Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 35
Invisible : 0
Total : 38
· ode3117 · Aude Doiderose · Chlamys
13167 membres inscrits

Montréal: 22 août 10:26:00
Paris: 22 août 16:26:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Cigale Et Fourmi Amoureux Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
248 poèmes Liste
8454 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
22 août
  Publié: 7 mars 2017 à 04:21
Modifié:  9 mars 2017 à 13:28 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

CIGALE s’est auto-permise de faire la sérénade
À FOURMI qui ne semblait pas en être insensible.
Que de moqueries ces genres de promenades.
FOURMI s’évadait. Pour les autres c’était inadmissible.

N'y étant pas sensibles, les autres devaient bosser.
CIGALE et FOURMI oubliaient les apparences.
Leurs « moi », de l’autre ne pouvaient pas se lasser.
Les autres regards leur trouvaient de l’indécence.

La fable de « l’ours et l’oursonne » prenait son importance.
La nature les a ramenés aux réalités.
Dans leurs souvenirs venaient de naître des jouissances.

Jouissances qu’ils ne pouvaient pas faire connaître
Les autres présences ne pouvant pas analyser
Ces drôles de façons de vivre des partages pour se connaître.

Oui regard, vit sans analyser, ces moments.
Que tu revivras quand manqueront ces moments.

L’amour est aveuglé
D’heureux moments partagés
Qui ne s’oublient pas.

MUSE et SAM te proposent d’autres pensées.
Je ne suis pas sûr que chez les humains ces genres ce comportements puissent avoir des réalités, et pourtant beaucoup d’usagers arrivent à en faire des textes.
Il me semble exister des présences, qui semblent confrontées à d’autres présences, qui semblent faire l’objet d’incompatibilités. Des exemples ?
Un cavalier ou une cavalière, et sa monture. Un chien, un chat, un perroquet, un poisson, un ourson en peluche, un doudou, une bague, des fleurs en pots, et l’humanité qui vit avec.
L’ambigüité semble résider dans les particularités qui donnent des sens différents à la fameuse expression « je t’aime »
Serait-ce vrai, de pouvoir dire que l’amour rend aveugle ? Quoi que d’après le livre 12, fable 4, regard tu pourrais y trouver une forme d’explications.

 
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
13 février
  Publié: 9 mars 2017 à 14:03 Citer     Aller en bas de page

Toujours un grand plaisir à lire tes textes....
j'aime les pensées qui en découlent... celui-ci ne déroge pas à la réflexion...

Mais l'amour ne rend pas aveugle ... juste myope à force de se regarder les yeux dans les yeux...

Merci....

Mon amitié

V

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
248 poèmes Liste
8454 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
22 août
  Publié: 10 mars 2017 à 02:44 Citer     Aller en bas de page

il faut savoir en tirer le maximun de projection quand les vases communicants ont lieux.

 
josette


la vie est une belle rose qui s'épanouit lentement
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
760 poèmes Liste
4130 commentaires
Membre depuis
20 février 2010
Dernière connexion
21 août
  Publié: 31 mars 2017 à 11:54 Citer     Aller en bas de page

magnifique et profond poème, qui évoque admirablement certains comportements humains! superbe et spirituelle moralité!

merci SAMAMUSE, pour ce merveilleux et talentueux partage,

délicieuse soirée,

sincères amitiés,

Josette

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
248 poèmes Liste
8454 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
22 août
  Publié: 31 mars 2017 à 21:31 Citer     Aller en bas de page

certaines contagions laissent parfois des effets de vides quand des mises en disponibilités se sont invités.
oh que c'est compliqué.
ça peut exister ces genres de choses ?

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 467
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0349] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.