Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 27
Invisible : 1
Total : 31
· Tychilios · Captain Cap · Krysenzo
13267 membres inscrits

Montréal: 19 oct 16:16:58
Paris: 19 oct 22:16:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amitié :: Un grain d'éternité Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 22 juil 2013 à 14:04
Modifié:  22 juil 2013 à 18:33 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page

UN GRAIN D'ÉTERNITÉ



De mes heureux carnages, j'assume le poison,
Voyez, voyez le fou mâchant le basilic,
Foudroyé par juillet, de toi triste, si triste !

Des étés du Caucase, je retrouve la trace.
Si je n'étais pas né, prouvez-moi le contraire !
Dans mes contrées d'agrumes aux fragrances de glace,
Je me sens bien vivant, fils parmi mes pères.

Sur la place sans grève le bourreau a laissé
Une poignée de couteaux, une hache émoussée.
Et là sur le billot, un lilas a poussé,
Et là sur le fer rouge, un coquelicot est né.

Si j'ai perdu la tête, je ne m'en souviens pas,
Mes entrailles sont enfouies au fond de la Volga.
Mon coeur est enchâssé dans l'urne d'electrum
Tout au creux de tes cendres, mon corps berçant ton corps.

J'invente des fontaines, d'adamantins jets d'eaux
Sur les murs délabrés, tout est neuf à nouveau ;
Tes prunelles sont les miennes et tes mots sont mes mots ;
La pluie sur mes paupières : ta caresse, un cadeau !

J'ai erré dans les rues, un grain dans le cerveau,
Sous l'estoc de soleils à la mèche rebelle ;
La vie n'est pas une fin, ce n'est qu'un fil de laine :
Une main invisible en tourne l'écheveau.

Fatalité ou pas, je défie l'inconnue ;
Je me grise du vin de sa nuque fendue ;
Je fouille ses viscères, j'arrache ses oripeaux,
Pour que je sente encore ta peau contre ma peau !






(Texte écrit ce soir, le 22 juillet 2013 à 18h30 pm, je suis précis... et que je dédicace à toutes celles et ceux qui "savent" et font ces traversées en solitaires. A M. et à tous les autres, amis, passants connus ou inconnus)
Riagal
(Ria-Raga)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 22 juil 2013 à 16:01 Citer     Aller en bas de page

Le prix de la liberté serait il la la solitude...?

Cordialement,

Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
8631 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 22 juil 2013 à 17:18 Citer     Aller en bas de page

Heureusement que tu es né, sinon, j'aurais un frère en moins. Beurk !
Peut-être qu'il faut retourner à l'origine où coule la Volga pour tricoter ce grain d'éternité et d'un ru donner une jolie rivière avec tout plein des fleurs que tu aimes.
Bises p'tit frère,
Cath

 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
2580 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
4 septembre
  Publié: 23 juil 2013 à 00:45 Citer     Aller en bas de page

Ce matin je lis ton thème
Un mystère flotte dans ce texte
Une histoire qui se raconte
Tous ces mots s'ouvrant les veines
Partout le passé en tête
Dégouline toute une vie
Et ton bonheur retrouvé
Cela se passe en lisant...


Marchepascal


    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 juil 2013 à 00:57 Citer     Aller en bas de page

Citation de Philippe de Commynes
Le prix de la liberté serait il la la solitude...?

Cordialement,

Philippe


Ou je n'ai pas suffisamment dormi ou bien la toute "relative" "fraîcheur" de l'aube n'a pas soigné les brûlures de ces derniers jours mais je ne vois pas très bien le lien avec ce petit texte ;-). Mais ce n'est pas grave. Merci de cette "pause" sur ce fil :-)...fragile qu'est ce grain, comme un grain de folie jeté au vent pour une part d'éternité.

