Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 87
Invisible : 0
Total : 92
· Obsidiane · Traalndoor · Ossette · student27
Équipe de gestion
· Maschoune
13029 membres inscrits

Montréal: 12 nov 13:28:26
Paris: 12 nov 19:28:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Les textes d'opinion... Et vlan! Coup de pied aux parties! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 29 juil 2003 à 19:49
Modifié:  13 août 2010 à 10:55 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Moi, les textes d’opinion, vous savez… Et le poisson… Eh bien, oui, c’est mes oignons ! Et vlan ! Coup de pied dans les parties !


Ah, chères nénettes castratrices adorées (et les autres ! ! !), je savais que j’obtiendrais votre attention avec un tel titre ! Mais, voici le véritable but de cet exposé, ci-dessous :

Il y a les « coups de gueule » comme le mentionne si bien
« papemich » dans ses observations souvent calamiteuses, tout autant que savoureuses, parfois ironiques et parfois justement si « vraies », alors ne prenez plus le mors aux dents, et avant de juger, prenez la peine d’étudier tous les faits (autant que votre « opposant ») avant de conclure ou même de commencer une polémique particulière sur le site. D’autre part, il y a de ces incroyables « coups de cœur » que l’on a pour tel ou tel sujet, d’autres où l’on aurait plutôt envie de mettre son « poin(g)t final » et de dire : « c’est assez ! ». Et d’autres qu’on a pas vu venir et qui nous frappent de plein fouet (désolé, Michel ) comme un coup de poing en plein poire !
Quoiqu’il en soit, si un sujet vous tient mordicus à cœur, tâchez bien d’analyser toute la situation et de bien doser vos interventions et vos arguments en émettant des idées claires et sensées en appui avec vos dires et vos réelles
« intentions ». Pour le reste, respectez votre
« adversaire » et évitez de vous en prendre personnellement à lui (1), tout le monde a droit à ses opinions, même les plus folles… et surtout évitez les « coups bas » en-dessous de la ceinture d’où le titre de ce long commentaire ! Ainsi, face aux « coups du sort comme ceux du destin » que la vie nous réserve, vous ne serez pas pris (prise) au dépourvu et je peux donc, ainsi, vous révéler que j’ai eu un « coup de cœur » pour le sujet dont je m’empresse de vous faire part et, auquel, j’inaugure le « coup d’envoi » (en espérant que le « coup de grâce » suivra plus tard) :

Inutile de vous dire que depuis quelques temps, je n’arrête pas de rigoler comme une diable de baleine (et ce à gorge déployée, croyez-moi) quand je « vois » certains d’entre-vous oser se gausser des sardines à l’ail de notre ami, Michel (papemich) et qu’il essaie encore contre vents et marées, sur le site, de nous vendre (enfin, pas de nous vendre, mais essayez de nous prouver que pateti pateta…) sa salade comme des poissons « gigantesques ». Dans ces fameuses affirmations (je n’ai pas dit « divagations », là, quoiqu’à bien y penser…), le sous-entendu personnage irait même jusqu’à prétendre qu’il s’agirait de « truites » (pas lui, mais ses poissons !). Comme il n’y a pas plus menteur qu’un arracheur de dent ou qu’un pêcheur et que, Michel, en étant un, devant l’Éternel, je vous enclin à la prudence et vous prierais de prendre tout ceci avec un esprit très critique, ainsi qu’un grain de sel –comme ses fameuses
« barbues » qu’il ne manque pas de nous assaisonner avec ! et pourquoi pas… de mettre presque sa parole en doute, à la rigueur, malgré les tentatives de preuves (voire
« photos ») qu’il nous assène à chaque fois. Et je comprendrai donc la réaction de Michel, dont les yeux risquent de s’arrondir d’une manière bifocale (2) et de s’agrandir de stupéfaction et d’incompréhension, voire même d’une incrédulité certaine et de totale perplexité –en lisant ceci- devant notre « acharnement » à se moquer de ses « bestioles » chéries, point à la ligne ! ! (3)
Par ailleurs, si vous me voyez poursuivi par un énergumène brandissant une poêle-à-frire dans laquelle aurait cuit des soi-disantes « truites », ne vous posez plus de questions et sachez qu’il faudra éviter un tel objet de discussion à l’avenir, mais il va sans dire qu’entre-temps, suite à mes propos, je risque de m’attirer les foudres littéraires autant que verbales de Jupiter, lui-même, au sujet de ses
« sujets » autant que de ses « poissons » et que pour lui, je suis sans doute devenu un paria, un dégénéré (car on se moque pas impunément des poissons d’un grand pêcheur tel que Michel), voire même un irresponsable, mais je tiens à dire pour ma défense, monsieur le juge, que tout ceci n’est « qu’étalé » dans le journal à sensation du site
(section « texte d’opinion » qui recouvre les nouvelles pas fraîches et les dits poissons en question !) (4) que dans un seul but, faire rire les lecteurs et les éventuels commentateurs qui se prêteront au jeu, car en effet, Michel, tout ceci n’a qu’une seule et véritable cible, non pas toi, ni tes flétans grillés (qui ne servent que de prétexte à assouvir mes bas instincts), mais bien la seule raison valable, celle de devenir le sujet d’une nouvelle polémique qui, je l’espère bien, prendra des proportions gigantesques –comme tes morues- vu l’enjeu et l’aspect existentiel de la question suivante :

« Dis-moi, les « harengs fumés » que tu as pêchés, doivent-ils ou non se mariner avec un petit rosé ou le muscadet bien frais attrapé à l’hameçon sur le bord du quai est-il préférable ? Ou encore : est-il mieux de servir tes anchois panés à la sauce berlinoise, sautés au beurre de cognac, accompagnés de crème chantilly ? Ou alors tes
« esturgeons » mijotés tendrement à la casserole et
«arrosés » de calvados doivent-ils ou non être « égouttés » avant de les passer au bain-marie pour les servir comme hors d’œuvres sur canapé dans leur lit de varech badigeonné de sauce chili. ? »

Devant cette dithyrambique lancée et diatribe musclée aux relents de cuisine et fumets de poissonnerie,
« l’adversaire » encaissera-t-il le véritable « coup bas » de la chose administrée par l’auteur de ces lignes et osera-t-il répondre à mes provocations ? Gageons que « oui » et or donc, chers lecteurs/trices, ne manquez pas les péripéties, voire les « fêloneries » (5) ou autres
« saumoneries » (6) (qui risquent de se produire ou d’en découler dans un avenir plus ou moins rapproché !) des protagonistes engagés dans ce combat ultime. Dans le coin gauche, le sieur « lograth »(et ses « supporters »), avec sa vision binoculaire de la chose, autrement dit, se refusant d’être le dindon de la farce ou plutôt de se faire prendre pour plus candide « poisson » (7) qu’il ne l’est vis-à-vis des dires « truitesques » -8- de papemich, à ce sujet, et dans l’autre coin, le célèbre « papemich » toujours, accompagnés de ses acolytes en la présence de ses greluches, pardon, « merluches » amoureusement bichonnées.

