Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 15
13128 membres inscrits

Montréal: 16 juil 20:49:57
Paris: 17 juil 02:49:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Le bourdon et l'hominidé...... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 14 juin 2015 à 02:37
Modifié:  14 juin 2015 à 03:23 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

La cloche résonnait chaque heure que fait Dieu,
Comme pour rappeler au temps trop éphémère,
Que bientôt, nos demains ne seront plus qu’hier.
Elle annonçait les drames et les jours radieux.

Mais un hominidé à l’ouïe sensible et tendre,
Fit un jour le reproche à l’aimable bourdon,
De tinter trop souvent, de faire dig ding dong,
Jura qu’au battant gorge, il saura faire rendre !

Les élites locales, dont on sait le courage…..,
Entendirent les thrènes du quidam en rage:
Le clocher millénaire, au son accort, s’est tu.

Car il en ainsi en notre belle France,
Adieu nos traditions, le passé est cocu,
Quand la bêtise règne, muette est la tolérance.

  Le Kajoleur
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
414 poèmes Liste
13199 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 14 juin 2015 à 03:26 Citer     Aller en bas de page

Hélas.. j'ai entendu parler de cette histoire. J'habite à la campagne, aux milieux de fermes, et il se trouve des "arrivants" (je le dis sans animosité car je suis une "arrivante" aussi) pour se plaindre du chant des coqs...
Un texte qui décrit bien une situation ubuesque.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
21763 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 14 juin 2015 à 04:12
Modifié:  14 juin 2015 à 04:13 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Mais qu'ils restent dans leur ville polluée avec la pétarade des pots d'échappements et de toutes sortes de nuisances
Que les coqs continuent de chanter, les cloches de sonner et que ces gens ne nous cassent plus les pieds.
On ne va pas supprimer les fermes parce que ça sent le crottin et la bouse de vache aussi, non mais...
Bien amicalement ODE 31 - 17
Une belle fin

  OM
Vénusia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
135 poèmes Liste
3587 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 14 juin 2015 à 07:07 Citer     Aller en bas de page

un texte qui ne laisse aucun doute quand à la bêtise des gens.
les cloches de l'église, le chant du coq et celui des oiseaux dès l’aube levée, est une musique plus mélodieuse que les bruits de la ville.
merci et bonne journée

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14960 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 15 juin 2015 à 18:55 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir TitiKJ,

En total accord avec les commentaires précédents !
Merci pour ce très beau partage !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Hermes78
Impossible d'afficher l'image
Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances Charlie Chaplin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
245 commentaires
Membre depuis
8 juin 2015
Dernière connexion
9 janvier 2017
  Publié: 17 juin 2015 à 08:51 Citer     Aller en bas de page

A chacun sa bêtise, nous avons "tous" la notre mais heureusement "tous" ne le savent pas...
Mais chut, il ne faut pas que ça transpire.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 365
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0409] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.