Pour la réponse à la question, elle sera brève. Tout dépend ce que l'on entend par solitude. Celle que l'on subit, non, c'est horrible de subir mais bien de pauvres gens n'ont pas le choix.
Celle que l'on choisi pour le travail, la création de longue haleine (romans ou essais en particulier) ou toute autre passion, oui. Et quand bien même, cette solitude n'en est pas une.
Elle est mienne au milieu de plein de gens...en anonyme pour peu qu'on me laisse en paix. Il y a des bruits qui ne me dérangent pas tellement je suis dans cet "autre monde" parfois. Bien au contraire...Il faut jouer de cette ambivalence qui est chance ou fêlure d'un "fêlé" (ce n'est que de l'humour..:^^).
Modi l'a si bien dit (je fais référence au peintre), si bien vécu, si bien "dessiné" et pas seulement sur ses toiles...il aimait la pluie lui aussi. Ce qui ne l'empêchait pas de fréquenter tout un cercle de "relatives" et d'amis plus ou moins proche, d'avoir Jeanne aussi...et d'autres.
Je n'ai pas vraiment répondu ? Normal, cela demanderai plus de temps, un autre saison et un autre post.
Bien à vous...et bienvenue aussi !
Riagal.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 juil 2013 à 01:20
Modifié:  25 juil 2013 à 06:36 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Heureusement que tu es né, sinon, j'aurais un frère en moins. Beurk !
Peut-être qu'il faut retourner à l'origine où coule la Volga pour tricoter ce grain d'éternité et d'un ru donner une jolie rivière avec tout plein des fleurs que tu aimes.
Bises p'tit frère,
Cath


Oh Sist', c'est croc gentil...Tiger apprécie ! ;-). Surtout que je suis fils unique...et frères et soeurs de substitution ne manquent pas...ils sont de qualité, like you ! Mais il s'en ait fallu de peu que je ne sois pas là. Et si je le suis encore malgré tout, c'est par une sorte de "spell" ou de magie. Car oui, j'ai poussé mon premier cri et après plus rien...Nan, en "réalité", je faisais allusion à la remontée des sources et des siècles, de mes ancêtres qui passaient leurs étés dans le Caucase.(trop long à expliquer).

Se retourner et pleurer sur la perte n'est pas mon genre et les origines je les porte en moi depuis ma naissance. Ainsi que la vie et la mort. Elles ont grignoté mon corps et mon esprit mais les ont aussi (heureusement ;-)), enrichis.
Plus haut, tu vois que ce grain est un allusion à someting de "coucou". Parce que l'Eternité, bah...de vie i mean et pour moi pas pour ceux que j'aime...et que loin, très loin ou pas je persiste à faire vivre. Comme une transmission...de ce qu'ils sont dans mon sang, dans mes veines, dans chaque battement de coeur, mouvement...C'est un sujet délicat et je ne sais pas au final -l'ayant pensé longtemps avec d'autres brassées de choses -mais je ne connais jamais le repos^^- mais écrit sur le vif.
Et puis les fleurs, ce ne sont pas les miennes, ce sont les siennes. Ses préférées...Je suis encore trop dans le secret, je crois...mais je ne peux pas m'en empêcher. On ne trouble pas l'émoi quand il surgit, on ne le fouille pas. On lance...ce grain qui pousse ou ne poussera pas à travers l'espace-temps...sans pesanteur et sans pathos, sans regrets mais avec ces émaux, ces images, ces sensations comme un parfum qui ne s'effacera jamais. La peau des pulls en porte la trace...il suffit d'avoir un bon nez ! ;-)...
Thanks pour tes souhaits Cath...anyway. C'était très tendrement dit.
Your little brother.
Kiss and love.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 juil 2013 à 01:26
Modifié:  23 juil 2013 à 13:33 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Marchepascal
Ce matin je lis ton thème
Un mystère flotte dans ce texte
Une histoire qui se raconte
Tous ces mots s'ouvrant les veines
Partout le passé en tête
Dégouline toute une vie
Et ton bonheur retrouvé
Cela se passe en lisant...


Marchepascal



Heureux que ton matin t'aie porté vers moi, Marché et sur ces petites lignes granuleuses :-). Et merci infiniment pour ton ressenti, si juste, dans la ligne de ce que j'ai un peu voulu dire...
Toutes mes amitiés et à très bientôt...j'ai dit que j'avais bp de lectures à rattraper mais les heures me pressent aussi...toujours en décalage d'horreur ;-). Sourire...
Bonne journée à toi !

