Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 40
· Amanda · Drôle d'oiseau · datura. · doux18 · Lapoètesse · Mawringhe
Équipe de gestion
· Emme
13104 membres inscrits

Montréal: 19 avr 06:52:20
Paris: 19 avr 12:52:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Dansons la carmagnole ( ..celle de francesca Solleville!!!) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 14 déc 2015 à 02:07
Modifié:  14 déc 2015 à 22:58 par Shaim
Citer     Aller en bas de page

Il me souvient d’un temps ou loin des artifices
De ce monde surfait, aux emblèmes factices,
Il flottait en chacun, un peu de cet amour,
Vers son prochain, sans rien, en attendre en retour.

La chose est révolue, cette époque n’est plus,
En terme de partage, absence de surplus,
Désormais c’est mon moi, qui régit la planète,
Au marché du mépris l’humain fait ses emplettes.

Pour le prix d’un aller en paradis virtuel,
Des barbares aliénés font des actes mortels,
Sous couvert de croyances, par écrit érigées
Dont l’interprétation serait à corriger...

On massacre à tout va sur la planète Terre
L’air et puis les forêts et la flore et la mer
Fruit d’une volonté des nantis de vouloir
Toujours plus de dollars, toujours plus de pouvoir.


Un jour se lèveront tous les enfants du monde,
Nonobstant leurs couleurs ils feront une ronde,
Et sous cet arc-en-ciel formant une coupole
Ensemble entonneront : "Dansons la carmagnole"


  Le Kajoleur
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
2649 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
17 avril
  Publié: 14 déc 2015 à 05:53
Modifié:  14 déc 2015 à 05:56 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Bonjour
J'ai bien aimé et j'ai souri en lisant ta dernière phrase.
J'ai un petite préférence toutefois pour les 2 premières strophes.

Citation de TikiKj
Il me souvient d’un temps ou loin des artifices
De ce monde surfait, aux emblèmes factices,
Il flottait en chacun, un peu de cet amour,
Vers son prochain, sans rien, en attendre en retour.

La chose est révolue, cette époque n’est plus,
En terme de partage, absence de surplus,
Désormais c’est mon moi, qui régit la planète,
Au marché du mépris l’humain fait ses emplettes.



Merci à toi
Cidnos

 
Ombline


Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie. Blaise Cendrars
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1120 commentaires
Membre depuis
25 février 2014
Dernière connexion
2 mars 2017
  Publié: 14 déc 2015 à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Comme je partage ton poème...où sont l'amour, la fraternité et ses vraies valeurs . Savoir donner sans recevoir... le monde devient fou on détruit, on massacre, on ne sait plus toujours voir le bonheur là où il est vraiment...


Amitiés

Ombline

  La musique exprime ce qui ne peut pas être dit mais qui est impossible de taire. Victor Hugo
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 494
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0377] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.