Michel, je t’aime bien, mais là, toutes ces histoires autour de tous ces poissons, moi, « j’chus pu » capable de les « sentir », navré ! Lol ! !
Et je termine ici, ce long exposé, avant que tout ceci ne finisse en queue de… vous savez quoi ! Le « thon » de la discussion étant donné !

Amitiés, lograth !

P.S. En espérant que cette nouvelle et joyeuse polémique n’entachera pas le moral de notre amitié, Michel, je demeure ton « pote » de toujours, Martin !

(1) plus difficile à faire qu’à dire, je sais… Mais c’est vers* ce but que tous nos efforts doivent se porter et chercher à atteindre.
(2) En effet, ce dernier porte élégamment les lunettes d’une manière désinvolte qui lui sied bien.
(3) Vous saisissez le rapport ? Tout ceci nous ramenant à la pêche (ligne !) et aux poissons, menu du jour.
(4) Un instant, Michel, je n’ai pas dit que c’était les poissons qui ne sont pas frais, mais bien les nouvelles !
(5) Le vrai terme étant « félonies ». il me semblait plus approprié d’en « inventer » un, ce dernier jouant plus subtilement sur les sonorités des mots « frelon** » et
« félon » me semblant encore plus « traître » à mes oreilles.
(6) Autre « invention » de mot de ma part.
(7) Il ne tient qu’à vous poètes et poétesses d’en être de même ! Prenez vos écailles, euh, je veux dire vos plumes et choisissez votre camp !
-8- Voir no. (6), idem !

*quoi, vous n’aviez pas encore compris celle-là, « vers, lombrics asticots » nous ramenant toujours au même sujet qui nous préoccupe, la pêche et le poisson ! Voir texte plus loin, vous comprendrez !
**sorte de guêpe ou de « taon » (ah, ah, « thon »).

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
larme_de_crystal


La délicatesse est une façon de parler et l'amour une façon de faire. (Michel Audiard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
2664 commentaires
Membre depuis
22 novembre 2002
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 30 juil 2003 à 06:03 Citer     Aller en bas de page

Je n'ai pas tout compris mon Cher Martin mais peut-etre est-ce parce que je ne lis pas souvent les textes d'opinion.
Moi je vous aime bien tous les deux, pour vos textes, qu'importe vos idées car je suis ici pour lire de belles choses et vider mon sac.

Michel (papemich) est en effet très populaire, moi même suis subjuguée par la beauté de ces oeuvres mais j'adore aussi les tiennes. Je ne prendrai donc partie pour ni l'un ni l'autre. De toute manière, je hais avoir à choisir entre une chose ou une autre même dans la vie !!

Je n'ai peut-être pas tout saisi de cette polémique mais tant pis, je voulais juste mettre uhn tit commentaire là dessus.

Bises

ISa

  Quand tout semble perdu, accroche toi au mot ESPOIR
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 31 juil 2003 à 06:04 Citer     Aller en bas de page

hum....

Ainsi donc, voilà ce cher Lograth qui souhaite en arriver à établir la finalité entre les merveilleuses truites qui sont miennes et les horribles sardines qui sont siennes...

Le sujet semble le turlupiner un peu...

Il espère sans doute une réponse frétillante de ma part.

Qu'il soit rassuré... Quand il est question de pêche, il est certain que je ne m'en "fiche" pas du tout.

Donc...

Avec le poids son allure, sa dimension, la sardine fait véritablement pitié à côté de la majestuosité de la truite.

À preuve, a t-on déjà entendu dire :"Tassées comme des truites ?" Mais non....

Voilà... Personne, ne salivera devant quelques sardines sur un feu de braise. Par contre, le spectacle d'une belle truite cuisant sur la broche est absolument titillant pour les papilles gustatives.

A ton déjà vu une personne être essouflée tant elle avait combattu pour attraper une sardine ??? Mais non, encore une fois....

Bien, la suprématie de cette reine de nos rivières étant établie, je me porte maintenant sur la véritable question de fond. Et je ne parle pas du fond marin là...

Papemich est-il raisonnable dans la description qu'il fait quant à ses prises faramineuses ?? ((attention, j'ai bien dit "faramineuses" et non "farineuses"))

Eh bien, sache cher ami dont la conscience rencontra la mienne un certain soir, dans un bar, que les photos soumises en preuve ne sont point truquées...

D'ailleurs, lorsque j'aurai complété le site des vacances de Loup au Québec ((Bon, ici je dois expliquer à nos amis(es) européens(nes) que le Québec est dans le Canada...)),
vous serez à même de constater la différence incommensurable qui existe entre la truite et la sardine.

Or que voulez-vous de plus comme mise en preuve???

So...So mon cher dragon, il faudra amortir le choc...

Ne vas pas croire que j'essaie de noyer le sujet, mais je crois qu'une image vaut milles mots. Et dans cette confrontation (amicale bien sûr), je dirais pour conclure ce premier échange, que pour toi, l'image vaudra mille maux...

hi..hi..hi....

Papemich, fier pêcheur


  http://papemich.free.fr/
ISOLA
Impossible d'afficher l'image
on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible à l'oeil
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
3148 commentaires
Membre depuis
6 octobre 2002
Dernière connexion
25 février 2013
  Publié: 31 juil 2003 à 13:59 Citer     Aller en bas de page

Imaginez ma consternation !

Une française qui débarque dans une bagarre entre poissoniers Québécois

Heuuu j'ai un peu de mal à savoir d'où tout ça est partit et ce malgré après t'avoir lu aussi mimi !

Je dois dire que je vous aime bien tous les deux mais bon critiquer nos deux si beaux pays ?
Le tout dans un pugilat sur un tapis de " poiscaille " comme on dit ici dans le midi de la france !

Ah ben c'est du joli ça ! ça joue les poissoniers grave !

Vous avez bouffé du requin là ou quoi ?

Rahhhh mais c'est plus une dent contre l'autre ça en devient les dents de la mer !!

Je signale au passage que je pêche aussi ! rire

vous êtes pire que des Marseillais ( habitants de la célèbre ville des bouches du rhone, Marseille, pour les québécois pas trop fort en géo française ) qui ont un jour fait courir la rumeur qu'une sardine boucha l'entrée du port de marseille ! té !

Ahhh que c'est fin les pêcheurs !