Riagal.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Lullaby


Carpe Diem
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
969 commentaires
Membre depuis
31 mai 2012
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 23 juil 2013 à 03:35 Citer     Aller en bas de page

Riagal,

Avant d'aborder ton texte, je suis bien contente de pouvoir te lire, cela faisait un petit bout ... sourire ! Mais tout vient à point qui sait attendre .... sourire ! Et lorsque l'on aime lire un auteur, on sait aussi être patient pour en déguster chaque mot lorsqu'il réapparaît !

Ensuite, une part de mystère dans ton texte, on en sait plus sans vraiment savoir, on devine ! On a beau vivre dans le présent parfois le passé y fait intrusion ... Il y a de belles images, presque des odeurs .. une bien belle lecture que ce grain d'éternité ...

Avec toute mon amitié
A très vite
Lullaby

  Lullaby
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15488 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 23 juil 2013 à 04:32 Citer     Aller en bas de page

On garde au fond de soi, le passé des hiers , éternelle mémoire, sans se souvenir vraiment des circonstances mais des émotions, des ressentis, cette impression étrange de déjà vu...avec ce temps qui recouvre à sa façon les choses:

"Sur la place sans grève le bourreau a laissé
Une poignée de couteaux, une hache émoussée.
Et là sur le billot, un lilas a poussé,
Et là sur le fer rouge, un coquelicot est né."..


Un texte qui sort directement de tes tripes et de ton coeur

Alexandra


 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 juil 2013 à 13:40 Citer     Aller en bas de page

Citation de Lullaby
Riagal,

Avant d'aborder ton texte, je suis bien contente de pouvoir te lire, cela faisait un petit bout ... sourire ! Mais tout vient à point qui sait attendre .... sourire ! Et lorsque l'on aime lire un auteur, on sait aussi être patient pour en déguster chaque mot lorsqu'il réapparaît !

Ensuite, une part de mystère dans ton texte, on en sait plus sans vraiment savoir, on devine ! On a beau vivre dans le présent parfois le passé y fait intrusion ... Il y a de belles images, presque des odeurs .. une bien belle lecture que ce grain d'éternité ...

Avec toute mon amitié
A très vite
Lullaby


Thanks Lulla...ça faisait longtemps oui. Je suis imprévisible, bis repetita placent^^.
Il y a une chose qui m'a amusé, par coïncidence, ou empathie, who knows, j'ai vu que sur amour un de tes textes avait dans son titre cette part d'éternité ;-). Je vais voir de ce pas...

Toutes mes amitiés idem :-)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 juil 2013 à 13:44
Modifié:  23 juil 2013 à 13:47 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Alphonse BLAISE.
On garde au fond de soi, le passé des hiers , éternelle mémoire, sans se souvenir vraiment des circonstances mais des émotions, des ressentis, cette impression étrange de déjà vu...avec ce temps qui recouvre à sa façon les choses:

"Sur la place sans grève le bourreau a laissé
Une poignée de couteaux, une hache émoussée.
Et là sur le billot, un lilas a poussé,
Et là sur le fer rouge, un coquelicot est né."..


Un texte qui sort directement de tes tripes et de ton coeur

Alexandra



Hello Alex, un merci...du fond de ce coeur qui a du mal souvent/parfois à sortir l'é-moi...mais pour les tripes, elles n'ont pas ce problème ^^.
F'in pour le reste, je n'ai pas tout vu, je suis trop jeune. A moins que...je me sois réincarné...oui, j'ai vraiment un grain !
Plein de bises à toi.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 23 juil 2013 à 14:01 Citer     Aller en bas de page

Citation de Philippe de Commynes
Le prix de la liberté serait il la la solitude...?

Cordialement,

Philippe



Le prix de la liberté est la folie... Cette liberté n'a pas de prix... Peu commune ainsi... La Force au plus haut, la face sombre au plus bas... Deux mondes dans l'excès...
Bon, le pourcentage de la population française ayant cette liberté est réduite... Heureusement, car je ne sais pas ce que serait un monde qu'avec des hommes libres se marchant sur les pieds...

