Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 257
Invisible : 0
Total : 257
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 06:20:38
Paris: 31 mai 12:20:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amitié :: Jeuxdédicaces Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 14 avr 2015 à 03:29
Modifié:  14 avr 2015 à 10:17 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

A Cat, my Sister Jivajo...from your Joulik de Brother





Rétifs à la tiédeur,
Les sangs bouillants l'emportent,
Moussons sur le Mékong,
Il neige sur Novgorod...

Piments sur nos teas-time
Chez Pouchkine ou au Ritz,
Lequel est le meilleur ?
Lapsang ou Darjeeling ?

Le sens de l'escalier ?
- "L'ai-je bien descendu ?"
- "Pas mal et toi non plus !"
Tient du bandonéon...
Accords sans lamentos...


Dans les bambous lissés
De tes cheveux métisses
Je dessine la trame
D'un tapis perçant
Vois ! Il décolle du sol -
Prenons la clé des champs !

Direction inconnue,
Ecoutons nos caprices
L'ivoire de l'orchidée
S'accorde à mes iris...

J'ai un penchant très prononcé
Pour les facettes inexplorées
Les jeux de glaces sur ton profil
T'embellissent et te rendent unique

Nous égratignons la fadeur
Démonanges de la candeur
Le plancher tremble sous le fer
De nos impétueux caractères

Facétieux, mystérieux -un peu-
D'un soupçon de fous-rires je veux
Maquiller le creux de tes yeux
Pour en ôter toutes les peines

Jaloux de mes cercles anguleux
Interdit aux ombres importunes
Qui dans les antres nous lutinent
Tu m'humorises, je te taquine...

Sur ma farouche indépendance
Tu poses tes pattes délicates ?
Ok, c'est bon, je dédie-casse
Ces petit mots -c'est pas malin-
De l'écrire en Alex-sans-drains !




Riagal...Le 14 Avril 2015

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 14 avr 2015 à 04:19
Modifié:  14 avr 2015 à 05:37 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Hello Raga,

Bon toussa rien que pour le chat abyssin ?
Waouaw, je suis extrêmement touchée. Tu vois ? Je rougis. Ce qui est bien entre miros, c'est qu'on ne peut percevoir ce type de changement émotionnel ou alors pas par l'autruchement de la simple vue.

Pour l'heure du thé (bien que pourquoi se limiter à des heures - nous sortirons le Samovar un rouge et blanc - pas pour faire drapeau bolchevik, hein - blanc pour l'Iris et rouge pour ma couleur de feu), je répondrai :
Thé anglais le matin - pour l'éveil des sens, en douche brûlante pour moi
Ensuite fumé, pour mon palais d'été parce-que ces senteurs m'invitent a voyager des échelles du Levant à l'Orient ; on a les élévations qu'on peut - pis à Санкт-Петербу́рг pour les nuits blanches de Novembre. Et franchement, j'utiliserai bien le tapis de mon salon ou de mon salut pour embarquer sur des rives inexplorées de ce monde horizontal ou mystique - après tout, pourquoi se limiter. Tiens là-haut, nous pourrons jouer tout notre soul même pour ceux qui ne boivent pas et chanter comme des casseroles. De toutes les façons, dans l'espace, y'a pas de sons, on ne risque rien. Pis, St-Pierre m'a confié la clé des chants quantiques.
Là-haut, on pourrait aller vers aile-lu-kubrickubrations : genre joute autour du match d'impro : le fantasme du phasme se déploie sur chacune de ses pattes - comte gogolien. Hahaha

Maquiller les yeux, tu sais faire çà, twoa ? Tu m'a kasha ça... Je savais bien théoriquement que tu as plus d'une corde à ton arc. Avec tout ce qu'il y a a PLANKé, dans plein de dimensions, je vais me retrouver avec des couches de khôl_colle, remarque on aura l'air d'Akhénaton et Néfertiti. On demandera à tuséki de prendre une photo, on l'enverra à Vogue Modes la galère ou à Connaissance de Lès.Arts, on est plus proche du profane que du sacré - mais pkoi se limiter ?

Sans drains, pas trop grave, l'Ankou y va franco, il m'a appris, ça coupe sec, tout propre, tout net. Bonzaï ! Un de mes zoncles dit que dans la lignée se cache des Shogun - je n'en croix rien mais c'est dire que la t(i)are est transmise, nous avons un sacré savoir-fer en la matière brute ou moins.

Un grand merci, Brother, pour ce texte qui transporte sous le masque et la plume, comme un petit théâtre de No et fait voyager de Novgorod à Saïgon.