Fierté Québécoise ! Fierté Française et Orgueuil INTERNATIONNAL ! Mouhahahahaha

 
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 31 juil 2003 à 16:47
Modifié:  31 juil 2003 à 17:09 par Lograth
Citer     Aller en bas de page

Ah, cher pêcheur devant l’Éternel, je savais que mes propos atteindraient sa cible, soit l’orgeuil du pêcheur qui ne peut que sommeiller qu’en toi! Et je dis « bravo » car tu as su saisir l’essence même de mes divagations pour cet exposé dans laquel, pourtant, j’avais pris le soin d’enfariner le sujet afin de le noyer dans le superficiel tout autour. Mais, tu as bien « saisis » au fond de la casserole, le point de vue où je voulais en venir!

Eh oui, nous y voilà… Des truites ou des sardines! Dans le fond, à part les expressions qui favorisent ta fameuse
« truite », comme tu dis, eh bien, moi, ça me laisse froid comme un poisson dans l’eau, justement! J’en viens à l’essentiel… À part la valeur gustative de la dite truite (selon toi!) qui fait saliver les pauvres individus ignares que nous sommes, dis-moi, lorsqu’on achète le thon ou le saumon en boîte, d’une même quantité équivalente évidemment, ils ont la même grossseur, non ?
Alors, la vraie question est pourquoi, diable, les pêcheurs accordent-ils tant et « temps » d’importance à la grosseur de leurs prises (et plus accessoirement, la sorte!) ?
Non, mais on dirait des enfants qui jouent à « j’en ai une plus grosse que la tienne, nan, nan! » Et dans le fond, on s’en balances-tu nous de la grosseur (remarque que pour les dames, je ne sais pas si c’est une bonne comparaison…)?
Mais enfin, que tu aies pêché des truites carpées ou des carpes sans suite, l’important, c’est que tu aies pêché du poisson, non? Alors que du monde te dise que « c’est des
sardines », y a pas lieu de vouloir nous empoisonner avec la vue de ces « bestioles », en plus de nous les exposer sur le site, franchement… Moi, le pooisson, je le préfère dans mon assiette! Les pauvres « truites » ou salmonidés ou peu importe, entassées comme des sardines et sur ta baguette* tout autant qu’embrochés comme de vulgaires poulets afin de favoriser la suffisance des pêcheurs massacrant ces pauvres « bêtes », moi, je dis "non"!**

De toute façon, de la truite, j’en ai jamais mangé! Pourtant, le reste, thon, saumon, plie, ailerons de requin, gibelotte***, nomme-les! Je les ai tous goûtés! Pourtant, de la truite… jamais! Et la preuve, ça existe juste ici, il me semble, et justement, et il me semble bien qu’y a juste les québécois assez fous pour en manger, on dirait! Hé les mecs, vous connaissez ça, en France, de la truite, vous ? Y sont pas fadas, eux!

Eh, Sabine, je te signale, que les marsaillais, on connaît! Célèbres pour leur port « port de Marseille » et leur port de la camisole blanche, l’été, avec leur tout autant célèbre bérêt noir bien calé sur le bord de l’oreille, le marseillais proprement dit aime à frayer avec ses congénères dans un langage particulier qui lui sied à ravir :

« Alors, tu tires ou tu pointes, peuchère! » entend-t-on dire lors de manifestations de boules boulémiques desquelles, ils sont plus que très friands…
« Alors, tu joues ou tu veux mon "poingneu" sur la gueule, dis… » sont d’autres commentaires à observer lors de parties de pétanque gargantuesques.

En terminant, toi, Sabine, une « pêcheuse »? Je m’aurais enclin à croire à une certaine « pêcheresse », à la rigueur, mais là, attraper du poisson pour son vulgaire plaisir comme un dernier papemich venu, je suis un peu déçu ;-)

Alors, monsieur le pêcheur, que dites-vous de ça ?

Vanessa et "larme", c'est moins compliqué, là? Allez voir l'allusion aux poissons de Michel dans "Trop, c'est trop" (même section) comme expliqué et vous verrez...

Michel, tu penses pas que cette histoire de poissons risque de donner de l'urticaire à nos lecteurs ? Et dire que c'est toi qui as commencé, en plus!

(Hé, hé, j’espérais bien que cette polémiques irait dans toutes les directions, voilà qu’on parle des marseillais maintenant! Hi, hi! Heu, à tous les marseillais présents dans la salle, je m’excuse de mes propos à l’avance même si j’avoue ne pas avoir exagéré! ;-) )

-Log

*pour ceux qui commenceraient à suivre cette polémique et qui ne saississent pas encore l’objet du litige… Voir la page 3 du texte d’opinion « trop, c’est trop » de papemich et vous comprendrez!
**Et dire qu’y a des pêcheurs que seul l'aspect sportif de la chose intéresse… Ils les capturent (le poisson) pour le rejeter à l’eau sans l’avoir mangé, simplement pour voir la « bête » souffrir! ;-)
***Je sais que c’est du lapin! Mais, ça « sonnait » bien en compagnie de tous ces "vertébrés aquatiques" (Larousse)

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Loup8084

Correctrice


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9630 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
1er septembre 2017
  Publié: 31 juil 2003 à 17:42
Modifié:  31 juil 2003 à 17:54 par Loup8084
Citer     Aller en bas de page

Bon!

Taisez vousssssssssssssss !!!!

Puis-je en placer une?

Mais comment faites vous donc tous les deux pour prendre autant d'espace pour écrire en parlant de tous petits poissons.....

C'est vrai ça! Y'a vraiment pas de quoi en faire une tartine! (quoi que...la truite arc en ciel c'est pas mal...mais je la préfère dans l'eau !)

Pourtant Martin je te signale que nous avons bien des truites en France, et que contrairement à toi j'en ai déjà mangé....

Ben tu sais quoi?

C'est bon!

Et pourquoi c'est bon?

Parce que c'est pas moi qui les ai pêché!

D'ailleurs, si jamais j'en pêchais une, ce qui est improbable et je dirai même carrément impossible, ( je sais même pas lancer une canne à pêche !!) et bien je les mangerais pas...

Pôv tite bête...

Ça frétille encore, ça essaie de respirer, beurk...

Et pis z'avez vous vu comment ils tiennnent leurs trophées?

Le pouce et l'index directement dans les oreilles...oups...non...dans les branchies de la pôv bête!!!

Si j'en pêchais une je l'offrirai de bon coeur à un ours qui la dévorerait toute crue!!!

Salut les potes!!!

loup

  http://papemich.free.fr/
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 31 juil 2003 à 23:52 Citer     Aller en bas de page

Ah mais là !!!!! Tout s'explique !!!!!

MÔSIEUR n'a jamais mangé de truite !!!!

Alors MÔSIEUR ne peut donc savoir la différence de goût qu'il y a !!!!

