Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 235
Invisible : 0
Total : 235
13159 membres inscrits

Montréal: 10 déc 20:31:44
Paris: 11 déc 02:31:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Je Suis D’yeux Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
263 poèmes Liste
8824 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 8 nov 2015 à 12:13
Modifié:  10 nov 2015 à 10:30 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Ce n’est pas une hérésie.
Créateur ou observateur,
Certaines vies, me doivent leur vie.
Que je suis... "Abandonneur".

Certaines vies, ne l’ont pas demandé
Leurs énergies ne dépendent pas de moi.
Et pourtant, sans moi, elles sont condamnées,
À dépendre, trop souvent, de moi.

Une fois en vie, elles doivent se construire.
À travers plein d’apprentissages,
Destructeurs, ou pour les instruire.

Et c’est là, grâce à elles, que JE SUIS D’YEUX.
À leurs tours, elles feront des passages.
En FOI(s)qu’elles prétendront vivre pour leur DIEU.

Designer, parent, décideur, poète,
Elles sont libres de moi, toutes ces conquêtes.

D’yeux, suis-je haut d’yeux.
Donnant tant de pouvoir,
À leurs libertés.


Cette entité appelée DIEU
Qui par notre âme, nous a offert la vie,
À notre tour, on fait ce que l’on peut,
En obligations, ou en permis.

Comme lui, nous nous devons "abandonneur".
C’est par amour, que nous donnons la vie
Non propriétaire, mais observateur,
Je suis (du verbe suivre) d’yeux (et seulement d’yeux).

Te sens-tu être, en transmission de vies ?
Sans ne rien avoir à exiger,
De leur indépendance, tout est fini.

De leurs dires et regards, je me sens DIEU.
Aurais-je pour elles participé,
Aux horizons, avenirs, de mon mieux ?

Parent, enseignant, électeur
Ai-je toujours été à la hauteur ?

Oui bien sûr je t’aime.
Ce sera bientôt ton tour.
De ce texte, entrevois-tu le thème ?

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
454 poèmes Liste
22024 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 11 déc 2015 à 09:39
Modifié:  11 déc 2015 à 09:41 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

De ce texte je n'en vois pas réellement le thème, mais il n' y a aucun anathème.
Je suis d'yeux, rien d'odieux, il suffit de suivre ton " regard " ton observation, ton ressenti en relisant ces lignes.
Comme tu le dis, on fait ce que l'on peut...Mais pour ma part ne baissons pas les yeux.
J'ai compris à ma façon, peut - être pas avec les mêmes sensations, mais je crois que quelque part, je te rejoins.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
263 poèmes Liste
8824 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 12 déc 2015 à 03:12 Citer     Aller en bas de page

pour moi la poésie est un voyage des pensées (pas forcément dépensé)
je te propose l'imagerie d'une personne assise sur le siège arrière droit d'une voiture avec un toit (sur le continent) qui regarde par la vitre latérale, toutes ces présences qui défilent, avec les mêmes mots, ou présences d'images, le voyage des yeux percevra des images certainement différentes de celles d'autres yeux.
je ne suis pas que d'yeux.

 
Rayon de soleil
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
225 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2016
Dernière connexion
11 novembre 2018
  Publié: 28 oct 2016 à 16:02 Citer     Aller en bas de page

J'entrevois bien mieux qui est Dieu depuis que j'ai eu mes enfants, on ne peut vraiment comprendre une personne (ici une Entité) que quand on est vraiment ou partiellement dans sa situation.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
263 poèmes Liste
8824 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 30 oct 2016 à 04:26 Citer     Aller en bas de page

bonjour ODE et RAYONDESOLEIL,
vous devez certainement vous demander quelle peut être la construction, la motivation, et la finalité de ce texte.
la notion d'abandonneur semble être importante.
dans nos vivre ensemble des propriétés, des monopoles, et des dogmes.
donc:
j'étais et je suis toujours un désigner.
qui donne vies, pour que ces vies en fassent autant à leurs tours.

D’yeux, suis-je haut d’yeux. (de regard j'ai tendance à entrevoir dans un concept de supériorité, pour peut-être imposer ma présence)
Donnant tant de pouvoir, (pouvoir de faire autre chose que ce que j'avais prévu, sans avoir à avoir de compte à rendre)
À leurs libertés.(ces notions de libertés, sont souvent sources de conflits, et d'assistances formulés par des demandes dans les apprentissages qui manquent d'accompagnements)

Oui bien sûr je t’aime. (aimer dans le sens de la continuité, même en cas de doutes, ou d'inconforts de karmas dans des interventions abusives)
Ce sera bientôt ton tour. (cette évolutions des devenirs semble longue à entrevoir avant l'échéance des vécus, vécus qui seront sûrement différents avec des troncs communs)
De ce texte, entrevois-tu le thème ? (celui du voyage de notre raison d'être dans notre enveloppe, pour faire de notre présence des apprentissages des vivre ensemble)

oui regard, la notion de voyage, nécessité pour recevoir l'esprit de temps dit poétisé, demande du temps pour relativiser notre présence, avec les philosophies du français LAVOISIER et de l'américain JAMES.

 
albatrosité

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
11 commentaires
Membre depuis
23 octobre 2016
Dernière connexion
19 avril 2017
  Publié: 2 jan 2017 à 13:06 Citer     Aller en bas de page

Toi celui qui écrit aux regards, qui se plaît à voir qu'ignores-tu donc des soirs noirs où l'être subit. Dans sa sublime mortalité comment le regard peut-il être assouvit, sans voir dans une fin l'asservissement de son unique désirs, çapter enregistrer, décrypter, dénaturer ? Toi qui poète aussi bien que mage fait parler les images. Et le noir celui sans vie dans lequel ce monde, le manque de mot, de substance et nos limites nous enferment. Comment l'homme qui ne voit pas en lui une force l'animant peut-il oublier la notion de puissance qui nous opprime ? Les regards portent tous et les tient ouvrent de belles portes, mais l'aveuglement n'est pas si horrible que ça. Le bonheur est sourd des autres réalités, aveugle quand il ne veut pas s'effacer d'un regard, insensible et fuyant lorsque du bouts des doigts on l'effleure, notre vue sur les choses, le monde nous guident et nous trompent. Je te souhaites de ne plus voir que par le biais de tes rétines usée à force de s'adapter et de décrypter.
Amiçalement Albatros.






 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
263 poèmes Liste
8824 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 3 jan 2017 à 02:13 Citer     Aller en bas de page

albatros j'adore ta façon de cheminer.
ton commentaire est plein de questions
imagine toi sur un rond point en train de tourner sans trop savoir quelle voie choisir. et bien tant pis il faut en prendre une, mais qui y avait-il sur les autres.
c'est pour ça qu'il y a d'autres rond points, pour revenir visiter certaines des autres voies. tu veux des réponses à tes curiosités ? alors redonne leur une nouvelle chance, mais une par une, merci.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 719
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0695] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.