Que pourrai-je ajouter, tiens :

L'espoir, c'est cette chose à plumes qui se perche sur l'âme et qui chante un refrain sans parole et ne s'arrête plus jamais.
Emily Dickinson


Kiss&Love,
KissCath

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
711 poèmes Liste
15165 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 14 avr 2015 à 04:55
Modifié:  14 avr 2015 à 04:55 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page


Dans les bambous lissés
De tes cheveux métisse
Je dessine la trame
D'un tapis perçant
Vois ! Il décolle du sol -
Prenons la clé des champs !

Direction inconnue,
Écoutons nos caprices
L'ivoire de l'orchidée
S'accorde à mes iris...

J'ai un penchant très prononcé
Pour les facettes inexplorées
Les jeux de glaces sur ton profil
T'embellissent et te rendent unique



C'est beau , c'est beau ...j'aime ce Regal relaxé sans être superficiel , ce brother ami sensible qui comprend et fait comprendre...
à vous deux bisoux et ...un enorme abbraccio



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 14 avr 2015 à 11:38 Citer     Aller en bas de page



Bonjour RiagalenArtem,

Un très bel hommage à notre chère amie commune Catherine qui le mérite amplement !
Tu lui as écrit une très belle poésie !
Votre belle complicité entre brother et sister fait vraiment plaisir à voir !
Merci pour ce très beau partage pour Catherine !


Amitiés de James et moi
à vous deux

  Le rêve est le poumon de ma vie
Shaim


Prends soin de toi et de ta plume, et accouche sur papier tes envies, tes joies et ton amertume....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
3485 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2013
Dernière connexion
12 juillet 2018
  Publié: 14 avr 2015 à 13:25 Citer     Aller en bas de page

Si beau l'amitié entre frère et soeur (de sang, de plumes , autres....)
une belle complicité entre vous deux.



sincèrement,

  Celui qui se se crée dans cette succession de moments donnés
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
441 poèmes Liste
14057 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 15 avr 2015 à 04:03 Citer     Aller en bas de page

Nous égratignons la fadeur
Démonanges de la candeur
Le plancher tremble sous le fer
De nos impétueux caractères


Cette strophe me parle tant elle fait écho à ce que je peux ressentir. L'amitié est une chose précieuse. Tout comme en amour, il est important de dire à l'autre à quel point on l'apprécie.
Merci pour ce beau moment de lecture.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 15 avr 2015 à 04:37
Modifié:  15 avr 2015 à 04:42 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Hello Raga,

Bon toussa rien que pour le chat abyssin ?
Waouaw, je suis extrêmement touchée. Tu vois ? Je rougis. Ce qui est bien entre miros, c'est qu'on ne peut percevoir ce type de changement émotionnel ou alors pas par l'autruchement de la simple vue.

Pour l'heure du thé (bien que pourquoi se limiter à des heures - nous sortirons le Samovar un rouge et blanc - pas pour faire drapeau bolchevik, hein - blanc pour l'Iris et rouge pour ma couleur de feu), je répondrai :
Thé anglais le matin - pour l'éveil des sens, en douche brûlante pour moi
Ensuite fumé, pour mon palais d'été parce-que ces senteurs m'invitent a voyager des échelles du Levant à l'Orient ; on a les élévations qu'on peut - pis à Санкт-Петербу́рг pour les nuits blanches de Novembre. Et franchement, j'utiliserai bien le tapis de mon salon ou de mon salut pour embarquer sur des rives inexplorées de ce monde horizontal ou mystique - après tout, pourquoi se limiter. Tiens là-haut, nous pourrons jouer tout notre soul même pour ceux qui ne boivent pas et chanter comme des casseroles. De toutes les façons, dans l'espace, y'a pas de sons, on ne risque rien. Pis, St-Pierre m'a confié la clé des chants quantiques.
Là-haut, on pourrait aller vers aile-lu-kubrickubrations : genre joute autour du match d'impro : le fantasme du phasme se déploie sur chacune de ses pattes - comte gogolien. Hahaha

Maquiller les yeux, tu sais faire çà, twoa ? Tu m'a kasha ça... Je savais bien théoriquement que tu as plus d'une corde à ton arc. Avec tout ce qu'il y a a PLANKé, dans plein de dimensions, je vais me retrouver avec des couches de khôl_colle, remarque on aura l'air d'Akhénaton et Néfertiti. On demandera à tuséki de prendre une photo, on l'enverra à Vogue Modes la galère ou à Connaissance de Lès.Arts, on est plus proche du profane que du sacré - mais pkoi se limiter ?

Sans drains, pas trop grave, l'Ankou y va franco, il m'a appris, ça coupe sec, tout propre, tout net. Bonzaï ! Un de mes zoncles dit que dans la lignée se cache des Shogun - je n'en croix rien mais c'est dire que la t(i)are est transmise, nous avons un sacré savoir-fer en la matière brute ou moins.

Un grand merci, Brother, pour ce texte qui transporte sous le masque et la plume, comme un petit théâtre de No et fait voyager de Novgorod à Saïgon.

