Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 24
13210 membres inscrits

Montréal: 22 sept 00:21:30
Paris: 22 sept 06:21:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: "farigoulette" Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 30 juil 2015 à 09:44
Modifié:  30 juil 2015 à 12:29 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Une laisse en cuir
un chien rose
et un jappement strident
à la sortie de l'hétéro discothèque...

je prends mon temps
pour parfaire la silhouette
qui ne demande qu'à me servir,
étant ma propre mythologie pyrotechnique,

"Boxo" a de la cocaïne
et moi j'ai de l humour à revendre
j'en deale à une gamine patibulaire
et son petit sourire me donne envie de
violer une panthère négroïde
sur le capot de la berline du scénario,

On fonce, avec pour objectif,
le cœur de la nuit
sur un trois mâts à la mortadelle
et nos mains crissent sur la peau
comme dans un paquet de chips,

le disc-jockey
vient de piger un truc... on est pas là pour lui
il rectifie le tir
et nous envoie de la très bonne symétrie acoustique
tandis que le barman pige qu'on est venu pour lui
en nous dénoyautant nos olives
avec son sabre électrique,

il est maintenant l'heure
que j'allume mes yeux photogéniques
car l'heure est révolue
que tu m'amnésiques,

on glisse ma main
dans ta perfidie
deux cosmos plus loin
on refait le calcul
en profitant de l'angle de ton nombril putréfié
à cause du complexe d'Œdipe de mon thermomètre phallique,

et de la virgule jaillit le sperme thoracique
de nos symphonies métaphysiques...
tandis qu'un chien rose
pisse sur le pied métallique d'un lampadaire
qui ressemble comme deux gouttes d eau à la ligne de vie
de cette magnifique nuit...

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
750 poèmes Liste
22081 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 31 juil 2015 à 05:21
Modifié:  31 juil 2015 à 05:22 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Ambiance !


Ci-dessous :

boîte de nuit rectangulaire












  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 31 juil 2015 à 11:24 Citer     Aller en bas de page

on dirait plutôt une bouteille d'eau gazeuse qui se prend pour ton avatar !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
750 poèmes Liste
22081 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 31 juil 2015 à 14:41 Citer     Aller en bas de page

Ho moi qui avait tant soigné la chorégraphie !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 1er août 2015 à 04:35 Citer     Aller en bas de page

T inquiète, tout le monde sait que ton corps est graphie !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 356
Réponses: 4
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0342] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.