Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 395
Invisible : 0
Total : 400
· Charlentoine · ode3117 · Aude Doiderose · Cidnos · Poex
13162 membres inscrits

Montréal: 27 mai 12:12:58
Paris: 27 mai 18:12:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Je m'en suis rapproché Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
symetrico
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2016
Dernière connexion
25 novembre 2016
  Publié: 21 oct 2016 à 11:04
Modifié:  22 oct 2016 à 03:00 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Dans le clair ciel d'hiver, fuyait un joli parfum d'érable humide, après la pluie; la petite brise intermittente titillait les branches et balançait les oiseaux recroquevillés. Il y avait des flaques d'eau au sol mais ce n'était pas grave; la brume s'était envolée.
La brune aussi; et ça c'était grave.

Une brune au visage enfantin; petit, rond, un nez pointu, une peau de pêche, le regard rieur, inquisiteur et doux. Sophie chauffait mon cœur mais ce matin elle n'était pas là.

Sophie marchait; elle était seule mais ce n'était pas grave; elle ne pensait pas particulièrement à Dorian; elle allait au fil des rues, longeait plus ou moins le fleuve mais en se faufilant dans les ruelles pavées. Jamais elle ne faisait ça. Mais aujourd'hui les battements de son cœur sonnaient différemment, l'air sentait de façon pressante.

Je me demandais si elle était partie à cause d'un amour nouveau? Une rencontre qui aurait chauffé son cœur bien plus que je ne savais le faire? Cette routine qui nous englobait nous rassurait mais je craignais tant le flétrissement de son cœur...

Sophie serrait le parchemin dans la poche de son manteau. Le texte lui était incompréhensible, tel qu'il était formulé. Mais malgré tout, il lui semblait en avoir saisi le sens, subrepticement. Il fallait trouver l'objet qu'il décrivait. Sophie était une fille dont la générosité débordait...
"Allô Steph?
- ...
- C'est Dorian; Sophie est partie sans laisser de mot, serait-elle peut-être chez toi?
- ...
- Un parchemin? Quel parchemin?"
Elle avait raccroché.

Elle était entré dans cette bâtisse ancienne, aujourd'hui devenu musée; il fallait trouver dans la bonne pièce la bonne porte et y insérer la clef; la fameuse clef.
C'était tellement surprenant de se réveiller si tôt, un parchemin et une clef sur sa table de nuit. De se lever quasi automatiquement, et de partir comme si une mission nous guidait.
Une musique de fond baignait l'atmosphère et s'alliait bien aux lumières tamisées du lieu.

Je mis ma parka et demandais à la boulangère si elle n'avait pas vu Sophie. Le croissant était gras. Trop.
Je ne sentais pas son parfum flotter dans l'air ni ne voyait ses pas dans les flaques d'eau. Les oiseaux dans les arbres ne m'indiquaient pas du regard le chemin qu'elle avait suivi. Évidemment.
J'essayais de me mettre à sa place. Si le doute la submergeait, si elle était partie au hasard des ruelles se plonger dans ses pensées, par où serait-elle allée?

C'était cette porte. Sans doute. La... la clef rentrait exactement... N'était-ce donc pas un passage secret oublié? La serrure devait être entretenue...

Elle ne fumait pas, pas de mégot à suivre. Une jolie brune, vraiment très jolie... du genre à faire chavirer tous les cœurs... à la rendre très timide face à l'homme...
"Excusez-moi monsieur, auriez-vous vu cette personne?
- Non, désolé... Elle semble assez banale. Non, elle n'est pas sexy j'avoue, je ne l'ai pas remarquée.
- Excusez-moi madame, auriez-vous vu cette jeune femme?
- Non, monsieur. Elle est assez quelconque, remarquez; c'est votre sœur?"

Un couloir sombre. Pas vraiment de lumière; il n'y avait pas de lampe, mais une certaine clarté émanait de nulle part. La musique du musée se tamisait au fur et à mesure qu'elle pénétrait le couloir. Les pierres étaient sèches, le sol inégal.
Soudain elle se sentit des vapeurs... tout devenait vert autour d'elle, son regard ne faisait plus le net... elle chavirait...

Mon cœur sursauta subitement. Comme si Sophie m'avait annoncé en face qu'elle avait cessé de m'aimer. Je pris un kébab; sans dinde. Il y avait un spectacle en plein air dans les arènes en ruine. Curieux pour cette saison.
Une porte s'ouvrit.
Sophie en sortit. Elle était livide.
La porte se referma sur elle en claquant.

"Sophie...
- Dorian...
- Quel est ce mystère?
- J'en avais la clef...
- Où est-elle?
- ...
- Où es-tu?
- Dans tes bras, je suis à toi mon amour"

 
Cabot Thierry

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
43 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2012
Dernière connexion
24 juillet 2019
  Publié: 21 oct 2016 à 14:44 Citer     Aller en bas de page

Un texte fort évocateur. Merci.

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9391 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 22 oct 2016 à 03:02 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Des pas agréables à suivre.


Je me permets un bemol, jai trouve cette phrase étrangement articulée :
Son regard ne faisait plus le net.

À bientôt
Catherine

 
symetrico
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2016
Dernière connexion
25 novembre 2016
  Publié: 22 oct 2016 à 04:59 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos lectures.

Catwoman, j'ai en effet préféré faire un clin d'oeil photographique perso avec la formule "faire le net", qu'utiliser un standard "elle commençait à voir flou" ou "sa vue commençait à se troubler".
Si plusieurs d'entre vous trouvent la formule cavalière, je m'abstiendrai de cette licence "poétique" et modifierai le texte.
Merci à vous tous

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
606 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 22 oct 2016 à 05:19 Citer     Aller en bas de page

Dcdc
j'aime beaucoup ce texte.
Amitiés
Papillon

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
symetrico
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2016
Dernière connexion
25 novembre 2016
  Publié: 23 oct 2016 à 06:07 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous,
ce texte que j'ai voulu plein de matières et des cinq sens,
dans le contexte une quête,
date d'il y a... quelques années.
Merci pour vos encouragements, bon dimanche

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 531
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0321] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.