Que pourrai-je ajouter, tiens :
L'espoir, c'est cette chose à plumes qui se perche sur l'âme et qui chante un refrain sans parole et ne s'arrête plus jamais.
Emily Dickinson


Kiss&Love,
KissCath


Un "toussa" qui est peu ...(tu m'en as donné bp..que je garde précieusement)...
Un Tigre blanc et un Chat abyssin ce n'est pas commun...tu as su apprivoiser...qu'ajouter d'autre (thks pr les réf., tu sais ce que j'aime et qui me touche sous la carapace). Dans les marges...en Wilde...comme autant de phrases que l'on décrypte, un mot, un signe, voire une virgule...;-).

Pour mémoire dans nos chassés-croisés ; par la voi(e)x de Montaigne : "Ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, ce ne sont qu'accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité, par le moyen de laquelle nos âmes s'entretiennent. En l'amitié de quoi je parle elles se mêlent et confondent l'une en l'autre, d'un mélange si universel, qu'elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. ...tu connais la suite de la trame...^^

Et cela aussi : "Un ami est celui qui vous laisse l'entière liberté d'être vous-même.
(Jim Morrison)...cette liberté que rien n'entrave même nos silences se rejoignent...et puis parfois l'eau est plus lourde que le sang....
Kisses&hugs

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 15 avr 2015 à 04:52 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga

Dans les bambous lissés
De tes cheveux métisse
Je dessine la trame
D'un tapis perçant
Vois ! Il décolle du sol -
Prenons la clé des champs !

Direction inconnue,
Écoutons nos caprices
L'ivoire de l'orchidée
S'accorde à mes iris...

J'ai un penchant très prononcé
Pour les facettes inexplorées
Les jeux de glaces sur ton profil
T'embellissent et te rendent unique



C'est beau , c'est beau ...j'aime ce Regal relaxé sans être superficiel , ce brother ami sensible qui comprend et fait comprendre...
à vous deux bisoux et ...un enorme abbraccio



lilia


Sur le vif, j'ai juste essayé...A toi aussi, je dois bp cara. Merci et pas slt pr être sur ce fil d'équilibriste...ms pour la clarté que tu m'envoies par delà les mers et de terres....
For you : "Il y a des personnes qui marquent nos vies, même si cela ne dure qu'un moment.
Et nous ne sommes plus les mêmes.
Le temps n'a pas d'importance mais certains moments en ont pour toujours."
(Fern Bork)
Baci

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 15 avr 2015 à 07:05 Citer     Aller en bas de page

@ Sybilla...oui, tu as tt dit d'elle....c'est meriThé ^^....je ne sais pas si c'est un bel hommage ms ces rencontres sont rares, "ça" ne s'explique pas.
Thks :-)

@ ilizia : une complicité sans failles...oui. Thks d'être venu sous ce petit écrit... (sous la profondeur des ressentis, il y a tjrs la pudeur...et j'ai franchi le pas d'entre-chats ^^)...

@ Vi ma Charmante...la magie, c'est le mot juste. Bien ancrée...en fraternité, intemporelle. :-)...bises...

@ Indeed Magali, cela en vaut la peine, pour la joie qu'elle apporte....
Spasibo :-) (merci en russe, je ne sais pas comment on le dit en Maori ;-)












  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 16 avr 2015 à 07:08 Citer     Aller en bas de page

Hello p'tit frère,

Un Klein d'œil : kei te pai (maori).
Mais dit, entre nous, il était plutôt austère le père de la nation !
Pfff, tu as le droit de siffler.

Kiss&Love&Bliss

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 17 avr 2015 à 07:49 Citer     Aller en bas de page

...je prends le droit et plus encore....

De MaoRit et sait...tout(g)...fallait creuser les labyrinthes de tes pensées, Sister !
Un peu ?...Hénaurmissime Diktat-heure, oui !
(mes "je"de"mots" aussi sont de haute-volées ...)
Kisses&Hugs

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 21 avr 2015 à 13:46 Citer     Aller en bas de page

Quelle musique dans ces mots qui s'entrechoquent, se répondent dans des sons inattendus !
Du beau travail !

 
Lullaby


Carpe Diem
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
970 commentaires
Membre depuis
31 mai 2012
Dernière connexion
12 février
  Publié: 6 mai 2015 à 08:26 Citer     Aller en bas de page

Ria,

Une très belle lecture ... bravo à toi pour ces mots ... pour elle !
j'apprécie vraiment ces petits rien qui font beaucoup !

Amitiés
Lullaby

  Lullaby
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 7 mai 2015 à 08:49 Citer     Aller en bas de page


Aristide
:-)

Lullaby


Un grand merci à vous deux...

(je dois faire vite big-ben bug...)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1226
Réponses: 13
Réponses uniques: 8
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,5351] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.