Et donc, Raga, me revoici, me revoilou... Sur une humeur haute en ce moment... Donc, un danger public...
J'ai déjà fouillé dans des viscères et arracher des oripeaux ces derniers temps... Il est temps pour moi de trouver une autre chair fraîche...

C&C

ps : non seulement je n'ai rien compris, mais je ne vois même pas de qui il pourrait s'agir... Hum !!!!!!!........ Que tout cela est très énigmatique mon cher Raga ........

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 23 juil 2013 à 14:45
Modifié:  23 juil 2013 à 14:46 par Philippe
Citer     Aller en bas de page

Écrite ainsi au singulier, "La liberté" ne peut être que collective..., n'y a t-il y pas une dichotomie dans le simple fait d'associer ces deux mots, je pense qu'il n'y a que des libertés individuelles et c'est de manière égale un bonheur et une plaie, le prix de ma liberté individuelle est donc certainement la solitude...

J'avais cru discerner dans son texte une part de nostalgie, une perte, un départ, une libération... d'où mon commentaire,

voilà qui est peut être plus clair

Bonne soirée,

Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 25 juil 2013 à 03:27 Citer     Aller en bas de page

Un texte énigmatique… pas facile à commenter, celui-ci, mais j’aime bien fouiller dans tes archives….Même si, d'après certains, on lit et puis ça suffit..
On peut aussi mettre un
(je vais me faire encore des ami(e)s...)
Mon ressenti :
Un peu de l'avis d'Hubix...
Comme une ballade dans des lieux où demeurent encore des ombres,
Avec des flashs sur le passé de ces lieux… (lieux de tes ancêtres ?)
Quelque chose qui resterait en nous, un grain d’éternité, et qui se transmettrait, malgré la mort, malgré les morts :
« La vie n’est pas une fin, ce n’est qu’un fil de laine »…
Tu dis que tu portes en toi tes origines, depuis ta naissance…
Sans doute. Même si je ne me suis jamais posé la question sur mes origines, mes ancêtres…
Et qui était qui …
Trop compliqué..
Je suis née par le plus grand des hasards, en France, de plusieurs belles histoires d’amour qui se sont succédées mais qui ont pris racine dans d’autres pays …
Remonter à la source ? Par un poème, j’aimerais bien …Mais je ne sais pas si je saurais..
(Modi le peintre... je suppose que tu parles de Modigliani ?)
Biz


  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 25 juil 2013 à 06:34
Modifié:  25 juil 2013 à 06:50 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Philippe de Commynes
Écrite ainsi au singulier, "La liberté" ne peut être que collective..., n'y a t-il y pas une dichotomie dans le simple fait d'associer ces deux mots, je pense qu'il n'y a que des libertés individuelles et c'est de manière égale un bonheur et une plaie, le prix de ma liberté individuelle est donc certainement la solitude...

J'avais cru discerner dans son texte une part de nostalgie, une perte, un départ, une libération... d'où mon commentaire,

voilà qui est peut être plus clair

Bonne soirée,

Philippe


Philippe, oui pour la perte mais on doit faire avec...ses pertes au pluriel. De la nostalgie, non. Je suis trop combatif pour ça et je ne me permets pas de "ce laisser aller de l'âme" qui ne sert à rien. C'est égotique et lâche de ne penser qu'à soi...en ce sens la liberté a ses limites puisqu'on a pas que des droits mais aussi des devoirs envers des êtres qui ont besoin de nous, une cause, des révolutions, un regard ouvert sur le monde et pas uniquement sur notre nombril.

Moi, tout ce que je grapille ce sont des moments de liberté pour peu que je m'en laisse l'occasion. Pas facile dans certaines conditions. Mais j'y tiens.
L'indépendance en revanche, je la garde jalousement. Elle est une facette de cette Liberté absolue qui n'est qu'un leurre, une illusion (note le L en majuscule....)
Pour le reste...On ne peut pas réparer ce qui est cassé. On jette...et on planque tous les traumas dans un coffre aux secrets.
Pour en revenir au débat sur la Liberté, il faudrait des pages et des pages, des discussions sans fin et j'avoue que je préfère de beaucoup en parler en "live" avec mes profs, mes philosophes, mon entourage...et cela par la vue et par la voix. Le virtuel fausse les données. Il n'y a pas le ton, ou la dérision dans un oeil qui s'allume, des visages qui s'animent....
La liberté d'expression, je la respecte plus que tout. Alors pas de problème....tu as été très clair.
Amicalement
Riagal (qui entre nous n'a rien à voir avec Villon, ça c'est pour t'éclairer un peu sur ce qui est plus qu'un pseudo mais une part de mon identité qui flirte avec l'humour irlandais, pays que j'aime...;-)

