Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 399
Invisible : 0
Total : 399
13166 membres inscrits

Montréal: 12 déc 22:45:29
Paris: 13 déc 04:45:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Manuel Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 5 avr 2008 à 17:21
Modifié:  5 avr 2008 à 22:01 par Rouge
Citer     Aller en bas de page

Les étangs crèvent

nous allons en voyage de train en train, de
      main en main
      souillées
le train s’ennuie
sous les pieds d’un million de gens
j’étais seul en vie, seul
ce jour-là
j’étais seul comme un millier de solitudes
et j’avais
les pieds plats de tous les plats de la terre
j’avais les main liées de toute la lie de chaque bouteille
où tu es mon Amérique encore à conquérir

encore à dessiner en milliers de Paris
sur des cartes invisibles et des routes qui s’éteignent
tu es mon Amérique éphémère, mon Amérique
encore à peupler
et je creuserai des sols à ton sol comme à toutes les autres
et je creuserai des maisons

Je suis mort d’un million de morts enchâssées
une à la suite de l’autre et tombé
d’un million de marches, de marches et de marches
d’un million d’escaliers
j’ai mort comme un million d’animaux empaillés à la tête
depuis ton absence
le train s’ennuie aux pieds de tous gens
aux pieds d’un million de ceux-là
alors que j’étais seul à bord

Je suis mort de tous les morts de la terre
de tous les jours et de tous les soirs
où tu restes ma chanson-ébauche à terminer
que des accords qui ne trouvent écho que
dans tes yeux de neige ou d’été
que dans tes yeux semblables
à tous les yeux de tous les hommes de la terre
réunis ensemble

et si l’Amérique a un goût amer
un goût de terre séchée, d’ancres perdues,
je serai mort comme un million de d’amertumes
parce que l’Amérique a son nom à ma bouche
comme un million de mots de chacune des langues
à ma bouche,

tu es la nuit de toutes les nuits
où je m’échoue encore à la grève
comme un millier de paquebots naufragés
comme un millier d’îles en dérive
où tu es mon Amérique encore à bâtir

tu es mon Amérique en destination fantôme
mon Amérique et ses lumières d’espoir
et je suis mort d’un million de morts
de ne pouvoir que dessiner d’un trait vague
mon Amérique lointaine
mon Amérique et ses contours;
tu es mon Amérique et les plaines
qui la peuplent en abondance

le train s’ennuie sous mes pieds
comme un million d’espaces à combler
comme un million d’ivrognes
comme un million de poèmes à retranscrire
où tu restes mon Amérique à cartographier


 
myrtille
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
193 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2007
Dernière connexion
27 mai 2015
  Publié: 6 avr 2008 à 11:33 Citer     Aller en bas de page

j'ai l'impression de tout pleins de contradictions ou d'incertitudes ou... en tout cas, j'aime beaucoup

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
660 poèmes Liste
18597 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 6 avr 2008 à 12:51 Citer     Aller en bas de page


Il te manque, c'est flagrant... une boussole...

J'aime... Tous les mots...

Merci




Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 4 mai 2008 à 12:02 Citer     Aller en bas de page

myrtille,
C'est possible... en tout cas merci à toi !

Éric,
En effet, une boussole me serait grandement utile en ce moment, haha
Merci d'être passé

Bleu Pomme,
Il ne s'agit pas d'Olivier ! Il s'agit de Manuel.
(peut-être un peu d'Olivier en toile de fond, je l'admets...^^)
Merci !

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 18 mai 2008 à 22:29 Citer     Aller en bas de page

C'est un des poèmes qui me tient le plus à coeur, sinon LE.

Alors merci. merci merci merci infiniment.

 
g r e g
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
20 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2016
  Publié: 29 juin 2008 à 23:50 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Érosion,
J'ai trouvé ce poème dans la section ''Si vous ne deviez me lire qu'une seule fois'', et j'ai trouvé cela bien ironique puisqu'après avoir lu ce poème, je sais pertinemment que ce n'est pas la dernière fois que j'aurai le plaisir de vous lire. Merci pour ce beau partage j'ai adoré ma lecture.

Amicalement,

Greg

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 4 juil 2008 à 09:50 Citer     Aller en bas de page

je suis touchée, énormément touchée... merci Greg.

 
Pinturicchio


Ti Amo Meno Di Domani, Ma Più Di Ieri...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
1149 commentaires
Membre depuis
18 juin 2005
Dernière connexion
4 avril
  Publié: 14 juil 2008 à 08:56 Citer     Aller en bas de page

comme une chansons, si c'en n'est pas une :p

Chouette texte.

Merci pour cette lecture


Amicalement,
Olivier

  L'amour est une drogue dont on ignore les effets secondaires
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 14 juil 2008 à 09:08 Citer     Aller en bas de page

C'en est une... oui, c'en est une... merci à toi.


Tu t'appelles Olivier ?
C'est un magnifique nom...

 
--La Ligne

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
69 commentaires
Membre depuis
30 mars 2009
Dernière connexion
14 décembre 2009
  Publié: 6 avr 2009 à 05:20 Citer     Aller en bas de page

... C'est tellement beau! Écrit avec autant de foisonnance et en même temps de solitude, je te vois à la fois miné, seul comme un personnage de Hopper et entouré de toute la foisonnance du monde qui se presse et meurt. C'est un cri du coeur, beau, tragique, violent et surpeuplé de sensations... Je ne sais quoi dire d'autre sinon que ça m'a chaviré, merci!

Amicalement,

Eymeric

  Eymeric
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 25 avr 2009 à 18:16 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi... c'est toi qui m'a chavirée, tu sais.

Merci.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3177
Réponses: 10
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0555] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.