Car une très grande différence existe dans le goût !!!

Et là, de suite, je vous interdit de me parler de cette horreur que l'on fait à cette déesse raffinée en la mettant, toute hachurée, sous forme de galette, et que l'on vend pour les amateurs incultes et condescendants !!!
((si..si..il y a ça au supermarché...des galettes de truites ...déshonneur total))

Or, je commence donc à soupçonner Sieur Lograth de faire, par ces élucubrations, une tentative habile et subtile de se faire inviter par le magnanime Papemich que je suis afin de goûter ce mets exquis...
Désolé vieux frère... Faudra attendre mon prochain voyage de pêche.... Celle que j'avais n'est plus....


Quant à l'importance de la sorte de poisson, eh bien....
Il faut avoir sué corps et âme, faisant tandem avec un valeureux ver , et un rafraîchissant verre, pour comprendre l'immense différence de sensation entre pêcher une grosse carpe téteuse et lourdaude, et une vigoureuse et frétillante jeune truite arc-en-ciel...

Ici, je pourrais faire plein de comparaison, mais ma légendaire galanterie m'en empêche...

Et là encore, il faut avoir combattu férocement contre une grosse arc-en-ciel de 2-3 lbs, pendant près de 30 minutes , pour apprécier la valeur de notre victoire...

Remarquez que je connais des personnes qui ont dû travailler plus de 30 minutes pour attraper une toute petite arc-en-ciel sans défense..

Donc, voilà....

pour résumer....

la sorte de poisson préféré par le pêcheur en dit long sur son caractère.....

Le goût de la truite en est un particulier, et surtout lorsque que c'est celui qui l,a pêché qui la mange..Elle a un goût de victoire...

Et la grosseur du poisson en dit long sur l'anatomie du pêcheur.... ((en tout cas, c'est ce que disent les pêcheurs de trophés))


hi..hi..hi....

PS: Pour ce qui est des marseillais... Bien je crois qu'ils sont battus par les bretons en ce qui a trait aux luttes et duels de tirs de poissons pas frais....


hi..hi..hi....


Papemich, un "truite" dur et pur !!!!

  http://papemich.free.fr/
ISOLA
Impossible d'afficher l'image
on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible à l'oeil
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
3148 commentaires
Membre depuis
6 octobre 2002
Dernière connexion
25 février 2013
  Publié: 1er août 2003 à 12:16 Citer     Aller en bas de page

Hééééé Mimi ?

Je savais pas que tu tirais ton IMMENSE culture sur la France d'une Bande Dessinée (cf. asterix et obélix )

Tir de poissons pas frais ! pffffff

MOuhahahahaha



Y paraît que manger du poisson ça rend .... vous y croyez vous ?

ça rend bizarre de manger de la truite !

 
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 1er août 2003 à 21:16 Citer     Aller en bas de page

isola....

cela dépend si...

si tu la fais fumer la truite avec des herbages indiens
((t'sé genre chanvre indien !!!))

ou si tu fumes les herbages et ensuite que tu la manges..

là...il se pourrait que certains effets apparaissent...

hi..hi..hi...

papemich

  http://papemich.free.fr/
ISOLA
Impossible d'afficher l'image
on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible à l'oeil
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
3148 commentaires
Membre depuis
6 octobre 2002
Dernière connexion
25 février 2013
  Publié: 2 août 2003 à 04:52 Citer     Aller en bas de page

Cher Mimi

Que la tentation de faire un commentaire à rallonge m'en démange le bout des doigts !

Mais je ne vais pas gacher le plaisir de notre cher Martin !

Quand il va lire à quoi tu assaisonnes tes truites je sens que ça va te faire pire que l'effet chanvre indien ! mouhahahaha

Grosses Bisouilles Mimi
et prépare toi à griller comme une pauv p'tite truite ...

 
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 2 août 2003 à 05:44 Citer     Aller en bas de page

Hola !!!!! je ne mange pas mes truites fumées....

et je ne fume pas non plus...de substance illicite....

je donnais cela en exemple pour expliquer...

personnellement, je les préfère cuite sur un bon BBQ... Ou dans la poèlonne tout simplement...


Et puis c'est quoi cette retenue...

Ne me dis pas chère Isola que tu aurais peur de tes idées...

Faut pas...

Et ne t'en fais pas, ce n'est pas un vieux dragon qui fera peur au preux chevalier que je suis
((dit-il avec un de ces airs fantasques qu'il prenait à l'occasion))



Papemich

  http://papemich.free.fr/
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 2 août 2003 à 11:10
Modifié:  2 août 2003 à 11:59 par Lograth
Citer     Aller en bas de page

Cher poisson,


Michel, puis-je t’appeler, affectueusement, ainsi –afin de te taquiner*- puisque tu te targues toi-même de la chose, en te comparant à une truite à la fin d'un de tes commentaires ? Je te sens donc tout « frétillant » devant les observations suivantes :

(Ceci dit, il ne fut pas nous prendre pour plus « poisson » que nous le sommes aussi !).
Évidemment, que je n’ai jamais mangé de truites (sinon, pourquoi en ferais-je toute une histoire et tout un plat (de cuisine !) par la même occasion !) et c’est bien là, le drame, mes aïeux ! Depuis ma plus tendre enfance (alors que je portais allègrement les culottes courtes et le duvet de ma future moustache ;-), on n’a pas cessé de me rabattre les oreilles et essayé de « m’attendrir » à coup de truites, par-ci, par-là… Enfin, question pêche, au Québec (et là, je parle de pêche en eau douce, ok !), tout ce que vous entendez parler, ce n’est que de pêche à la truite, partout ! À croire qu’il n’y a que de la truite au Québec, dans nos majestueuses rivières comme tu dis… Mais, bon Dieu, qu’on me parle d’un formidable « espadon » gigantesque pêché dans le lac St-Jean et je vous fous la paix, morbleu ! !
Comment ? Quessé vous dites ? Y a pas d’espadon dans nos cours d’eau ? C’est un poisson d’eau de mer ! ? Et puis après ! ! ? Ah, chers français, on voit bien que vous ne connaissez pas les ressources naturelles et les nappes aquatiques de notre belle province ! Demandez à « loup » qui a vu la chose de près (le Lac St-Jean) lors de son voyage dans notre beau pays, et elle vous dira que c’est presqu’une mer intérieure à lui seul que ce petit « lac », mais retournons à nos moutons ou nos poissons, le cas échéant.

