Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 307
Invisible : 0
Total : 307
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 12:37:01
Paris: 15 sept 18:37:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Chauvelure Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 16 juin 2015 à 13:45
Modifié:  16 juin 2015 à 15:11 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

En guise de décor,
fraîchement déféquée par une nuit d'encre
la diarrhée lunaire décore les entrailles d'un chien mort.

Je soigne mon look,
en bras de chemise
panama remonté jusqu'aux coudes
chaussettes d'épouvantail en laine du vécu,
sortant d'un trou ayant contenu la tête d'une autruche,

autrement dit
vous n'avez encore rien vu.

Elle,
perchée sur sa mode pédestre
elle rêve d'une robe de mariée en crème chantilly
boutonnée dans le dos par un gros sac rempli de dollars
et elle a deux olives vertes à la place des yeux
jolis, certes
mais qui ne regardent personne.

Et toujours, indisposée, la lune...


La voilà qui tourne à gauche,
et moi je remonte de la droite
la rue qui vient de sa gauche,

Un igloo se suicide dans sa glotte
où se blottissent les phoques de son élocution
quand elle voit que je suis l'anatomie d'un désert
avec à la place du cactus
le totem hirsute du sourcil que je hausse,
en guise de point d'interrogation.

ce qui m'évite de dire :
- oui ?

et comme elle aime les devinettes,
je chope son numéro de téléphone par les cheveux
et je la baise dans la cabine,
sadique rétro-mazo
comme un maquisard de Sade.

et quand elle dépose
une mélodieuse virgule hurlée
entre le fa dièse osseux de mes va-et-vient
et la chanson des gonds rouillés,
je m'aperçois que la lune
n'a jamais aussi bien éclairé
la moitié qui lui manque.

Et comme c'est une fable,
je vous laisse moraliser...

Jérôme David
10/06/2015
Mise en pli du chapeau Valérie Borgel

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 17 juin 2015 à 14:09 Citer     Aller en bas de page

Le titre m'as été offert par Mademoiselle Borgel et il est une contraction de deux "antagonistes" capillaires, ce qui renvoie a l'aide d'un clin d'oeil aux contradictions fiévreuses jouant le rôle de gazoline dans le moteur mental du narrateur.s

Bonne soirée, scions des mots.

Jerôme

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 18 juin 2015 à 14:35 Citer     Aller en bas de page

Citation de Hubix - Jeee
Le poème commence limite, pauvre lune mal en point, et continue dans un style chaloupé...

on ou plutôt je te suis sans difficultés, dans les méandres de ton cheminement cérébral et tout me semble couler de source... même la lune...

Amitiés...

Hubix.



Tu as raison, l'entame est déroutante.
Le choix est délibéré.
Ton commentaire est bien "torche" !
J’apprécie.

 
Mai Bee


Toujours la vie nous rebalance, le poids des maux que l'on ne panse...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
394 commentaires
Membre depuis
21 février 2015
Dernière connexion
15 mai 2017
  Publié: 18 juin 2015 à 15:20 Citer     Aller en bas de page

Moraliser, moraliser... Encore faudrait-il avoir le mot râle pour ça !
Vous avez une façon de planter le décor, que tout c'qui pousse tire une drôle de bouille
J'aime bien !
Merci Jérôme
Mai Bee = Zoé
Et je souligne la belle participation de Val aussi

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 19 juin 2015 à 11:13 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mai Bee
Moraliser, moraliser... Encore faudrait-il avoir le mot râle pour ça !
Vous avez une façon de planter le décor, que tout c'qui pousse tire une drôle de bouille
J'aime bien !
Merci Jérôme
Mai Bee = Zoé
Et je souligne la belle participation de Val aussi



Zoé=pivert ?

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 19 juin 2015 à 11:23 Citer     Aller en bas de page

Citation de MIKYZARU
Je ne suis pas sur d'avoir tout compris....Non, pardon! Je suis sur de n'avoir pas tout compris mais j'adore le style.
Amicalement



Le narrateur pénètre la nuit solitaire, il rencontre une fille grâce aux effluents du hasard,
Il baisent.
Du classic-nocturne.

La fin propose une touche de poésie pure telle que je la conçois

"je m'aperçois que la lune
n'a jamais aussi bien éclairé
la moitié qui lui manque."

une ode a l'absence.


Voilà le concept.
a bientôt.
jerôme

 
Mai Bee


Toujours la vie nous rebalance, le poids des maux que l'on ne panse...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
394 commentaires
Membre depuis
21 février 2015
Dernière connexion
15 mai 2017
  Publié: 20 juin 2015 à 02:45 Citer     Aller en bas de page

Citation de mandrinmodern

Citation de Mai Bee
Moraliser, moraliser... Encore faudrait-il avoir le mot râle pour ça !
Vous avez une façon de planter le décor, que tout c'qui pousse tire une drôle de bouille
J'aime bien !
Merci Jérôme
Mai Bee = Zoé
Et je souligne la belle participation de Val aussi



Zoé=pivert ?



Pivers Oui

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 20 juin 2015 à 14:21 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mai Bee

Citation de mandrinmodern

Citation de Mai Bee
Moraliser, moraliser... Encore faudrait-il avoir le mot râle pour ça !
Vous avez une façon de planter le décor, que tout c'qui pousse tire une drôle de bouille
J'aime bien !
Merci Jérôme
Mai Bee = Zoé
Et je souligne la belle participation de Val aussi



Zoé=pivert ?



Pivers Oui



J'ai donc mal orthographié nos retrouvailles !
Le plaisir prend le dessus.

Jerôme

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 844
Réponses: 7
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0276] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.