Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 25
· Balzak · Andesine
13202 membres inscrits

Montréal: 16 sept 06:57:43
Paris: 16 sept 12:57:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Ma jeunesse d'antan... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 20 févr 2016 à 00:36
Modifié:  21 févr 2016 à 01:58 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Mon futur est passé, vain est mon devenir,
J’ai trop, de par le monde, usé de ma jeunesse,
Qui soudain me renie, sans même prévenir,
Lassée de mes années, juvénile maîtresse.

En mon antre d’antan, je dépose les armes,
Dans cette ville aimée, depuis longtemps quittée,
Ma mémoire s’embrase, et d’éclanche l’alarme,
Des stigmates d’un temps qu’il me faut acquitter.

Soudain le bruit d’un pas, sur les pavés usés
De la rue des Oublis, vient me faire rappel,
De ces instants bonheurs, quand je venais muser
En cet endroit témoin de mes amours pastels.

Je revois le café : "Au Bistrot de Lorette",
Lieu de nos confidences, disparu désormais,
Une banque a pris place, jetant nos amourettes,
Au trépas d’un avant, révolu à jamais.

J’hume à nouveau l’odeur du pain et des nonnettes,
Venant du boulanger, sis au coin de la place,
Le commerce est fermé, partit la Pomponnette,
A ses yeux le mitron, jamais, n’a trouvait grâce.

Le vieil arbre abritant nos amours juvéniles
D’ombre ne fera plus, sur la Place des Arts,
Son tronc où j’ai gravé "A jamais pour Cécile"
A cédé sous les coups d’un hivernal blizzard ?

Ah, n’aurai-je jamais le plaisir de revoir
Le petit rémouleur qui hurlait : "aux ciseaux,
Je repasse couteaux, affûte les rasoirs"
Avec sa tablette, qui servait d’aiguisoir.

Ma Jeunesse est passée, avec mon avenir,
Hier est bien trop loin, demain est un mirage.
L’espace d’un instant, j’aimerai détenir
Le pouvoir d’effacer le temps et ses outrages.

  Le Kajoleur
Ombline


Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie. Blaise Cendrars
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1120 commentaires
Membre depuis
25 février 2014
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 20 févr 2016 à 06:40 Citer     Aller en bas de page

Sur la route des souvenirs, ils resteront toujours gravés, mais les ans ont passé pourquoi ne pas vivre intensément le temps présent dans la mesure du possible...

Belle journée

  La musique exprime ce qui ne peut pas être dit mais qui est impossible de taire. Victor Hugo
Solveig
Impossible d'afficher l'image
La poesie est la musique du coeur
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
252 commentaires
Membre depuis
16 février 2016
Dernière connexion
6 décembre 2017
  Publié: 20 févr 2016 à 15:57 Citer     Aller en bas de page

Ce temps qui passe.
Un jour on se retrouve vieux et on se retourne sur une jeunesse encore si présente et pourtant bien lointaine.
Très belle poésie.
Merci de ce partage.

 
Pyerre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
664 commentaires
Membre depuis
13 janvier 2016
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 8 mars 2016 à 13:02 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Monsieur TitiKJ
Il y a du Ronsard en vous, superbe poème sur le temps qui passe, bravo...!!! Pyerre

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 499
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0215] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.