Bref, autant dire que j’ai été si « tabassé » par les nombreux cas de truites à pêcher, au Québec, dans ma folle jeunesse, par des pêcheurs soi-disants chevronnés, tel que papemich, que finalement, c’est le seul poisson que jamais eu le goût (ni même l’envie et le courage d’ailleurs) de goûter, voilà ! ! Quoiqu’une fois, j’ai bien failli, Dieu m’en préserve !
On m’avait invité (il y a fort longtemps) à un restaurant « canadien » agrémenté de mets typiquement « québeécois », vous voyez le genre ? Bon, pour ceux qui connaissent pas la chose, disons que c’est un genre de « cabane-à-sucre » pour les français qui connaissent) sans le fameux « sirop d’érable » (pour ceux qui connaissent pas). Bref, dans un moment d’inattention ou de pure folie (probablement un peu des deux finalement), après les vestes de loup arrosés dans le vinaigre accompagnés de leurs truffes confites et les boulettes hachées de steak de caribou à la graisse de porc-épic, on m’avait suggéré une truite dodue et bien farcie comme plat de résistance… Horreur et consternation ! Alors que je méditais sur la chose, afin de savoir si c’était aussi bon qu’on le prétendait, voilà-tu pas que je m’aperçois qu’il fallait que je choisisse entre la truite grise, mouchetée et ou « arc-en-ciel ». Non, mais bande de malades, si en plus il faut que je choisisse entre les couleurs, donnez-moi une truite bien ordinaire et je vais la colorier moi-même vu le prix ! ! En plus, il y avait là, au menu, la « truite saumonée », bordel ! Là, il faudrait finir par s’entendre, parce que, ayant déjà mangé du saumon, à quoi ça me sert de goûter à la truite si c’est la même chose ! ?
Finalement, j’ai été finir mon dîner à l’insectarium (pour ceux qui connaissent), comme quoi, je suis prêt à toutes les expériences gastronomiques voulues, sauf la truite ! (Tellement entendu « rabâché » de truite, moi, que je n’ai plus « d’ouïes » pour la chose ! Alors, ménagez-moi les branchies !).

De toute façon, je me suis souvenu de tes expressions dans ton autre commentaire, Michel, quand tu disais « entassées comme des sardines ». Peut-être, mais, justement, puis-je te faire remarquer qu’on parle beaucoup plus facilement d’un formidable « sandwich au thon » savouré maladroitement dans un minable snack-bar, mais rarement ou bien jamais, n’ai-je entendu parlé « d’un sandwich à la truite », nan, ce qui prouve bien la supériorité du goût autant que du « ton » employé sur ta pauvre truite, mon ami !

Quant à l’aspect de ta pêche à la morue, euh, je veux dire à la truite, laisse-moi rigoler ! !
Se débattre avec un animal sans défense et dire qu’on a sué corps et « eau » (hi, hi,) afin de le capturer… foutaise ! ! Avec toute la technique moderne dont on dispose, radar, vitesse du vent, alguorithme** des bancs de poissons, canne-à-pêche électroniques (et j’en passe !) pour capturer le poisson, il suffit de mettre le poêlon dans la chaloupe, un petit feu de braises (pas sous la chaloupe, suivez-moi bien, mais sous le poêlon évidemment !), quelques incantations et libations au-dessus de la surface, accompagnées d’une bonne dose de gnôle bien tassée (autant chez le pêcheur que le pêché recherché, remarquez !) déversées en bouteilles de bière au fond du lac, et le poisson, devenu alcoolique, saute, hop ! quaisi de lui-même dans la casserole (alors qu'accessoirement, par conséquent, le pêcheur ne se contente plus que de faire de la « figuration »), c’est vous dire ! Où est le fameux match de catch tant vanté, hein ! ? Au contraire, le match étant à la base déjà truqué, car comment lui « river » les épaules (pour le compte de trois) à se pauvre animal (je parle du poisson, pas du pêcheur, suivez, morbleu !) quand il en a pas (d’épaules !), alors on se flatte la bedaine (là, je parle du pêcheur !) de l’assommer (le poisson) par une prise de tête sur le bord de la chaloupe si dans son effort (et son état !) il a raté son saut carpé pour atterrir à côté du poêlon, bordel !
Ça de la lutte (pour nos amis français, du « catch »), laisse-moi me marrer ! Autant aller combattre les ours bruns à mains nues dans nos fameuses forêts luxuriantes et on reparlera de combat sportif, oui… Mais là, je m’en bats l’œil d’un aspect globuleux comme les truites que tu manges, ouach…

Loup, t’as raison, le poisson pêché (disons!) par les autres est toujours le meilleurs sauf dans le cas des truites bien entendu, car c’est ni l’autre ! ;-)
Pour le fait qu’il y a des truites chez-vous, désolé, j’ignorais… Vous devriez aller vous plaindre de ces sales québécois qui vous ont joué ce sale tour d’aller vous envahir de ces « bestioles » (je parle des truites) quand vous aviez le dos tourné.
Quant au lancé de la canne-à-pêche et du moulinet en même temps, je te suis là-dessus, car c’est pas donné à tous de réussir à se débarrasser de sa canne-à-pêche au fond du lac, ainsi du premier coup !
Michel, merci pour ton invitation (ultérieure), mais j’ai déjà mangé… (du poulet !)

En dernier lieu, mon ami, t’est-il arrivé de penser que le les fameuses sardines dites si minuscules, pouvaient être aussi grosses que tes truites d’ici, ailleurs ? Puisqu’à Marseille, dit-on, une fameuse sardine en aurait bouché le port comme rapporté par Sabine. Elle devait pas être si petite ça, hein, la sardine ?*** Après tout, ici, on a bien les bleuets du Lac St-Jean, grosses comme des oranges, que quand tu viens pour en faire une tarte, ils sont rendus gros comme des melons (les bleuets !) et que tu arrives à en faire une bonne douzaine (les tartes) rien qu’en le coupant en deux, le bleuet, finalement ! Et attendez, messieurs les français, je ne vous ai pas parlé des fantastiques crevettes de Matane, grosses comme des truites, que dis-je, des baleines, oui, monsieur ! ! Comment, que dites-vous ? Qu’entends-je ? Vous semblez vouloir insinuer qu’un québécois, non-pêcheur en plus (nuance !) serait aussi menteur qu’un français ! !? ? ? Un instant, sachez, qu’un québécois ne ment pas, monsieur, il a une simple tendance à une légère exagération, voilà tout, mais il ne ment jamais, tenez-le vous pour dit ! CQFD !

Je te laisse, Michel, et vous laisse sur ses
« palpitantes » observations…

-Bien à toi, de ton confrère… « Écailles de palourde. »



*après tout on taquine bien le poisson (preuve indéniable qu’on joue monstrueusement avec avant de le pêcher !)
** hé hé, « algues et algorithme », un jeu de mots fort visqueux…
***À moins que tu viennes prétendre que tous les français ou françaises sont aussi menteurs/menteuses que des arracheurs de dent ou des pêcheurs. Je t’avise donc que ces derniers (les pêcheurs) sont particulièrement les plus menteurs (principalement ceux de truites), quoique dans le fond, c’est aussi vaseux que difficile à départager !

