Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 346
Invisible : 0
Total : 349
· Firjol · Trist@nic · Drôle d'oiseau
12930 membres inscrits

Montréal: 23 sept 15:50:36
Paris: 23 sept 21:50:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Emerveillement Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
365 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 17 mai à 14:34
Modifié:  17 mai à 14:35 par banniange
Citer     Aller en bas de page

Chaque brin d’herbe contient un secret
Ses flammes vertes me l’ont murmuré.
Au creux d’un matin, au gré d’une allée,
L’araignée tissait le voile des fées,
Les nuages traînaient le long des rails bleus
Des rêves d’enfants, des cerfs amoureux,
Un feu enflammait les douces clairières,
Les feuilles clignaient comme des paupières,
Un vieux prieuré tout à l’abandon
Bruissait, bavard, d’antiques oraisons.

Au pied du grand chêne aux milliers d’années
J’ai trouvé ton ombre toute plissée,
Tu m’y attendais depuis bien longtemps
Quand on se donnait d’immortels serments,
Toi, ma jeunesse aux blonds cheveux d’ange
Où venaient pépier les douces mésanges,
Toi qui cherchais la forge des orages
Où se sculptaient les éclairs fécondants,
Toi qui fouillais dans l’argile vivant
Les fossiles des premiers paysages .

Tu t’es égarée dans les nécropoles
Là où gémissent toutes les idoles,
Tu as exploré le cœur des comètes,
Et le fond des mers aux gants de phosphore,
Les vagues noires des crêtes violettes
Où ont séjourné les derniers centaures.
Ils te confièrent juste avant leur mort
Ce parchemin où s’écrivent les jours
Qui se survivent par le don d’amour
De chaque brin d’herbe aux chants de l’aurore.

 
Maschoune

Modératrice
Impossible d'afficher l'image
Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
157 poèmes Liste
7883 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 18 mai à 07:27 Citer     Aller en bas de page

Citation de banniange
...
Ce parchemin où s’écrivent les jours
Qui se survivent par le don d’amour
...



Ça c'est du lourd, du beau ... Ahhhh l'amour !!!

merci à toi

  ISABELLE
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
365 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 18 mai à 12:02 Citer     Aller en bas de page

[Il est là bien sûr mais pas toujours facile à débusquer!

 
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1055 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 18 mai à 12:19 Citer     Aller en bas de page

C'est beau ce souvenir " aux blonds cheveux d'ange " qui brille encore comme une étoile !
Un texte qui fait rêver ....

 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
99 poèmes Liste
2927 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 19 mai à 13:00
Modifié:  19 mai à 13:03 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

j'ai été transporté par la poésie de ce texte sublime !

J'ai été particulièrement marqué par ces deux vers, que je trouve magnifiques :
Toi qui cherchais la forge des orages
Où se sculptaient les éclairs fécondants.

Et par ceux-ci également :
Un vieux prieuré tout à l’abandon
Bruissait, bavard, d’antiques oraisons.


Mais superbe dans son entièreté !

Amitiés

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
365 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 21 mai à 03:26 Citer     Aller en bas de page

1) Le Poète Masqué : Merci d'apprécier ces vers et leur univers que nous partageons souvent

2)Pieds-enVERS : Merci Mone d'être souvent là même si j'attends toujours un certain dessin pour une orchidée(hé,hé)

 
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1055 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 21 mai à 17:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de banniange


2)Pieds-enVERS : Merci Mone d'être souvent là même si j'attends toujours un certain dessin pour une orchidée(hé,hé)



Faute de grives on mange des merles !( photo perso )

[img][/img]

 
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
365 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 25 mai à 06:56 Citer     Aller en bas de page

Merci Mone, celle là on ne peut pas la rater, je l'ai reçue sur mes genoux!

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 251
Réponses: 7
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0229] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.