

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 24 mai 2015 à 04:04 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ishtar
C'est fort. Une lecture addictive.




Je bourre mon stylo de cocaïne et mon taille crayon de testostérone, puis je me penche sur la feuille.
Vous lisez ce qui par mes narines coule de mon cerveau.

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 30 mai 2015 à 04:35 Citer     Aller en bas de page

Citation de et puis
Celui là aussi, il fait parce qu'il défait. Bigre !




Salut et puis.
Es-tu le masculin d'épuise ?
Car celà sous-entendrais de très haletantes prouesses nocturnes !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 636
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0337] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.