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 2 août 2003 à 23:51 Citer     Aller en bas de page

Mon dieu !!!
ou devrais-je dire
Mon vieux !!!

remarquez que les deux ne sont pas tout à fait incompatible...

On croirait entendre une vieille rengaine issue d'une approche néo-apocalyptique inspirée par un relent de rebuffade juvénile provoquée par une sursaturation de vocable truitien...

Pauvre dragon que l'on a ainsi noyé de truite sans jamais lui donner la chance de se mesurer à cet objet de convoitise et de gourmandise...

Si seulement tu avais su...

Si seulement tu m'avais connu bien avant, je t'aurais guidé dans la voie aquatique et dégustative afin de te permettre de ne pas sublimer ce désir intérieur de savoir sans pour autant risquer l'étouffement...

Mais là, trève de libelle, et malgré le fait que tu pourrais soupçonner quelques origines françaises ou bretonnes dans mes propos, tu dois savoir que la truite est tout, sauf le poisson béat et fainéant que tu crois... Il existe ce poisson amorphe et sans vitalité aucune...
Il a pour nom "Carpe" comme dans l'expression "Carpe Diem"

((Bon, j'ai jamais vraiment compris ce que^¸ca voulait dire, mais je trouvais que ça faisait plus sérieux dans l'énoncé))

La Carpe, que l'on appelle avec le plus grand dédain qui soit, "Gueule de suceuse", est une horreur nuisible dans nos cours d'eau...

Bon,,,,autre chose pour la même cause...

La truite grise a la chair blanche, et la peau grise... Tu auras beau la retourner comme des pages de dictionnaires, elle n'aura que la couleur grise et fade....

La mouchetée, elle, a attrapé dans sa conception géniticielle une floppée de petits picots...Comme si elle avait la picotte, mais sans que l'on ait réussi à la guérir depuis le temps....

L'arc-en-ciel, elle, te révélera des reflets d'azurs clandestins et de mer bleutée...En ondulant ses chairs éparses et son flanc au mat de misaine, tu y verras toutes les couleurs larmoyantes de l'arc-en-ciel....
Sa chair est rose, couleur d'une perversité presque angélique... Et c'est en raison de cela que certains incultes l'affluberont du nom de "Truite saumonée"...

Voilà pour le cours de truite 101.....

Mais là...il y a des limites à ne pas franchir...et que tu as franchi avec une désinvolture presque titanesque....Comparer le thon à la truite...

La truite, ne t'en déplaise, ne mérite pas le sort vil et mesquite de se faire encacanner vulgairement... Aurait-on idée de mettre en conserve la reine mère ???
((ouais...c'est vrai que ça....hum...mauvais exemple...)))

je reprends...aurait-on idée de mettre en conserve la reine des plus belles parmi les plus belles....
Allons donc....

C'est comme si je te suggérais de mettre dans une petite boîte de fer blanc, une dragonnette toute enflammée....
Ce serait porté atteinte à sa dignité la plus élémentaire...

Et pour ce qui est d'une sardine ayant bloqué un port.. Cela ne me surprend guère... Tout le monde sait bien qu'en Europe, ils appellent des ruisseaux des "fleuves"...Non mais t'sé.... La Seine, la Loire....des fleuves.... Quand même... La petite rivière à la tortue qui passe près de chez-nous est aussi grosse que leur fleuve....

M'enfin, je te dirai, pour t'aider dans ta réflexologie antiflagestinine, ces mots du très vieux et sage ((lui)) Confus Cius,,,,

"Que celui qui n'a jamais pêché jette sa première ligne à l'eau"

voilà.......


papemich

  http://papemich.free.fr/
Moatoi


Cherche encore, Tant que brûlera ta flamme, Le paradis qui dort, Dans les secrets de ton âme.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
454 commentaires
Membre depuis
12 juillet 2003
Dernière connexion
19 juillet 2006
  Publié: 3 août 2003 à 09:42 Citer     Aller en bas de page



Mon Dieu ! Que de lignes tendues, pour du petit poisson !
ça en couvre la page !!
Il ne manque plus que les coups de poisson sur la tête, et les truites tirées en travers de la tronche !
Dites donc ! On m'a toujours dit que les grands pécheurs devant l'Eternel étaient des gens silencieux !
Qu'il soit pris, cuisiné, mangé, le poisson, c'est bon, vous l'aimez, sinon vous ne le pècheriez pas avec autant de passion !
Le reste, on s'en "fish" !


bisous du sud de la France.

  "Merveilleuse, Originale, Adorable, Tendre, On ne peut que l'adorer, Irresistible" (MERCI à Toi Michel, Merci Infiniment)
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 4 août 2003 à 05:53
Modifié:  4 août 2003 à 06:20 par Lograth
Citer     Aller en bas de page

Cher Moatoï,

Bien sûr que nous aimons le poisson (et accessoirement les français même !), sinon nous en débattrions pas autant. La seule question étant de savoir si vraiment la truite est comestible ou plus exactement de nature gustative aussi prononcée que sieur papemich tente de nous le faire croire ! Moi, j’émets des réserve là-dessus, c’est tout…
A-t-on déjà entendu parlé de filets de truites ? Meuuuuuh non, tandis que des filets de sole, on s’en régale toujours… Par ailleurs, on entend souvent parler de la « sole meunière » incidemment, alors que très rarement, j’ai entendu parlé de « truite meunière », quoiqu’apparemment, ça existe… Mais, étant une espace si rare en gastronomie, qu’on n’en entend à peine parlé en fait de cuisine gastronomique, la sole l’emportant encore une fois sur la truite…

Nous voyons donc, qu’ici, qu’au regard du thon, de la sole et même du saumon, la truite est vaincue définitivement quant au goût… Par contre, je ne nie pas tel que le mentionne Papemich une certaine « prestance » et vitalité à la truite vis-à-vis de la carpe, par contre…

Mais, je lui ferai remarquai, contrairement, à ce qu’il pense que la fameuse « Gueule de suceuse » (la carpe) dont il parle est pourtant de nature très recherchée chez les clients de grues (oiseaux migrateurs et pêcheurs de nobles cours d’eau) mais qui arpentent également nos trottoirs de ville. Ces grues autant que « gueules de suceuses » étant très recherchées par les clients des premières, elles-mêmes, victimes de l’argent qui n’a pas d’odeur et du pigeon (autant que du poisson) levé à cette occasion.
Quand à l’expression « Carpe Diem », i.e. « Ceuille le jour », ce qui revient à dire de profiter de l’instant présent qui passe, il n’a bien sûr aucun rapport avec notre sujet de discussion, la carpe ou le poisson, mais effectivement, ça rend plus intelligent de le mentionner quand même.

