Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 372
Invisible : 0
Total : 376
· doux18 · fleurdelune · Galatea belga
Équipe de gestion
· Maschoune
12979 membres inscrits

Montréal: 19 févr 13:06:11
Paris: 19 févr 19:06:11
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: La fée qui me manque, le pantin que j'ai pas fini de peindre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
361 poèmes Liste
970 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
16 février
  Publié: 5 févr à 15:20
Modifié:  6 févr à 03:48 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Le vieil homme est dans le rocking-chair
Sous le porche
Les ombres sur les planches jouent à « un, deux trois soleil »
Au milieu de la poussière
Et le petit pantin est assis par terre
À côté du coffre à jouets

Et Puis l’hiver revient
D’ailleurs il n’était pas parti bien loin
Quelques flocons tournent en pleine lumière
Sous le porche
Juste à côté du Rocking-Chair
Où le vieil homme est maintenant mort
Et le pantin ne sait pas quoi faire

Alors vient une fée
Sans doute sortie d’un vieux refrain
D’une fable cynique, d’une prémonition,
De la revanche d’une fillette perdue qui ne connaît pas son prénom
D’un concours de fantômes dans une histoire de train
Ou bien d’un soupçon
En tout cas elle est là
Et regarde le petit pantin avec ses morceaux de ficelle au bout de ses mains
Immobile
Transi
La tête posée sur ses jambes en bois
Verni avec amour
Ebréché par le froid
Une petite larme bleue peinte sur la joue
S’écaille
Mais il y tient
C’est la dernière chose que le vieil homme lui a peinte
C’était le bleu de son œil
Alors tant pis si son œil a un peu coulé
C’était juste avant que le vieil homme s’assoit en soupirant,
Et que le pinceau lui glisse des mains

Ainsi se forment les larmes, n’est-ce pas ?


La fée lui met les ficelles dans les mains
Et elle dit « viens »
Alors il se lève
Regarde le vieil homme
Le coffre à jouets
La porte entrouverte
Comme si quelqu’un…

Et ils s’éloignent
Main dans la main
Dans le hurlement des chiens
Le long du grand fleuve qui laisse de la boue
Sur ses rivages sans ponts, sans chemins,


Vers la ville
Vers des humains
Et je les vois venir
Dans un silence un peu plus grand
Que celui laissé par le mot fin…

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
172 poèmes Liste
8907 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
19 février
  Publié: 6 févr à 03:48 Citer     Aller en bas de page

J'aime bien ! Il y a de la tendresse dans tes mots !

Merci à toi

  ISABELLE
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
5320 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 février
  Publié: 6 févr à 05:13 Citer     Aller en bas de page

Vers la ville
Vers des humains
Et je les vois venir
Dans un silence un peu plus grand
Que celui laissé par le mot fin…



parce que là il doit y avoir une faute d'orthographe.
serait-ce le mot "faim" pour une suite ?
le mot "feint" grâce à la fée qui a repris le pinceau ?
le mot "fin" d'une éventuelle finesse proposée par la lecture des ratures que toi seule ou seul, à retrouvé(e) au bouts des ficelles.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
371 poèmes Liste
19937 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
18 février
  Publié: 6 févr à 13:33 Citer     Aller en bas de page

J'aime ce poème, il me parle et les images m'émeuvent.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
361 poèmes Liste
970 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
16 février
  Publié: 6 févr à 15:29 Citer     Aller en bas de page

Je peux pas vous répondre j'ai emmêlé mes ficelles !

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
371 poèmes Liste
19937 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
18 février
  Publié: 7 févr à 02:13 Citer     Aller en bas de page

Tu veux des ciseaux ?
ODE 31 - 17

  OM
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
5320 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 février
  Publié: 7 févr à 03:26 Citer     Aller en bas de page

non de la patience.

 
Barbamimi

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
476 commentaires
Membre depuis
13 janvier
Dernière connexion
19 février
  Publié: 7 févr à 04:27 Citer     Aller en bas de page

Excellent!!!

 
Adamantine

Administratrice


Avatar : Aude Doiderose
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
382 poèmes Liste
11574 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 février
  Publié: 7 févr à 05:06 Citer     Aller en bas de page

Une écriture que j'aime, des instantanés qui font mouche.

  Il faut beaucoup de temps pour refroidir un cœur et mille fois plus encore pour le réconforter.
De Margotin


savoir bien faire!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
2115 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
17 février
  Publié: 7 févr à 18:53 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonnerre. ”
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 165
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0489] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.