Vita : Comme je te l'ai dit en mp...y'a pas de chair ici. Un squelette tout au plus.
Et pour en finir avec cette "dispute" au sens de l'échange...deux citations :
"« La liberté ne peut être que toute la liberté ; un morceau de liberté n'est pas la liberté. »
de Max Stirner que complète la suivante :
« Nous n’avons qu’une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté... »
Henri Jeanson

Soyons conquérants ! :-)
Paka/bises...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 25 juil 2013 à 06:59
Modifié:  25 juil 2013 à 07:12 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de heak1925
J'aime lorsque les morts parlent parce qu'ils ne peuvent plus mentir...

Magnifique poème et rien de plus...

Amitiés...

Hubix.


Merci Hubix...tout simplement. Ca fait du bien de ne pas avoir toujours à expliquer.:-)
Amitiés

Sidonie : marrade pour ceux qui seraient "piqués" ..
Je ne pense pas qu'"ils" le prennent mal. C'est leur droit après tout. Et le tien d'en rire gentiment ;-).

Sinon, thanks d'être passée ici. J'ai donné des points d'éclairages un peu plus haut et j'avoue que non slt mon ordi beugue mais que je ne sais pas quoi répondre de "cohérent" et sincère à la fois au risque de trop dévoiler (je suis overbooked...et pour d'autres raisons aussi je dois toujours être très rapide ici...tiraillé que je suis avec bp de "contingences", je reste volontairement dans le flou).
En mp si tu veux...et si je continue comme ça (coquilles qui m'emm...à faire rougir le Bescherelle même si j'ai l'excuse de jongler avec plusieurs langues)...ça ne va pas le faire ;-).
Bises !

(oui c'est bien de Modigliani dont je parlais...mort jeune...mais moins que moi.)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
448 poèmes Liste
21906 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 août
  Publié: 25 juil 2013 à 10:25 Citer     Aller en bas de page

Je partage également ce que HUBIX a pu t'écrire, je trouve ce poème magnifique, je l'ai relu plusieurs fois pour bien m'en imprégner, c'est un fort ressenti et lorsque telle poésie me donne des frissons, c'est que quelque chose en elle me bouleverse et je me retrouve dans certains passages.
Je ne peux m'exprimer aussi bien que mes autres amis poètes, mais c'est un écrit qui m'a fort marquée
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 22 févr 2014 à 08:13 Citer     Aller en bas de page

Ode : merci ma Cigogne.
Bises.

Péribole : un grain de folie...? Da ! Il n'y aurait pas d'âme russe qui pulse dans ce sang sans ce grain là.
Spasibo.
Et toutes mes amitiés.
(sorry pour la réponse tardive mais on s'en fiche un peu...le temps n'existe pas).

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RicHart
Impossible d'afficher l'image
Le temps efface tout. Sauf ses traces
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
10 mai 2016
Dernière connexion
11 décembre 2017
  Publié: 21 oct 2016 à 22:22 Citer     Aller en bas de page

«J'invente des fontaines, d'adamantins jets d'eaux»

J'apprend toujours de nouveaux mots dans tes poèmes superbes

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 23 oct 2016 à 07:41 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ric-hart
«J'invente des fontaines, d'adamantins jets d'eaux»

J'apprend toujours de nouveaux mots dans tes poèmes superbes


Oh merci ! Mais c'est un des mots que je collectionnais tout p'tit ^^...
Bon dimanche !

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 27 août 2018 à 12:21 Citer     Aller en bas de page

Je décrypte ; -)...merci Odin...^^

Amitiés...
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1570
Réponses: 20
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0560] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.