Je remarque par ailleurs, qu’on a élaboré aucune contre-théorie sur ma méthode de pêche du poêlon, preuve indéniable encore une fois que tu fus complètement subjugué devant mes arguments décisifs et convainquants en ce qui a trait à cet aspect du problème, et toc ! Nous voyons donc, ici, que les fameux pêcheurs (et paradoxalement les vulgaires chasseurs) se servent de ce prétendu prétexte de la chasse et de la pêche pour non pas pêcher et chasser (ce n’est que le second but et accessoirement non pas la véritable raison de leurs sorties), mais bien la seule manière de pêcher en eaux troubles i.e. sortir sans leurs femmes afin de déglutir quelques canettes ou autres substances liquides à degré d’alcool plus ou moins illicite entre congénères de type masculin avec lesquels, le dit pêcheur extraverti fraie à l’occasion pour éviter ainsi par la même occasion les foudres et les remontrances de sa tendre moitié !

Quant à la vieille rengaine de ma part, peut-être ! Mais, au moins, j’évite ainsi à de notables lecteurs, l’illusion candide de croire au plaisir de leurs papilles gustatives lorsqu’ils essaieront de savourer une truite en pensant qu’ils vont vivre une expérience gastronomique des plus fascinantes alors qu’y a rien là, puisque j’ai prouvé la supériorité des autres poissons (nommés plus haut) –sauf la carpe, bien entendu- sur ta majesté reines des rivières comme tu dis !

En passant, merci pour le cours de truite 101, mais je crois que les lecteurs ont pu malgré tout "savourer" mon expertise gastronomique en fait de poissons ou autres bestioles*, sans nécessairement que tu en rajoutes. Ceci dit, on voit bien que pour arriver à expliquer la truite mouchetée comme une truite qui a attrapé la picotte, je ne suis pas sûr que tu t’es fait d’autres amis de la truite, là… Au contraire, quelques-uns vont me suivre dans le dédain que j’ai de la chose… Revise tes arguments, parce que tu t’enfonces, là, sur un terrain fort sablonneux et mouvant, pour ne pas dire encore une fois fort vaseux.
Quant au dragonnette dans une canne de fer blanc, excellente suggestion ! Pas besoin de la mettre en boîte en « conservant », euh, je veux dire "conversant" maintenant, ça sera déjà fait… Et maintenant, que tu me le dis, justement, je vais m’empresser lorsque j’irai faire mon « marché » (des français nous lisent, cré Dieu ! alors je n’irai pas dire « épicerie » afin qu’il nous comprennent) de vérifier avec circonspection les poissons en boîte, afin que je puisse trouver éventuellement de la truite en boîte afin de le mettre sur le site, en photo, séance tenante !

Que dites-vous de ça, monsieur le pêcheur devant l’Éternel ? Hein, on reste muet comme une carpe, surtout avec laquelle, on a tenté de nous faire diversion par rapport à la truite, cette « bestiole » pas aussi renommée que l’on voulait essayer de nous faire croire, n’est-ce pas ?

« Tiens, toé ! » Voilà pour mon acné juvénile teintée de rebuffade !

Et comme le dit lui-même « Lao-Tseu » (autre vénérable du genre de ton Confucius) :

« Donne un poisson** chaque jour à un homme et tu le nourris quotidiennement. Apprends lui à pêcher et tu le nourris pour la vie… »
Mais on avait perdu le fragment suivant de l’honorable sage et que, moi, j’ai eu le privilège d’aller « repêcher » au plus bas de la perfidie humaine :

« Par contre, ne lui apprends point à pêcher la truite, calamité de nos rivières, afin qu’il n’aille point s’égosiller de ses exploits afin de nous empoisonner l’existence avec ça toute notre vie ! »

Voilà, le sage a parlé, "hugh" !

Et je termine, en te disant, de faire attention car de la truite à la truie, il n’y a qu’un de « t » pas à ne pas franchir !

Par contre, j’avoue humblement, que je te suis aisément dans le cas de ces fleuves français qui se pensent puissamment gonflés (autant que l’égo du pêcheur de truite !), alors qu’ils font figures de pâles ruisselets devant l’intrépidité de nos majestueuses rivières… CQFD…

Alors, monsieur papemich, alias « truite saumonée », on a quelque chose à dire pour sa défense ?
J’attends vos futurs propos avec une joie non mêlée d’incertitude quand même…

-De ton congénère, « nageoire d’éperlan »

Amitiés!

* Je m’empresse à ce sujet de mentionner que dans mon dernier commentaire, qu’il ne s’agissait pas bien sûr de « vestes » de loup, mais bien de « vesses » de loup, à moins que ce n’est été des « fesses » de loup ? Je me rappelle plus exactement, mais laisse-moi m’asseoir là-dessus, tel le « penseur de Rodin », et je vous reviendrai là-dessus !
**Tu remarqueras qu’incidemment, il ne nomme pas la sorte, afin de ne pas blesser ton orgueil…)

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Loup8084

Correctrice


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9630 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
1er septembre 2017
  Publié: 4 août 2003 à 06:20
Modifié:  4 août 2003 à 06:28 par Loup8084
Citer     Aller en bas de page



Incroyable ce que vous pouvez être bavards! Avez vous fait un concours du texte le plus long???
Martin je te confirme que les filets de truite existent bel et bien... Nous pêchons beaucoup la truite chez nous.( Euh...les autres...pas moi hein!) et celà même si nos rivières sont ridiculement petites par rapport à chez vous. ( Merci Michel! )
Bon, comme je vois que vous en avez besoin pour l'inspiration voici un joli texte que je tenais à vous offrir à tous les deux!
Loup







Ni chanson ni poème
Paroles et musique : Robert Charlebois.
1965

Sable de lune et terre humide
Hier de nuit la sève a monté à fendre l'écorce
Sable de femme et terre d'homme
J'ai frappé la plus belle moitié de ma lune
Celle que j'épousais chaque nuit avant le sommeil
Et qui avait des joues pleines de promesses
Ça fait toujours mal de frapper

Et depuis que le folklore est monde
Les arbres se fendent en quatre pour faire des guitares

Demain s'il fait beau, nous irons à la boulé
Et même s'il ne fait pas beau
Peut-être que mes pieds ne valent plus la rivière promise
J'ai vu des pas qui remontaient, les siens peut-être
la truite , vous n'auriez pas vu ma plus belle moitié en remontant ?
Elle s'est mise à rire
Je me suis tu
Je me tais parfois quand les truites d'automne se mettent à rire




  http://papemich.free.fr/
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 4 août 2003 à 06:50 Citer     Aller en bas de page

Chère Loup :

Bon, bon, que ça existe, je le nie pas, pour les filets de truite... De toute façon, ça doit exister même pour tous les autres poissons, puisque, de toute façon, dans l'attrail du pêcheur il y a le "filet" dit "épuisette" pour prendre le poisson, quoique ces temps-ci, vu la nouvelle méthode du poêlon, c'est acessoire n'est plus aussi utile!!
Je dis seulement que les "filets de truites" sont moins "courants" que ceux de sole, voilà où je voulais en venir...
Quant au fait que les français pêchent aussi beaucoup la truite, c'est bien dommage, je n'aurais pas aimé me faire remarquer autant, moi!

