Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 13
· froggy33 · Tychilios
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 20:43:40
Paris: 16 sept 02:43:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: L'éducation sentimentale. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
3 août
  Publié: 6 févr 2017 à 14:14
Modifié:  7 févr 2017 à 15:26 par FREDER
Citer     Aller en bas de page

Marcher à pas lents le long des couloirs.
Confisquer le temps, le rendre illusoire.
Retenir l'instant, garder en mémoire
Les plus beaux moments, du matin au soir.

De Ménilmontant jusqu'à Saint-Lazare,
Je garde mon rang, attend le départ
Du train qui m'attend. Je suis en retard.
Je n'ai plus le temps. Je sens... Je m'égare.

J'embarque à présent dans le tortillard.
J'observe les gens, croise leurs regards.
Au milieu du banc, je la vois s'asseoir.
L'éblouissement que ses grands yeux noirs

Renvoient sont autant de feux, de pétards
Qui au firmament éclairent le soir.
Solitairement, elle a peu d'égard
Pour mes mouvements de sens giratoire.

Par ballotements piètrement bizarres,
Je m'aventure en caressant l'espoir
De, chemin faisant, près d'elle, m'asseoir.
Subrepticement, affectant de voir

La somme de gens répandus, épars,
Je pris tout mon temps pour apercevoir
Son vêtement blanc de couleur ivoire
Ainsi que ses gants. Le néon blafard

Faisait briller en elle, comme un phare
Sur un océan, la splendide gloire
De son teint souriant. Lisant un polar,
Peut-être un roman, elle maniait l'art

Du balancement de ses pages par
Des gestes élégants. Cependant savoir
Tous ses jours d'antan, son nom, son histoire
Devenait brûlant. Soudain, par hasard,

De vifs secouements du train font échoir
Au pied de son banc son soyeux foulard.
Tout en me baissant, je tendis le foulard
Et me présentant...


 
PA... Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1012 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2016
Dernière connexion
28 février 2018
  Publié: 6 févr 2017 à 14:20 Citer     Aller en bas de page

Salutation FREDER

Belle cadence poétique

Merci de ce texte


PA…

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
11288 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 7 févr 2017 à 04:51 Citer     Aller en bas de page

On aimerait une suite... peut-être ...

  ISABELLE
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15596 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 7 févr 2017 à 10:04 Citer     Aller en bas de page

très agreable lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
coeursolitaire62


L'école de la vie n'a point de vacances
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
720 commentaires
Membre depuis
30 octobre 2006
Dernière connexion
28 août
  Publié: 7 févr 2017 à 10:23 Citer     Aller en bas de page

Un joli monorime comme je les aime

  La vie c'est comme une balle de Ping-Pong.Il faut savoir rebondir, afin de retrouver le sourire, avant que ne retentisse le gong!
Antoine Vintay

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
27 commentaires
Membre depuis
28 août 2014
Dernière connexion
5 septembre 2018
  Publié: 7 févr 2017 à 10:46 Citer     Aller en bas de page

Vraiment excellent , bien ciselé , bien abouti YES

 
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
3 août
  Publié: 7 févr 2017 à 15:23 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous pour vos messages.

Ce poème m'a été inspiré par un extrait du roman de Gustave Flaubert intitulé "l'éducation sentimentale". Le choix stylistique découle des deux premières strophes écrites il y a près de vingt ans dans le métro parisien.

Amitiés.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
4510 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 9 févr 2017 à 14:55 Citer     Aller en bas de page

Il est impossible que cette histoire se termine ainsi. Je rejoins Maschoune. La suite !

Texte captivant, du rythme, mais je ne suis pas trop fan des alternances de rimes identiques.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Héléonore
Impossible d'afficher l'image
J'ai flâné dans les rues, j'ai marché devant moi, libre, bayant aux grues.(Musset)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
24 commentaires
Membre depuis
30 avril 2017
Dernière connexion
8 mai 2017
  Publié: 7 mai 2017 à 11:44 Citer     Aller en bas de page

Je suis un peu frustrée, je l'avoue de ne pas savoir la suite de ce commencement.
Au fond, vous plantez le décor, puis vus disparaissez derrière le rideau.
Alors, chiche, moi je parie que la belle liseuse n'a pas entendu votre nom ou bien s'est rapetissée derrière son bouquin....Mais ne vous inquiétez pas, ce n'est que ruse féminine....

Merci pour ce petit bout de voyage.

  Et je vis devant moi tomber tout un trésor (Musset)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 532
Réponses: 8
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0371] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.