Pour la chanson, c'est bien, mais c'est du "Charlebois", un "québécois", donc un autre de ces amateurs de pêche à la truite, donc pas étonnant qu'il est choisi ce type de poisson... Je te gage que tu aurais donné cette chanson à un français, et il t'aurait changé la sorte aussi sec! Mais si!! Par ailleurs, je te ferai remarquer, par ailleurs, que le sieur "Charlebois" possède même une brasserie et il n'y a donc rien d'anormal qu'il suivent les traces de notre sieur papemich dans les élucubrations de ces chansons autant que dans la déglutition des canettes de bières lors de sorties de pêche bien "arrosées" si on peut dire!

Quand au nombre de pages, il n'y a pas de concours, je n'exprime que mon avis... Et les arguements du sieur papemich commencent à manquer, autant que ses truites à bouffer chez lui, c'est peu dire! "Nan, nan, nan.. hé, hé, hé... Good Bye!"*

*Pour les français qui n'auraient pas suivi, demandez à papemcih, il va vous fiare une joie de vous expliquer cette "toune" aussi populaire que du "Charlebois".

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Loup8084

Correctrice


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9630 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
1er septembre 2017
  Publié: 4 août 2003 à 07:16
Modifié:  4 août 2003 à 07:20 par Loup8084
Citer     Aller en bas de page

Ah mais donc Martin...

Ne comparons pas un poisson de mer et de rivière!

Comment veux tu qu'ils aient la même saveur!


Et pis pourquoi les français ne pêcheraient pas la truite d'abord?


Et pis qu'est-ce que tu crois, les français aussi font de beaux textes avec des truites dedans!

Et pis lis un peu ça comme c'est bô ôssi chez nous!

Et pis pisque ça t'inspire tant on peux y mettre de la sole si tu veux dans notre truc ((tu sais notre truc...))

Loup

ROCAMADOUR II

De vastes étendues pierreuses, ondulant
A perte de vue, un sol calcaire absorbant
Comme une éponge, les nombreuses eaux de pluie,
C'est Rocamadour, qui sous la lune reluit.

Des rochers "à vif", d'un paysage insolite,
Une rivière presque sèche, qui palpite
Au fond d'un étonnant canyon, sous le soleil,
Offrant un décor royal qui nous émerveille.

Et là, suspendu, cramponné à la falaise,
Et faisant partie d'elle, comme une cimaise,
Voilà Rocamadour, village médiéval,
Son "flot" de sanctuaires, là fait sans rival.

Deuxième site de France, ville accueillante;
Touristes et pèlerins, de façon constante,
Viennent admirer ces lieux, nobles et mystiques,
La légende évoquant même les temps antiques !

Ces légendes, transmises de bouche à oreille,
Disent que Saint Amadour... Zachée... c'est pareil !
Ce temps ou vécu le Christ est bien loin de nous,
Et pourtant, des pèlerins, montent à genoux !

Montent ce grand escalier, deux cent seize marches,
Ou, de portes en portes, passent sous les arches,
Pour arriver enfin, aux places des chapelles,
Aux pierres travaillées, comme fines dentelles.

Après Saint Louis, Philippe Le Bel ou Louis Seize,
Ce lieu, vit toute l'Europe sur ces falaises,
Car étape, sur la route de Compostelle;
Tous pour prier la Vierge noire, a ses autels.

Des chapelles "Notre Dame" ou" Saint Michel",
De la Basilique Saint Sauveur, tout appelle
Au recueillement, ou bien à l'admiration,
Face à ces audacieuses élévations.

Un chemin de croix ombragé, monte au Château.
De station en station, souffle un peu en étau,
Grottes du Sépulcre, de la Nativité,
Croix de Jérusalem..., quelle belle montée !

De l'Hospitalet, ou des remparts du château,
Un panorama grandiose s'offre en cadeau:
La Cité religieuse, le village en "long",
Et sur l'Alzou, la tour du moulin et le pont.

Rocamadour a bien d'autres curiosités:
Son Musée de cire, Roland le Preux raconté,
Certaines maisons ou des portes fortifiées,
Et son Musée d'art sacré, Poulenc glorifié.

Une Grotte préhistorique, "des Merveilles"
Montre ses concrétions, a l'abri du soleil,
Beau travail de l'eau pendant des milliers d'années
Comme les peintures des hommes, dessinées.

Il faut également faire un saut dans "l'espace",
Au" Rocher des aigles" voir le vol des rapaces.
Spectacle exceptionnel des grands vautours planant
Ou aigles péchant la truite en vociférant.

Reste la promenade à la Forêt des Singes,
Macaques de Barbarie qui "tirent nos linges".
Ici les animaux vivent en liberté,
Nous observant avec "douce" curiosité.

Michel Baudoin

:



  http://papemich.free.fr/
Moatoi


Cherche encore, Tant que brûlera ta flamme, Le paradis qui dort, Dans les secrets de ton âme.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
454 commentaires
Membre depuis
12 juillet 2003
Dernière connexion
19 juillet 2006
  Publié: 4 août 2003 à 09:16 Citer     Aller en bas de page

Et la truite au beurre, et la truite aux amandes, qui font parties des mets les plus fins et des poissons les plus chers sur un menu à la carte en restauration !


  "Merveilleuse, Originale, Adorable, Tendre, On ne peut que l'adorer, Irresistible" (MERCI à Toi Michel, Merci Infiniment)
Loup8084

Correctrice


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9630 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
1er septembre 2017
  Publié: 4 août 2003 à 11:11 Citer     Aller en bas de page

Ben oui... Et la truite au bleu, et les filets de truite fumée!!!!
Loup

  http://papemich.free.fr/
larme_de_crystal


La délicatesse est une façon de parler et l'amour une façon de faire. (Michel Audiard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
2664 commentaires
Membre depuis
22 novembre 2002
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 4 août 2003 à 14:55 Citer     Aller en bas de page

la truite au beurre noir ...hummm un régal

Bisouss

Isa

  Quand tout semble perdu, accroche toi au mot ESPOIR
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2960
Réponses: 32
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0761] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.